Le Cercle Taurin Nîmois honoré à l'occasion des 70 ans de la Féria de Pentecôte de Nîmes

Publié le par cercletaurin.nimois

Le Cercle Taurin Nîmois honoré à l'occasion des 70 ans de la Féria de Pentecôte de Nîmes

À l’occasion des 70 ans de la feria de Pentecôte de Nîmes le Cercle Taurin Nîmois a été honoré, comme l’ont été également les quatre autres clubs taurins à l’origine de la création de la féria, cette manifestation populaire est devenue au fil des années une des plus importantes de l’hexagone.

Elle est désormais un rendez-vous incontournable pour l’aficion française mais également bien au-delà des frontières.

Depuis sa création en 1947 le Cercle Taurin Nîmois  aura traversé ces décennies sous l’impulsion de passionnés qui se sont investis pour la transmission de l’aficion taurine et le maintien de nos traditions.

Nous remercions les Présidents qui se sont succédés, les membres acteurs des commissions, du bureau et du conseil d’administration qui ont pensé, travaillé de concert et voté projets et activités et vous adhérents aficionados pour votre fidélité et l’intérêt que vous portez à notre club, pour la confiance que vous faites à celles et ceux  qui animent et qui sont aux responsabilités.

Avec le temps Le Cercle Taurin Nîmois a bien sûr évolué, changement de siège social, modification de statut, mais sur le fond, il s’attache toujours à conforter le coté  sympathique, la  convivialité, l’échange et le partage.

Vous retrouver est toujours un réel plaisir, je souhaite vivement pouvoir écrire encore ces mêmes mots pour les 80 ans de la féria.

Le Président du Cercle Taurin Nîmois 

Eric PORTES...

 

 

 

Une première commémoration organisée par l’AFAP, Association Française des Aficionados Praticos,  s’est déroulée dès le jeudi 2 juin au Lavoir du Puits Couchoux, 

à quelques pas du mont Margarot où est né le mouvement des toreros français). 

en présence de : 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Paul Fournier, Maire de Nîmes, qui a remis la médaille à chaque représentant des clubs fondateurs de la féria....  

Alain Montcouquiol, parrain de cette 15e édition a rappelé " les belles choses du passé " et " ce rêve un peu fou " d'Alain, Christian (Montcouquiol) et Simon (Casas). Il a souhaité que le nom de Jean-Claude Salmeron, créateur du premier club taurin à Nîmes reste dans les souvenirs. 

 les cinq clubs taurins concernés, l’Union Taurine Nîmoise, Les Amis de Toros , Le Cercle Taurin Nîmois, Lou Ferri, l’Aficion Cheminote Nîmois.

 Cette matinée a été animée par un groupe de musique folklorique et les Arlésiennes nous ont fait partager tout leur talent au travers d’une démonstration de danse Sévillane .....        en habits très colorés.  

 et la cérémonie s'est conclue par le verre de l’amitié ..........

 

après un passage au micro de Via Occitania

 

pour un reportage sur le sujet du jour  ......     ‘’l’origine de la Féria ‘’

 

diffusé le lendemain sur la chaine télévisée du même logo …

 

Un peu d’histoire … ( article diffusé sur Objectif Gard ).

Le premier cycle de corridas organisé à Nîmes fut en 1937 à l'initiative de Hubert Rouger, maire socialiste de la ville de Nîmes à l'époque, c'était " les fêtes du taureau " créées dans le cadre de l'inauguration de la statue du taureau près du lycée Camargue au bas de l'avenue Jean Jaurès. Hubert Rouger grand aficionado et fin connaisseur de l'Histoire taurine de Nîmes avait fait installer la statue du taureau à l'emplacement des anciennes arènes de Nîmes où se déroulaient les courses de taureaux avant que ces dernières ne soient organisées dans l'amphithéatre de Nîmes après son déblaiement à compter de 1813 (quoique selon les témoignages, des taureaux furent combattus aussi sur la place située dans le quartier des Arènes avant sa destruction , en 1725 et 1788) . Les meilleurs matadors de l'époque étaient engagés Domingo Ortega, Manolo Bienvenida, Marcial Lalanda , El Estudiante et les deux corridas se déroulèrent l'une le dimanche après l'ascension , qui sera la plus brillante, et l'autre le dimanche de la Pentecôte qui correspondait à la traditionnelle corrida organisée à Nîmes depuis 1863 dans le cadre de la foire agricole devenue ensuite foire d'exposition. Avec les corridas, le programme pouvait laisser songeur aussi puisqu'il y a avait des concerts, pièces de théâtres, concours de chants et de poésie dans les jardins de la Fontaine. Rappelons aussi que durant ces années, sortirent à Nîmes comme dans les arènes françaises, les plus beaux lots de taureaux des élevages prestigieux car Bilbao,  Pampelune et Madrid où devaient courir habituellement les plus beaux taureaux d'Espagne étaient zones de combat en raison de la guerre civile espagnole, de sorte que les éleveurs les plus prestigieux faisaient ainsi combattre leurs plus beaux taureaux dans les arènes françaises. Ainsi, au moins entre 1936 et 1939, Nîmes aura mérité son surnom de  "Madrid française" (cela a bien changé depuis en termes de qualité du bétail combattu).
L'expérience sera renouvelée mais concentrée sur le seul week-end de la pentecôte avec une seule corrida , celle traditionnelle du dimanche de pentecôte et une novillada ou course camarguaise le lundi jusqu'en 1939 où la 2e guerre mondiale viendra interrompre cette initiative.
En 1952, les clubs taurins de Nîmes reprendront l'idée d'un cycle de corridas à Nîmes le week-end de la Pentecôte à l'occasion du congrès des sociétés taurines de France qui se déroulait cette année là à Nîmes à cette période, en ajoutant à la traditionnelle corrida nîmoise du dimanche de la pentecôte , une course camarguaise le samedi et une seconde corrida le lundi. Un cycle taurin qui sera baptisé Feria de Nîmes .
Notons à cette occasion que ce fut la course camarguaise qui réalisa l'entrée la plus importante avec 18 273 spectateurs, un record pour l'époque (et sans doute aujourd'hui où le nombre de places dans les arènes a été réduit pour des raisons de sécurité notamment l'interdiction d'accéder à la couronne de l'amphithéâtre ), malgré la présence des toreros les plus prestigieux du moment Luis Miguel Dominguin, Julio Aparicio, Antonio Ordonez mais il est vrai que l'affiche de la course camarguaise proposée était somptueuse avec les meilleurs cocardiers du moment avec en tête d'affiche le fameux "Vovo" de la manade Aubanel auteur d'une prestation mémorable l'année précédente qui avait fait chavirer le public et qui réédita une course extraordinaire.

La deuxième cérémonie s’est déroulée le dimanche aux jardins de la fontaine sur le site magnifique du Temple de Diane, toujours en présence de Jean Paul Fournier Maire de Nîmes   

avec un public très nombreux venu assister à la remise de la  médaille

celle de la ville de Nîmes,  

 

 

 

et de l’affiche commémorative, création du dessinateur Eddie Pons.

Cérémonie naturellement ponctuée par un apéritif bien agréable à l’ombre des platanes.   

RETROUVEZ DANS LA RUBRIQUE AFICION NOTRE ARTICLE SUR LA CÉRÉMONIE DU 5 MARS AU NAPOLÉON. - LES 70 ANS DE LA FERIA DE NÎMES -

COLMENAR VIEJO AOÛT 2022 - AVEC LE CTN et TOP EVASION

Publié le par cercletaurin.nimois

Du 27 au 1er septembre 2022, 

le CTN et Top Evasion vous font découvrir la Feria de COLMENAR VIEJO.

L'affiche du cartel vient de sortir, nous vous en offrons la primeur et reviendrons vers vous dès que nous aurons les tarifs des places sélectionnées pour nous par J.F. notre voyagiste.
 

 

Affiche cartel Colmenar Viejo 2022

Affiche cartel Colmenar Viejo 2022

Pour vous rafraichir la mémoire sur notre programme et en attendant notre départ, retrouvez, en fichier joint, l'organisation du voyage.

Comme toujours, une alternance de journées campera,

(quelques photos des toros rencontrés dans les ganadérias sélectionnées),

de découvertes culturelles, de repas en commun et de temps libre,

c'est la recette traditionnelle de nos voyages depuis plus de 10 ans.

Le YIYO

Le YIYO

Notre Hôtel à COLMENAR et la plaza de Toros
Notre Hôtel à COLMENAR et la plaza de TorosNotre Hôtel à COLMENAR et la plaza de Toros
Notre Hôtel à COLMENAR et la plaza de TorosNotre Hôtel à COLMENAR et la plaza de TorosNotre Hôtel à COLMENAR et la plaza de Toros

Notre Hôtel à COLMENAR et la plaza de Toros

DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés
DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés

DIAPORAMA Terres taurines - des toros braves comme vous les aimés

COLMENAR VIEJO présentation du voyage en images

SOUVENIRS DE FERIAS.. LA FERIA DE MON ENFANCE

Publié le par cercletaurin.nimois

SOUVENIRS DE FERIAS.. LA FERIA DE MON ENFANCE

PAUL

70 ans que la Feria de la Pentecôte existe à Nîmes. Je les ai toutes connues, pas toutes vécues. La mémoire a des limites. Celles qui ont marqué ma jeunesse débutent en 1958, alors que gronde la révolte des généraux en Algérie et qu'un coup d'Etat se fomente. On voyait déjà les paras renverser la République, mais le général de Gaulle va prendre le pouvoir.

Le pouvoir ? Il se dispute aussi  dans les arènes romaines : Antonio Ordoñez va s'imposer en dominant la corrida du lundi 26 mai, coupant 2 oreilles et la queue et écrasant « El número uno » autoproclamé Luis Miguel Dominguin, son beau-frère.

Cette année là, défilent à la pégoulade, les peñas de Logroño qui vont sacrément animer la ville avec le sempiternel « Valencia, les punaises sont à l'aise dans le trou des matelas » (version française) et l'inépuisable « Chicuelo ».

Le boulevard Victor-Hugo est noir de monde et pétarade sans retenue. Mauvaise donne pour les automobilistes qui s'engagent dans cette avenue, leur véhicule est secoué dans tous les sens avant de se frayer un chemin au milieu de la jeunesse nîmoise qui attendait depuis des mois et des semaines que la Feria débute.

Un véritable engouement pour ces jours de fêtes où la liberté était presque totale...

On s'y préparait soigneusement et il y avait des modes selon les années : porter des espadrilles couleur turquoise ou un petit chapeau de paille version Eddie Constantine, acteur franco-américain, qui tenait le rôle de Lemmy Caution agent fédéral américain, grand amateur de whisky et petites pépées qui préfigurait l'agent 007.

Parmi cette jeunesse, née à la fin du conflit mondial, il y avait ceux qui portaient le Levi Strauss véritable,

celui de James Dean dans «la Fureur de vivre», cher et uniquement en vente dans un magasin de la rue de l'Aspic, situé face au commerce de cuirs et peaux, et ceux qui portaient le Rica Lewis au prix de vente plus modeste mais qui n'avait pas la coupe d'un «501».

Ce vêtement classait son homme. Celui du Levi arpentait, de la Maison carrée aux arènes, le boulevard Victor-Hugo, sortait du lycée Daudet et affichait une classe sociale supérieure à ceux qui, de la galerie Jules Salles au Grand Temple, montaient et descendaient le boulevard Amiral-Courbet souvent issus du monde ouvrier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était les lieux de rencontres des garçons et des filles de l'époque mais, pendant les Ferias, c'est sur le boulevard Victor-Hugo que tout le monde se retrouvait pour obtenir, massés devant le bar «le Lyon», siège de la peña Chicuelo segundo, l'apparition au balcon du jeune Jean-Pierre Vidal, futur poète, qui imitait le Général en criant «je vous ai compris» et en mettant les bras en croix.

Quelle acclamation, quel triomphe, quel succès au milieu de l'éclatement de pétards assourdissants.

Quelques brûlures sévères et plaintes déposées au commissariat ont eu rapidement raison de cette pratique. Le jet et la vente de pétards ont été interdits.

Il y avait aussi, selon les quartiers, des bandes de jeunes vêtus de la même chemise, mode inspirée sans doute de la fête votive d'Aigues Mortes.

Notre grande occupation était de suivre autour des boulevards les peñas en farandolant et en chantant.

Les rendez-vous incontournables étaient les encieros ou les abrivados de la rue de la République et du boulevard Victor-Hugo. Il y avait aussi les arènes portatives du rond-point de la place Séverine ou sur les ruines de l'ancien théâtre dont il ne restait plus que les colonnes en façade face à la Maison Carrée et qui accueillaient les apprentis toreros ou razeteurs.

Au fil des années, les lieux festifs de la feria se sont déplacés. Il y eut pendant des lustres la bar «du Gitan» près de la place Montcalm aujourd'hui démoli par l'auto-tram ; plus tard la bodega «Paquirri» sous une arche du boulevard Sergent Triaire où se servait le «fino», supplantant le pastis au mètre, la bodega du poète, rue Thoumayne, bien sûr le Prolé, la Grande Bourse... Et tant d'autres où se dansaient Sévillanas en dégustant quelques tapas.

Tous les soirs, place de l'Horloge, place Saint-Charles, les Carmes, la Placette, des orchestres faisaient dansaient les Nîmois et le stand de Radio Monte Carlo, sur la place des Arènes, faisait venir des artistes. RMC c'était aussi la chronique tauromachique de Pierre Cordelier fort écoutée en ce temps.

Et puis il y avait les arènes où chaque jour de la Feria nous attendions l'ouverture des portes vers midi pour pouvoir occuper les rangs de pierres derrière la présidence.

Le paseo débutant vers 16 ou 17 heures, il fallait une sacrée dose de patience pour rester sous le soleil de mai ou juin, mais on chantait, jouait aux cartes...

Cela se range dans les souvenirs où nous avions acheté un billet d'entrée, c'est à dire plus tard en âge.

Avant... Comme tous les jeunes nîmois ados, nous tentions de sauter les grilles, ou de passer le contrôle en courant poursuivis parfois par le garde-champêtre.

Si nous ne pouvions pas nous infiltrer, on attendait l'heure du dernier toro où les grilles étaient ouvertes et permettaient d'assister à l'ultime mise à mort, pratique aujourd'hui disparue.

Voilà quelques anecdotes et souvenirs des Ferias comme beaucoup de garçons de ma génération les ont vécus.

Mais peut-être que ces souvenirs se mêlent à d'autres et sont embellis par les années de notre jeunesse.

Marie JO

Simplement la fontaine près de la mairie où coulait du vin et où les jeunes se précipitaient pour boire.
D'autre part, lorsque je finissais de travailler je courrais aux arènes voir le dernier toro gratuitement avant de rentrer chez moi.
A l'époque on faisait la queue pour acheter les places de corrida. Ensuite, pour être bien placé aux amphithéâtres, on faisait la queue derrière les grilles avant que les arènes ouvrent. Puis on attendait 2 heures avant que la corrida commence. Fallait être de grands aficionados !
Voilà les seuls souvenirs que j'ai des ferias.

 

ERIC

Mes parents n’étaient pas taurins, dans ma famille non plus, seul mon grand-père paternel sans doute l’était un peu mais plutôt bouvine car j’ai entendu parler qu’il allait en Camargue et à Méjannes mais j’étais encore jeune quand il est décédé donc je n’en sais pas plus.

Jeune j’habitais le quartier de La Gazelle à Nîmes, un peu à l’écart du centre- ville et l’animation de la Féria n’y parvenait pas vraiment. Je me souviens qu’aux périodes de féria nous jouions à faire le toro en criant des Olé, mais j’ai un vague souvenir de ces jeux à la récréation, je ne pense pas avoir vu de pégoulade non plus à cette époque, mes parents ne descendaient pas voir les animations.

Par contre je me rappelle assez bien vers les sept, huit ans, pendant la période de féria à la maison c’était l’occasion de voir des cousins parisiens, par la même  je découvrais que j’avais des cousins à Paris !!! , car en dehors de cette période je ne les voyais jamais, et ils  devaient être aficionados  car ils parlaient des toreros, des toros, usaient de mots espagnols je ne comprenais pas grand-chose.

Ma mère qui était bonne cuisinière leur préparait ou la rouille Graulène ou bien les blancs de seiche à l’américaine et souvent un flan en dessert.

Une fois je me souviens ils avaient entrainé mon père pour aller voir une corrida, et on avait amené le petit, le petit c’était moi. Nous avions vu la corrida, il y avait beaucoup de monde, ce devait être des bons qui toréaient, à la sortie je pense que ça avait duré un peu dans les bars, et nous étions revenus un peu tard à la maison, mon père avait pris le voyage, il avait dit à ma mère qu’il ne trouvait pas de cigarette et qu’il avait cherché  longtemps, c’est drôle que je me rappelle de ça, mais je pense que tout le monde l’avait chambré.

Lorsque que je suis passé en sixième, je suis allé au collège du Mont Duplan, un peu plus vieux de 3 ans et plus proche des boulevards, pendant les férias, nous allions sur les  boulevards et faisions péter des pétards à mèche, ce devait être la mode tous les jeunes avaient des foulards. 

Pendant quelques jours les airs au Top Féria étaient ,  Valencia les punaises sont à l'aise dans les trous du matelas, Toréador ton cul n'est pas en or, j'ai, j'ai, j'ai quelque chose dans le cul qui m'empêche de marcher, la rincette,  la rincette c'est un vin qui me monte à la tête,  51 je t'aime j'en boirais des tonneaux , et qui avaient comme final lala lala lala lala.

Plus tard nous avons déménagé et habité  à la rue de la République,  j’avais 10/12 ans , là nous étions plus au cœur de la fête, j’ai vu les taureaux dans la rue, les bandas, la pégoulade, le quartier était un peu plus animé, à la place Montcalm il y avait le bar le Kalisté les gens buvaient dehors, il y avait aussi le bar le Gitan dans la rue du Cirque Romain, je me souviens qu’un copain à mon père qui avait une bonne verve mettait de l’animation, j’ai revu la photo dernièrement sur un livre,  il s’appelait  Jean HEYRAL, je crois qu’il faisait le transport des toros,  j’ignore s’il y avait un lien de parenté avec l’HEYRAL que nous connaissons actuellement,  un gardian était rentré avec son cheval dans le café, les gitans jouaient de la guitare dans la rue.

 Et puis progressivement j’ai eu la permission par mes parents de rentrer un peu tard , puis encore un peu plus tard, et j'ai commencé à faire la fête, et avec les filles , en groupe sur les boulevards,  le Victor, l’Amiral, rendez- vous sous l’horloge du lycée.

Il y avait les abrivados  sur les boulevards,  les rues n’étaient pas fermées, il arrivait qu’un toro s’échappe, je crois qu’un toro était rentré dans le magasin d’habits "Raphael habille bien" il avait mis pas mal la panique au milieu des fringues, il y avait aussi le  toro piscine à la place Séverine, les orchestres sur les places de la mairie, de St Charles, à la placette , nous on suivait le groupe Jo Allan. On buvait des coups au Prolè ..

Nous ne fréquentions pas les bodégas, je me demande même s’il y en avait, mais les comptoirs sur les boulevards, il y en avait, c’est sûr.

A cette époque il y avait seulement 3 corridas, nous rentrions aux arènes pour le dernier toro, une fois  pour faire comme les autres garçons je suis passé entre deux barreaux des grilles, j’ai juré que je ne le ferai plus.

Je me rappelle quand je suis allé au collège de Saint Stanislas  mon prof de dessin était Jean Pierre Formica, pour la feria nous faisions des dessins autour de ce thème, il n'était encore connu comme artiste.

Et puis nous avons eu la mobylette.. notre fief c’était le Gambrinus,  il y avait les chevaux aux jardins de la Fontaine, la  promenade du  Jean Jaurès était en terre battue, il y avait la foire.

   Le lundi matin les joutes dans le canal .

Après la fiesta à Nîmes le soir nous allions à Caveirac, à Garons pour les Encieros de nuit.

Je me rappelle une fois je portais un collègue, nous avions fait de la sangria dans un seau, arrivés à Garons il n’avait plus que la anse dans les mains, nous avions perdu le seau et son contenu.

Quelques temps plus tard, je faisais du sport en scolaire ( ASSU) et en même temps à l’ENA (Entente  Nîmoise  d’Athlétisme), lors des entraînements  au stade municipal Marcel Rouvière je côtoyai Montcouquiol (Christian) autour des terrains de foot, lui il courait parfois avec les Pro de Nîmes Olympique, les joueurs du NO faisaient des matchs de tennis ballon ou des parties de foot sur les terrains de Basket sous les pins, à cette époque il n’y avait pas les Costières, ni le complexe de la Bastide, par contre il y avait des joueurs volontaires et physiques et une équipe que tous les grands clubs de l’hexagone redoutaient, surtout dans le chaudron de Jean Bouin, et là il y en avait des OLE, et attention aux matchs qui tombaient en période de férias, s’il y avait victoire là c’était chaud..

Des collègues m’avaient dit que Montcouquiol faisait torero (il n’avait pas encore pris l’alternative), il avait quelques années de plus que moi, à partir de cette période je me suis davantage intéressé à  la tauromachie et j’ai fréquenté les arènes plus régulièrement.

Nous allions aux arènes très tôt en amenant à manger, sur les gradins il faisait chaud nous étions au cacaracà  perchés en haut des amphis Je me rappelle des maestros  Paquirri,  Espartaco,  Ojeda, lors d’un tour de piste un spectateur lui avait envoyé un lapin blanc.  1983 ces toreros coupaient des oreilles et des queues en pagaille.

En juin 1976 je suis parti faire mon devoir militaire, affecté d'abord à Sainte Marthe à Marseille puis à Lyon à Sergent Blandan, pour ceux qui connaissent, mes deux seules campagnes  !!!

Plus tard, il y a les années Bousquet, les années people, la feria champagne, le développement des cassitas des bodegas, la médiatisation de la feria, avec Philippe Corti, Mourousi, Christian Lacroix, Régine, Inès de la Fressange, autant de corridas que de jours de la semaine, des concerts sur le parvis des arènes, sur celui de la Maison Carrée, je me souviens de la Primavera et les novilladas sous la bulle...Loré, Jesulin, Chamaco.

 

MARIE CLAIRE  

Souvenirs de féria par Marie-Claire DURAND-DAUDET, nîmoise et membre du Cercle Taurin NÎMOIS.

Je me souviens des jours anciens et je… ne pleure pas ! La Féria, la fête de mon enfance, la Féria de mon adolescence, de ma jeunesse, de tous ces moments de ma vie de nîmoise dans la féria, tout simplement ! Ces souvenirs, qui pour certains, sont restés gravés dans ma mémoire.

Je ne vous dis pas mon âge, vous le devinerez…

Les premiers, datent de mon enfance, ils sont au nombre de trois. Il y en a un qui est un peu flou, tellement flou que je  me demande si je n’ai pas rêvé, mais je ne crois pas ! Je pense que c’était lors d’une des toutes premières férias de Pentecôte, peut-être la première ! J’ai le vague souvenir, enfant d’avoir eu très peur devant un char qui brûlait en envoyant des fusées incandescentes dans tous les sens. J’étais devant les Arènes avec mes grands-parents. C’était un toro de fuego lors de la pégoulade ou quelque chose qui y ressemblait ?

D’autre sont plus précis, c’était lorsque j’habitais la rue Fresque, j’avais 7 ou 8 ans.

Dans cette rue, en face de chez nous, il y avait le Bar de l’Arceau à l’angle de la rue des Patins, l’actuel 421. Quelle ne fut pas ma surprise, ma stupeur face au spectacle qui se présenta à mes yeux d’enfant, lorsque un matin de féria, à l’heure de l’apéro, je vis entrer dans le café deux hommes en grandes blouses tenant au bout d’une longe un bœuf tout décoré avec des fleurs et des pompons ! Allaient-ils lui faire boire un des Pastis alignés sur le zinc ? Je ne sais pas si d’autres personnes ont assisté à de telles scènes, c’était très surprenant !

Et maintenant, avec du recul, celui qui pour moi est le plus important et qui m’a le plus marquée ! Il est lié à l’amitié  qui unissait mes parents à Louis HEYRAL dit « Loulou ». Il fut le premier alguazil officiel de la Féria de Pentecôte. J’étais très impressionnée de le voir sur son cheval, dans son costume noir, sur la piste des Arènes. Ce monsieur important, moi petite fille, je le connaissais !

Je le connaissais tellement bien, qu’avant la corrida nous allions le voir lorsqu’il préparait ses chevaux. Alors là j’ai eu un privilège qu’aucun autre enfant n’avait ! Loulou m’installait sur un des chevaux de picador et me faisait faire le tour des Arènes. J’avais un peu peur, c’était impressionnant, mais je n’étais pas peu fière !

A cette époque, il n’y avait pas de grille aux Arènes et tous les chevaux caparaçonnés, prêts pour la corrida attendaient derrière les arcades ! Oui beau souvenir d’enfance et de féria !

Adolescente, c’est la fête dans la ville dont je me souviens, avec la venue des penas espagnoles invitées par la municipalité et qui logeaient dans certains de nos établissements scolaires. Nous attendions la sortie du collège avec impatience car dehors c’était la joie, la fête nous attendait. Nous nous retrouvions filles et garçons, il n’y avait pas de mixité dans les collèges et les lycées, nous faisions le tour des boulevards en suivant les groupes de musiciens et c’était des danses endiablées en farandoles, en cercles, accompagnées de chants ; Certains se souviendront « Tralala, tralala, tralala ! Chicuelo…♪♪♪♪ » !

Nous allions aussi aux corridas, ça faisait tout naturellement partie de la fête. Nous montions aux « amphis », notre argent de poche ne nous permettait pas de descendre plus bas ! Nous y allions très tôt, avec pique-nique, pour avoir de la place. Période des cerises oblige, les noyaux profitaient des lois de la pesanteur pour atterrir sur la tête des spectateurs du bas. Des yeux noirs se tournaient vers nous avec parfois quelques échanges imagés mais bons enfants ! Nos connaissances de la corrida se forgeaient à l’écoute de copains ou de voisins plus informés que nous. Ce qui était important, c’était l’ambiance et quelle ambiance !

Plus tard, adultes, c’est la venue d’amis de différents coins de France que nous invitions à venir faire la fête. Nous avons eu le plaisir de leur faire partager le moment important de l’alternative de notre torero nîmois, Nimeno II. Après la corrida, je garde le souvenir de soirées inoubliables dans les maisons des uns et des autres où nous nous retrouvions pour manger, boire chanter et danser ! Un ami nous avait fabriqué une banderole apposée sur notre portail « ICI LA BODEGA DUDU » !

Ce qu’il faut retenir, c’est que pour les nîmois, la Féria de Pentecôte, c’est la fête des fêtes à tous les moments de notre vie ! C’est un peu de notre histoire, de notre culture commune, « de notre ADN » comme on dit aujourd’hui ! Culture qu’il faut préserver, transmettre… Nos souvenirs sont là pour la perpétuer !!!

ASSEMBLEE GENERALE DU CTN- 26 MARS 2022 A LA MANADE RAYNAUD

Publié le par cercletaurin.nimois

ASSEMBLEE GENERALE DU CTN- 26 MARS 2022 A LA MANADE RAYNAUD

A la manade RAYNAUD, en ce samedi 26 mars de l’année 2022, la joie des retrouvailles est manifeste ! Le CERCLE TAURIN NÎMOIS ne déroge pas à ses principes, amitié et convivialité sont de la partie.

Dans la bonne humeur, José et Jean-Marie font signer la feuille d’émargement aux participants.

 

Entre ciel, soleil et marais, les manadiers nous accueillent sur leurs terres. Nous prenons place sur la remorque, en avant pour visite et découverte.

 

 

ASSEMBLEE GENERALE DU CTN- 26 MARS 2022 A LA MANADE RAYNAUDASSEMBLEE GENERALE DU CTN- 26 MARS 2022 A LA MANADE RAYNAUD
ASSEMBLEE GENERALE DU CTN- 26 MARS 2022 A LA MANADE RAYNAUDASSEMBLEE GENERALE DU CTN- 26 MARS 2022 A LA MANADE RAYNAUDASSEMBLEE GENERALE DU CTN- 26 MARS 2022 A LA MANADE RAYNAUD

Et pour le plaisir des yeux, en route pour un petit périple à travers cette Camargue sauvage et envoutante que nous aimons…

Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images

Diaporama, laissez défiler les images

Retour au mas où nous attendent apéro et repas !

la classe vestimentaire venue cette année tout droit de Marseille,

                            pantalon assorti au mobilier de la manade, à couper le souffle.... 

 

Repas traditionnel concocté et servi par manadières et manadiers, arrosé de vins du pays consommés avec modération, car les choses sérieuses nous attendent pour l’après-midi !

Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images
Diaporama, laissez défiler les images

Diaporama, laissez défiler les images

ASSEMBLEE GENERALE DU CTN- 26 MARS 2022 A LA MANADE RAYNAUD
ASSEMBLEE GENERALE DU CTN- 26 MARS 2022 A LA MANADE RAYNAUDASSEMBLEE GENERALE DU CTN- 26 MARS 2022 A LA MANADE RAYNAUD

C’est 15 heures 30, place à l’Assemblée Générale !

« Il fait trop beau pour travailler » ! Non erreur ! Il fait trop beau pour rester enfermés, aussi les débats se dérouleront à l’extérieur !

Notre président, Eric PORTES, assisté de Marie-Claire secrétaire de séance, déclare l’assemblée ouverte, il remercie les présents d’assister à cette réunion statutaire et rappelle l’ordre du jour. La parole est donnée aux différents intervenants…

 

L’œil de Monique

Présenté, en l’absence de Monique,  par Hervé TORRES, notre lecteur préposé.

Après une année taurine pas exceptionnelle, Monique nous fait espérer, pour 2022, des rêves qui peut-être deviendront réalité, « des toros bravos aux piques, solides sur leurs pattes, nobles et toréables pour les toreros… » ! C’est ce qu’elle souhaite aux aficionados que nous sommes !

Le billet de Paul

Paul fait le tour d’une actualité compliquée, pour ne pas dire difficile d’un point de vue général pour nos sociétés ! Dans ce contexte, plus partagé sur l’année tauromachique passée, il entrouvre une lucarne, peut-être une fenêtre d’espoir pour la temporada qui commence ! Mais… « Mais un large public répondra-t-il présent après 2 ans d’absence ? »

Bilan des activités par André

Malgré les difficultés engendrées par cette période difficile, le Cercle Taurin est resté dynamique en proposant  différentes activités taurines et culturelles, un voyage à JAEN très réussi grâce au travail conjugué de la commission activités et voyage et de notre voyagiste.

Rapport financier

José et Jean-Marie, trésorier et trésorier adjoint présentent succinctement et avec humour les comptes financiers. Les finances du CTN sont pérennes. Dépenses et recettes sont équilibrées.

Entre espoir et prudence

C’est au tour de notre président de s’approcher du micro…

« Entre espoir et prudence », si c’est l’humeur du moment des milieux financiers, le monde taurin peut faire également sienne cette maxime.

Eric nous fait l’inventaire des bilans, mais surtout des projets aussi bien locaux que régionaux. Cet inventaire pourrait nous donner de l’espoir, malgré ses détracteurs le monde taurin n’est pas encore mort, mais il faut rester vigilants ! Il faut savoir hausser le ton pour défendre nos traditions.

Il termine en remerciant toutes celles et ceux qui œuvre pour le CTN.

Et pour finir, c’est sur ces mots que son discours s’achève :

 « Vive toutes les tauromachies, vive notre aficion, vive le Cercle Taurin Nîmois ! »

Dernière annonce : les jeudis du Cercle vont reprendre avec deux conférences, l’une le 21 avril 2022 avec Yannis EZZIADI tout récent aficionado qui a écrit et présenté un dossier sur la tauromachie dans la revue CAUSEUR ; l’autre le 19 mai 2022 avec Philippe COMBESSIE professeur de sociologie à l’Université de Paris X Nanterre.

Vous pouvez retrouver rapports et billets en fin d’article.

 

Vient ensuite le moment des votes, les rapports sont approuvés à l’unanimité.

Comme il n’y a pas de questions diverses, nous passons au renouvellement des membres du conseil d’administration.

 

Membres sortants :

André COSTE, Alfred DANIEL, Gérard GRAS, Marc PIERETTI, Marie-José POVEDA, Eric PORTES.

Nombre de postes à pourvoir : 6 (six)       

Membres candidats :

Marie-José POVEDA, Eric PORTES, Myriam THERAL.

Sont élus :

Marie-José POVEDA à l’unanimité ;

Eric PORTES à l’unanimité ;

Myriam THERAL à l’unanimité.

 

Clôture de l’Assemblée Générale  à 17 heures.

 

LES ACTIVITES DU CTN PAR ANDRÉ

TRESORERIE DU CTN - JOSE et JEAN MARIE

RAPPORT MORAL PRESIDENT

CONSEIL D'ADMINISTRATION DU C.T.N.

RETOUR SUR LE CAFE TORO DU 12 MARS 2022

Publié le par cercletaurin.nimois

Pour la reprise des cafés-toro, ce samedi 12 mars 2022  la Coordination des Clubs Taurins de Nîmes et du GARD remetait le trophée GARD CÉVENNES CAMARGUE aux lauréats ainsi qu'aux éleveurs.

La Coordination des Clubs taurins de Nîmes et du Gard organisait ce pluvieux samedi de mars un café-toro tourné vers les sources de l’Aficion :

les novilladas sin caballos.

Le Président GABOURDÈS, dans un long préambule, a tenu à féliciter les organisateurs de ces courses qui offrent aux jeunes toreros l’occasion de démontrer leurs compétences. Ils permettent également aux éleveurs de tester et faire connaître leur bétail.

Joé GABOURDÈS a développé la philosophie de la Coordination, dont le souci est essentiellement de soutenir les initiatives des organisateurs, sans pour autant intervenir dans leur champ décisionnel. «On peut soutenir, on fait tout notre possible pour cela, on peut donner des conseils, faire profiter de nos contacts, mais jamais nous ne sommes intervenus dans les prises de décisions des organisateurs qui sont les seuls à décider des cartels et de ce qu’ils ont envie d’offrir à leur public».

 

RETOUR SUR LE CAFE TORO DU 12 MARS 2022

Dans la suite du Trophée Occitanie, la Coordination a décidé de se recentrer sur le Département du Gard en créant le Trophée Gard-Cévennes-Camargue pour soutenir les Novilladas sans picadors du département se déroulant à Alès, Bellegarde et Bouillargues.

Le trophée est remis chaque année au meilleur novillero et au ganadero ayant présenté le meilleu
r novillo.

RETOUR SUR LE CAFE TORO DU 12 MARS 2022

Après la projection d’une partie de son exceptionnelle prestation aux arènes d’Alès-en-Cévennes, Clément HARGOUS a reçu son prix mérité. Il avait dû assurer un Seul contre six, après la blessure de Nino Julian, en parvenant à un sommet de maestria peu commun dans ce type de course. Les participants du Café-toro spéculaient déjà sur ses futures prestations dans les prochaines ferias.

Le Ganadero Alain TARDIEU, était le bénéficiaire du prix consacré aux élevages. Empêché de participer à la matinée, il est attendu pour un prochain Café-toro.
 

RETOUR SUR LE CAFE TORO DU 12 MARS 2022

Présent lors de la remise des prix, l’élu nîmois à la tauromachie Frédéric PASTOR, a été interpellé par Joé GABOURDÈS, qui lui demande d’intervenir auprès de l’empresa nîmoise, afin de songer à proposer une action en soutien au peuple Ukrainien.

Même s’il n’est pas habituel d’insérer un festival dans une feria, cette course pourrait prendre la forme d’un festival de bienfaisance avec la participation de Sébastien CASTELLA, qui a très rapidement prouvé par son action son implication en faveur du peuple Ukrainien.

Elle pourrait être programmée le samedi matin de la Feria, à la place de la novillada qui pourrait être avancée.

 

Merci à Christophe DUMOND pour ce compte-rendu très complet de cette belle matinée.

Les 70 Ans de la FERIA ce 5 mars dernier au NAPOLEON

Publié le par cercletaurin.nimois

URE

URE

Nous étions nombreux, adhérents des clubs fondateurs à répondre à l'invitation de Monsieur Jean Claude COULET ce vendredi 5 mars 2022.

C'est devant le NAPOLEON boulevard Victor HUGO que les Présidents des Clubs Fondateurs ont évoqué avec beaucoup d'émotion, ce 5 mars 1952.

C'est notre ami, Hervé TORRES qui représentait le Cercle Taurin. 

Nous avons choisi de lire la lettre de Jean LAURET, 1er président du Cercle Taurin Nîmois,  et président du Comité d’organisation de la feria de Nîmes en 1952. Lettre écrite à Jérôme  FESQUET à l'occasion du 40ème anniversaire de la Feria de Nîmes.

 HERVE TORRES (Photo Michel CHAUVIERRE)

HERVE TORRES (Photo Michel CHAUVIERRE)

L'Orchestre des Arènes CHICUELO II qui animait joyeusement ce début de soirée a reçu à cette occasion La médaille des fondateurs remise par les Présidents des Clubs..

 Les 70 Ans de la FERIA ce 5 mars dernier au NAPOLEON

LES 70 ans de la FERIA DE NÎMES

Publié le par cercletaurin.nimois

LES 70 ans de la FERIA DE NÎMES

Chères et chers amis aficionadas y aficionados,

Cette année la Feria de Nîmes va fêter son 70ème anniversaire.

C'est lors de la réunion du 5 mars 1952, qui s'est tenue au premier étage du CAFÉ DE PARIS sur le Boulevard Victor Hugo, actuellement le bar le NAPOLÉON, que les clubs taurins de l'époque ont pris la décision de créer un évènement Nîmois dont on connaît depuis ce qu'il est devenu.

 

LES 70 ans de la FERIA DE NÎMES

Nous vous donnons rendez-vous ce 5 mars 2022 à 18 h 30 devant le bar le NAPOLÉON en présence des clubs taurins fondateurs pour commémorer cette date.

A très bientôt,

Éric PORTES

Président du Cercle Taurin Nîmois.

Invitation

Invitation

AFFICHE de la PREMIERE FERIA NÎNOISE

AFFICHE de la PREMIERE FERIA NÎNOISE

CANTAORA, MARAVILLOSA, FANTASTICO Y LETRADO

Publié le par cercletaurin.nimois

CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO

Lors de notre soirée "revivre le voyage à JAÉN" le 22 novembre dernier, nous étions bien trop heureux de ces retrouvailles pour regarder  la rétrospective en image.

L’article d'Eric paru récemment, retrace avec bonheur ce voyage riche en émotions et nous permet de revoir les moments forts de ces journées.

Pour ma part,  j’aimerai faire un focus sur deux jours assez exceptionnels et émouvants.

Pour la première fois, dans un voyage du CTN mais aussi dans cette ganaderia, un groupe d’aficionados était  convié à prendre une part active dans la vie de la propriété.

CANTAORA, MARAVILLOSA, FANTASTICO Y LETRADO

ces noms  vous rappelle quelque chose ?

Souvenez-vous de la découverte de cette Ganaderia du bout du bout du monde El Añadio

Jean Frank, notre voyagiste à réussi à  persuader Maria Jesus Gualdo Bueno de recevoir chez elle le C.T.N. soit 54 personnes,  à  la condition que nous venions en petits groupes.

Quand Maria Jesus reçoit des aficionados sur sa propriété, ce sont exclusivement des visiteurs individuels ou des petits groupes d’amis. 

Tous deux se sont organisés  pour conserver le plus possible le côté intime des visites chez  El Añadio, auquel elle tient particulièrement, de plus, compte-tenu de la situation géographique de la ganaderia, il était tout aussi impossible d’y arriver en bus de tourisme. 

Le mardi et le mercredi, les bleus puis les jaunes se repartiront dans 2 mini-bus pour arriver à  la Finca. (le dernier jour, un des mini bus a même eu beaucoup de mal à  revenir vers Jaén).

Maria Jesus nous explique, dès notre arrivée comment elle conçoit la réception des aficionados sur le domaine.

Soyez les bienvenus, quand on vient chez El Añadio chacun participe à la vie de la Ganaderia, aujourd'hui vous allez nous aider à l’identification de jeunes nouveaux nés.

Elle propose de nous repartir en 2 sous groupes, l’un découvrira, la propriété, son historique et la finca, l’autre ira sur le terrain.

Maria Jesus captivera son auditoire dans les beaux jardins de la finca en nous contant, avec humour, par le truchement de Jean Frank (pour ceux qui comme moi en sont toujours à la leçon 2 de l’Espagnol facile) comment elle est finalement devenue la propriétaire de la Ganaderia  car à l'époque la terre ne se transmettait qu'aux hommes. Ses aïeux doivent à la fois se retourner dans leur tombe et être fièrs de l'aficion  qui anime cette descendante et lui permet de faire vivre un fer dont elle selectionne avec rigueur et détermination les produits nés sur le vaste domaine. Puis nous poursuivrons la découverte de la finca par l’intérieur de la maison tout aussi riche en souvenirs.

CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADOCANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO

Nous, les jaunes qui avons découvert El Añadio, un jour après les bleus, nous n’avons reçu aucune information où photo sur ce qui nous attendait.

Quand ce fut notre tour, le secret était toujours bien gardé. Enfin, ce fut à notre petit groupe de traverser le campo...

 Nous nous  répartissons dans plusieurs véhicules, certains prenant le volant d’autres le talkie-walkie pour assurer communication et traduction  entre les véhicules. En suivant la jeep du Mayoral nous nous retrouvons au milieu des toros, puis nous nous dirigeons vers les mères et les petits derniers nés. 

Pendant que nous nourrissons des mères (merci Michèle, Alain et les autres) pour créer une diversion le Mayoral prépare ses doses d’analgésique, c’est à la sarbacane qu’il injectera le tranquillisant sur les petits pour leur attribuer leur n° de registre de naissance, il avance sur le veau qui vient de se coucher sous l’effet de sa fléchette,

Puis il le charge dans notre vehicule, à l’arrière, Michèle et moi sommes attendries par ce petit que nous nommerons LETRADO comme son père ,  et nous nous éloignons des mères pour procéder à l’identification.

CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO

Le mardi c’est Annie PORTES et José  MORENO qui ont vécu la veille, la même expérience,  ils poseront la Boucle n° 3760 à une jeune vaca du nom de CANTADORA. 

Puis FANTASTICO, jeune veau du 21 eme siècle, se verra attribuer deux parrains Marc PIERETTI et José YVORA (pas très organisés nos amis, ils sont toujours à la recherche de la fiche d’identité de leur filleul) ne désespérons pas....ouf,  nous avons retrouvé sa trace. il porte le N° 9569.

Mercredi, c’est d’abord, Isabelle DESPRIS et Armand FUENTES qui attribueront le n° 3762 à  MARAVILLOSA, chacun posera son "Crotal" ou boucle d’oreille. Profitant du temps d’inconscience de la belle une grosse partie du groupe se fera prendre en photo pour une caresse. Puis Armand, en parrain attentionné ramènera dans ses bras sa petite filleule pour qu’elle retrouve rapidement sa maman. 

Nous faisons parti du dernier groupe. Cette fois c’est un petit mâle qui est choisi, LETRADO. Michèle SEBBAH et Paul MACIP prennent les pinces et un  "crotal" chacun,  LETRADO le vigoureux, portera le n° 9570 à chaque oreille.

Il reprend assez vite conscience et déjà dans la jeep qui le ramène vers sa mère il relève la tête secoue les oreilles. Des Boucles d’Oreille pour un macho, ça n’a pas l’air de lui plaire vraiment. Nous le déposons à l’ombre,  au pied d'un énorme chêne,  sa mère  s’approche le sollicite de la voix et déjà il se relève, ce futur petit toro bravo.

CANTADORA

CANTADORA

MARAVILLOSA

MARAVILLOSA

FANTASTICO

FANTASTICO

LETRADO

LETRADO

Ils sont devenus officiellement, en ces deux matinées d’octobre, membres du cheptel de EL Añadio. Maria Jesus  vient de nous adresser leur certificat de naissance, nous espérons avoir rapidement d'autres nouvelles que nous vous communiquerons par l'intermédiaire de leurs parrains et marraines.

Pour 2022, nous leur souhaitons un hiver paisible auprès de leur mère, un printemps fleuri, l’ombre des grands chênes pour les grosses chaleurs andalouses de l’été prochain ... avant que commence années après années leur vie de vaca  et de toro bravo.

Et si l’envie vous prenait de retourner chez El Añadio,  sans le CTN, pensez à nous tenir informés de ces quatre là. 

A suivre...

Martine

CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO
CANTAORA, MARAVILLOSA,  FANTASTICO Y LETRADO

FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021

Publié le par cercletaurin.nimois Éric Portes

 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021

Après avoir atterri le 16 octobre à 22 h 25 à l’aéroport de Malaga, nous arrivons après minuit à l’hôtel Europa 3 à Jaen, 

où nous prenons rapidement

possession des chambres pour un repos,

sans doute un peu court, mais bien nécessaire

car certains avaient déjà commencé leur nuit dans le bus, on entendait juste une mouche * voler.

 

*(bactrocera oleae, moins scientifiquement appelée dans la région '' mosca del olivo '') 

Nous sommes le 17 octobre Dimanche matin,  nous partons en direction de LINARES pour nous rendre à la ganaderia Amparo Valdemoro, où deux toros seront lidiés à puerta cerrada, et le mystère règne toujours autour du nom du torero qui livrera le combat.. Ce matin la placita a attiré la foule des grands jours ,

nous sommes proche du ‘’ No hay billettes ‘’ les gradins sont copieusement remplis, le monde people est aussi présent.

 

 

 

 

La présidence est déjà en place .

Et c’est le  maestro Curro Diaz qui fait le paseo commençant à fouler le sable du ruedo dévoilant jusqu’ici le secret bien gardé

 . 

Avec son style très épuré le  maestro Curro Diaz, distille des passes templées et nous emporte dans deux faenas très complètes, alternant passes de naturelles à gauche et à droite.

 

 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021

A l’issue des deux lidias matinales le maestro visiblement satisfait  

et après la traditionnelle photo souvenir,

nous reprenons le bus pour Guarroman pour déjeuner dans une auberge très taurine qui est une halte très fréquente pour les toreros et le mundillo passant dans la région, la Mezquita de Paquito 

 

 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021

Après ce bon repas, nous sommes de retour sur Jaen pour assister à une corrida de rejon avec des Adolfo Martin et voir triompher Diego Ventura  

 

 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021

Lundi 18 octobre, départ vers UBEDA pour une visite guidée de la ville qui est un joyaux de l'Andalousie et classée au patrimoine de l’Unesco,

 

 

 

où nous sommes accueillis par la reine de la ville 

 

 

Diaporama  ⤵

 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021

Puis nous prenons le repas dans un établissement moderne, abrités du soleil sous un vélum qui nous rappelle les senteurs d'été,

sommes nous vraiment au mois d'octobre ??? 

Plus tard, cette route nous ramènera à Jaen pour y découvrir la ville avec une autre visite guidée.

 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021

Arrivés à JAEN, capitale de la province aux 60 millions d'oliviers,  nous gravissons la petite route sinueuse qui nous mène au Parador et sur les hauteurs de la ville  

 Vue Imprenable sur la plaza de toros 

et visite de la cathédrale de la Renaissance la plus importante d'Espagne  

Diaporama  ⤵

 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021

Les 19 et 20 octobre, mardi et mercredi, sont prévues au programme, la visite des deux ganadérias  El Añadio  ´ y ´  El Cotillo...  Pour des raisons d’accessibilité du bus pour atteindre la ganaderia  '' El Añadio '' nous devons scinder le groupe des 54 participants en deux groupes de même nombre, les jaunes et les bleus, qui feront les visites des deux ganadérias alternativement soit le mardi soit le mercredi

 

Proches de Vilches et après avoir parcouru quelques 7 kilomètres de chemin caillouteux, nous arrivons à la ganadéria ‘  El Añadio  

ce paturage de 350 ha, propriété de la même famille depuis le milieu du 19 siècle, bénéficie d’une implantation géographique exceptionnelle, dominant les immenses champs d’oliviers avec une vue panoramique sur la sierra ……., 

nous sommes accueils par Rosa et par Maria Jesus Gualda Bueno

qui a repris l’élevage dans les années 1980,

 

visite du campo en 4x4 ( après contrôles et vérifications techniques du véhicule ) 

Particularité de la ganadéria, ici on endort le veau à la sarbacane  pour placer le crotal ( étiquette à l'oreille) , pour plus de détails, lire l'article à  venir consacré à ces moments (''ficha de apadrinamiento pour CANTADORA, MARAVILLOSA, FATASTICO Y LETRADO") 

repas dans le patio et tentadore flamenco de deux vaches dans le typique ruedo, sur le mur sont plantées des pierres saillantes ''les tapias'', pour éviter a los espontaneos de se laisser glisser dans la piste 

 

 

 

avec l étoile montante de la casa , Marco de Llinares.

 

 

 

 

 

Puis moment musical, au rythme de la guitare  de Curro Perez artiste très connu dans la région de Jaen,

 

avec le coucher de soleil en fond de scène  

Et retour sur Jaen en fin de soirée..

 

Diaporama  ⤵

 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021

Et pour la seconde Ganaderia ´ El Cotillo’ˆ 

des Toros de belle présentation, forts et armés,

Ganadero Juan Collados Ruiz 

 

 

 

 

 

avec 2 grands maestros ,

Alberto Lamelas pour la tienta avec le groupe jaune

Rafaelillo pour la tienta avec le groupe bleu,
 

 

 

 

 

 et le jeune Manuel Roman pour les tientas avec les deux  groupes  

 

Notre Président fait un historique et présente le CTN, souhaite au maestro le meilleur pour la temporada à venir, Rafaelillo aime Nîmes et rappelle ses souvenirs de son passage en novilladas à l'époque des arènes couvertes sous la bulle...

    Diaporama  ⤵      

 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021
 FERIA DE SAN LUCAS à JAEN du SAMEDI 16 OCTOBRE au JEUDI 21 OCTOBRE 2021

 

Jeudi 21 dernier jour du voyage et retour sur MALAGA en bus pour se rendre à l'aéroport  

 

 

c'est toujours important de choisir la bonne compagnie de bus ...

Verdad Hervé ??

Encore quelques heures sous le soleil andalou et si on se faisait une plancha de poissons sur la plage, coquillages et crustacés...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toutes les bonnes choses ont une fin ... et  on profite jusqu'au bout ...  

Confidences et insolites ...    

 le maestro Rafaelillo souhaiterait étoffer sa quadrilla avec un nouveau mozo de espada, il parait que ce serait presque fait   ( qui sait un jour peut être un nouveau calife  !! )

                                   Tu confirmes José   ?                             

                                                                                        

 

Oh ! bonne mère,  no me digas... pas assez de congés pour suivre le maestro ??? 

 

Eric, Josy, alors ce premier voyage avec le CTN,

intense le programme non ? ...un commentaire peut être , ça vous a plu ??

 

On pensait Jésus de Nazareth, non il est de Nazareno, la lumière est en lui 

 

 

 

 

 

 

 

 

et elles veillent sur lui... 

 Ce n'est qu'un au revoir,  !!!! 

                             

que la commission 

prépare déjà pour

la dernière  semaine

du mois d'août 2022

le prochain....👁️‍🗨️

 

UNE SOIRÉE AU MUSÉE.

Publié le par cercletaurin.nimois

UNE SOIRÉE AU MUSÉE.

C’est sur une idée de notre secrétaire Marie Claire Durand, que la commission culturelle du CTN  a suggéré ce projet de proposer à nos adhérents une visite, privée, guidée et commentée, des expositions d’ Henriette et Claude Viallat, de Pierre Dupuy et de Nimeno II au musée des Cultures Taurines de Nîmes .

Forts de l’expérience d’une précédente visite de ce type à l’occasion de l’exposition Goya, qui avait été un franc succès, après les accords nécessaires des différentes parties prenantes, mairie, conservatrice et direction du musée, ce jeudi 7 octobre 2021 à 18 h 30 nous nous retrouvions 38 sur 40 visiteurs possibles pour débuter la découverte des 3 expositions.

 Dès notre arrivée, nous sommes accueillis par Mesdames Camille Dubois Responsable du service des publics au Musée des Cultures Taurines, Lisa Laborie-Barrière Conservatrice en Chef au Musée des Cultures Taurines et Monsieur Gilles Raoux Régisseur des œuvres et expositions du musée des Cultures Taurines,  qui nous souhaitent la bienvenue et nous expliquent comment nous allons procéder pour réaliser les visites.

 

Dans le respect du protocole sanitaire  en vigueur et pour faciliter la circulation à l’intérieur du musée,  nous  avons constitué 3 groupes équivalents pour pénétrer dans les salles  à tour de rôle.  

 

puis nous prenons connaissance

des documents relatifs à  l'exposition

 

 

 

c'est parti, nous rentrons dans le musée.

 

 

 prenez un moment pour visionner le diaporama.
 prenez un moment pour visionner le diaporama.
 prenez un moment pour visionner le diaporama.
 prenez un moment pour visionner le diaporama.
 prenez un moment pour visionner le diaporama.

prenez un moment pour visionner le diaporama.

Pierre Dupuy est né à Saint-Rémy-de-Provence en 1932, bien loin du tumulte des grandes plazas de toros. Son histoire taurine commence dans les années 50, lorsqu’il se lie d’amitié avec Paul Barrière qui lui fait découvrir l’univers de la tauromachie. C’est aussi le moment où Pierre Dupuy débute sa collection de tauromaquia et entre en "littérature taurine". Il s'installe à Nîmes en 1956 et côtoie dès lors le mundillo.

Le fonds Pierre Dupuy a été acquis par la Ville de Nîmes pour le Musée des Cultures Taurines en novembre 2013 avec l'aide de la Région Languedoc Roussillon.

Il est constitué de sa bibliothèque (livres et revues), ses archives personnelles (photos de corridas, de Camargue, de voyages en Espagne et en Amérique latine, correspondances avec des aficionados, journalistes taurins, éleveurs de taureaux de combat, toreros, photographes, dessinateurs... français, espagnols et d'autres nationalités),  

et de ses archives professionnelles en tant que "revistero" de la revue "Toros" et en tant qu'écrivain (manuscrits d'articles et de livres, documentation écrite et imprimée, photos), des archives personnelles de "Miquelita" et "Paquito" du temps de la revue "Toros", des archives personnelles d'Alfred Degeilh dit "Aguilita", directeur de la revue toulousaine "Le Toril" (1925-1944).

Claude Viallat, Plasticien , peintre Nîmois, aficionado des tauromachies, toros bravos et course camarguaise nous fait partager une collection d’un nombre incalculable d’objets, ouvrages, toiles, illustrations, sérigraphie, affiches de férias, peinture tauromachique, toute une vie consacrée à l’art sous toutes ses formes, rassemblées dans un même lieu, impressionnant et passionnant à la fois.

UNE SOIRÉE AU MUSÉE.
Une assemblée très à l'écoute des explications
Une assemblée très à l'écoute des explications

Une assemblée très à l'écoute des explications

Il faudra gravir quelques marches  pour accéder à l’exposition Nimeno II, 

consacrée aux 30 ans de la disparition du toréro Nîmois, au travers des effets ou objets personnels et intimes présentés nous avons pu connaître davantage ses passes temps favoris, sa passion pour la guitare, voir plusieurs ‘’ trajes de luz’’  portés à différent moments des temporadas, notamment celui vert émeraude et or porté pour son alternative à Nîmes à l’occasion de la feria de Pentecôte le 28 mai 1977, et lors de corridas en France, Espagne,  en Amérique Latine et au Mexique , capes et muletas, livres gravures et de nombreuses toiles, affiches et photos retraçant les grands moments de sa trop courte carrière,  clichés saisis à l’occasion de grandes faenas du maestro.

UNE SOIRÉE AU MUSÉE.
UNE SOIRÉE AU MUSÉE.
UNE SOIRÉE AU MUSÉE.UNE SOIRÉE AU MUSÉE.
UNE SOIRÉE AU MUSÉE.
UNE SOIRÉE AU MUSÉE.UNE SOIRÉE AU MUSÉE.

Nous continuons la visite en pénétrant dans les réserves du musée, véritable coffre fort, un moment privilégié, au milieu de centaines d’objets,

 de souvenirs, de cadeaux, une collection enrichie pendant de nombreuses années durant voyages ou manifestations taurines, mais malheureusement compte tenu du caractère très confidentiel de cette incursion dans le coffre fort du musée, (comme en témoigne l'épaisseur de la porte d'accès)

il n'y aura pas de photos ......

 

 

Et pour terminer la visite, Gilles Raoux, ancien toréro devenu le Régisseur des œuvres et expositions du musée des Cultures Taurines  

a mis à disposition le livre d’Or du Cercle Taurin Nîmois que nous avons pu consulter et qui a  permis aux nouveaux adhérents de  le découvrir .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

petits moments de détente pour las peonas,  

     elle est pas belle cette quadrilla ?

 

A l’issue de la visite nous nous sommes rendus à deux pas de là, à la brasserie des 2 Mondes sur la Place Montcalm, pour terminer la soirée autour d’un repas convivial composé au choix d’un sauté  de veau ou d’une rouille sétoise, occasion pour nous également d’accueillir au sein du CTN 3 nouveaux adhérents que nous saluons ici et que nous avons hâte de retrouver pour d’autres rencontres pour partager Aficion et convivialité .

UNE SOIRÉE AU MUSÉE.
UNE SOIRÉE AU MUSÉE.

 Remerciements aux organisateurs de cette soirée au musée

Remerciements à Mesdames ;   

Sophie Roulle Adjointe déléguée à la culture de la ville de Nîmes

Patricia Girard Pausanias Directrice des Musées et du Patrimoine de la Ville de Nîmes

Camille Dubois Responsable du service des publics au Musée des Cultures Taurines

Lisa Laborie-Barrière Conservatrice en chef du Musée du Vieux Nîmes et du Musée des Cultures Taurines  de Nîmes

Marianne Crépin membre de la commission culturelle du Cercle Taurin Nîmois

Monsieur Gilles Raoux Régisseur des œuvres et expositions du musée des Cultures Taurines

 

Fin de l'article....

MÁLAGA - VILLE NATALE DE PICASSO

Publié le par cercletaurin.nimois

 MÁLAGA - VILLE NATALE DE PICASSO

Dernière étape de notre séjour, MÁLAGA est également considérée comme le berceau de l'art cubique.

Fondée au VIIIe siècle par les Phéniciens, il s'agit là de l'une des plus vieilles villes d'Europe.

Sans surprise, MÁLAGA est une ville d'art, riche en expositions consacrées au verre et au cristal, aux voitures anciennes, aux créations contemporaines et, bien sûr, aux œuvres de Picasso.

 

Au Paseo del Parque, promenez-vous au milieu des bananiers et des belles fontaines, puis dirigez-vous vers la vieille ville pour étancher votre soif de culture ou soif tout court dans une taverne espagnole.

Colette, nouvelle adhérente et qui y a vécut nous recommande une spécialité espagnole, en remontant la calle LARIOS achetez ou buvez une "horchata de chufa" boisson de l'été.

 

 MÁLAGA - VILLE NATALE DE PICASSO

Au XIXe siècle, la ville a connu une activité intense sur les plans industriel et révolutionnaire qui en a fait la première ville industrielle d'Espagne et lui a valu les titres de : 

MÁLAGA "toujours intrépide"

ou

MÁLAGA "la première malgré le danger à défendre la liberté".

En effet elle a subi la première étape des épisodes les plus sanglants de la guerre civile Espagnole.

Puis  ce fut l'explosion du tourisme dans les années 1970, avec ses 16 plages ensoleillées, ses nombreux monuments comme l'Alcazaba ou le château de Gibrafaro offrant l'une des plus belles vues de toute la ville, MÁLAGA a de quoi séduire.

Aujourd'hui MÁLAGA est un important centre économique et culturel et un nœud de communication important sur la côte méditerranéenne.

 MÁLAGA - VILLE NATALE DE PICASSO

L'actuelle Plaza de toros de MÁLAGA fut construite en 1974 par l’architecte espagnol Joaquín Rucoba, (également auteur du marché d'Altarasanas).

Elle fut inaugurée en 1976 et rénovée en 2011, de style néo mudéjar elle a la forme d'un polygone régulier de 16 côtés.

Sa capacité actuelle est de plus de 10000 places.

Appelée LA MALAGUETA pour sa proximité avec la plage du même nom, elle fut déclarée Monument historique et artistique en 1976 et Bien d'intérêt Culturel en 1981.

On y trouve aussi le musée de la tauromachie "Antonio Ordoñez" elle jouxte le paseo del Parque.

 

LA MEMOIRE HISTORIQUE DE LA RENAISSANCE A UN NOM ÚBEDA

Publié le par cercletaurin.nimois

 

Cette ville de la province de JAÉN, considérée comme la capitale de la Renaissance andalouse, se dresse sur une colline où elle domine la vallée du Haut Guadalquivir, dans le pays de la LOMA. Sa vieille ville classée au rang de site historique et artistique se distingue par la richesse de ses églises, palais et demeures seigneuriales. Son site historique Renaissance, tout comme celui de Baeza, a été inscrit au patrimoine mondial par l'UNESCO.

La Ubbadat maure fut fondée au IXe, époque à laquelle furent érigés ses remparts.

Son intense activité commerciale et son artisanat firent de cette ville l'une des plus importante d'Al Andalous.

Après plusieurs tentatives infructueuses de conquête chrétienne, elle fut finalement prise en 1234 par le roi Ferdinand III le Saint.

Le XVIe siècle fut incontestablement généreux avec ÚBEDA. Tout au long de ce dernier furent construits les plus importants monuments.

Francisco de los Cobos, secrétaire d'état de Charles Quint promut la construction des plus importants bâtiments de la ville. Une cour noble s'installe qui a apporté richesse et savoir à l'Andalousie de l'époque.

 LA MEMOIRE HISTORIQUE DE LA RENAISSANCE A UN NOM ÚBEDA
 LA MEMOIRE HISTORIQUE DE LA RENAISSANCE A UN NOM ÚBEDA
 LA MEMOIRE HISTORIQUE DE LA RENAISSANCE A UN NOM ÚBEDA
 LA MEMOIRE HISTORIQUE DE LA RENAISSANCE A UN NOM ÚBEDA
 LA MEMOIRE HISTORIQUE DE LA RENAISSANCE A UN NOM ÚBEDA
 LA MEMOIRE HISTORIQUE DE LA RENAISSANCE A UN NOM ÚBEDA
 LA MEMOIRE HISTORIQUE DE LA RENAISSANCE A UN NOM ÚBEDA

Ceci transparait dans le grand nombre de maisons blasonnées et de palais  datant de cette période et qui font d'Úbeda la ville andalouse de style Renaissance par excellence. La Cité.

BIENVENUE CHEZ EL COTILLO

Publié le par cercletaurin.nimois - Monique DESSUS

BIENVENUE CHEZ EL COTILLO

Bienvenue à la Finca El COTILLO dans le paradis intérieur de JAÉN  !

Les pâturages sont situés à 10 kms de l'autoroute d'Andalousie et du Parc Naturel de DESPENAPERROS.

La faune et la flore environnantes séduisent les visiteurs.

BIENVENUE CHEZ EL COTILLOBIENVENUE CHEZ EL COTILLO

El Cotillo abrite la ganaderia de toros braves inscrite à l'union des Criadores de toros de lidia.

Créée en 2001 par la famille Collado Ruiz elle a acquis sa notoriété à la suite d'une novillada présentée à LAS VENTAS de MADRID en 2012, après avoir fait "lidier" dans des plazas de seconde et troisième catégorie pendant plusieurs années.

BIENVENUE CHEZ EL COTILLO
BIENVENUE CHEZ EL COTILLO
BIENVENUE CHEZ EL COTILLOBIENVENUE CHEZ EL COTILLO

Les toros et les vaches sont issues de l'encaste Juan Pedro Domecq

(via Jandilla).

Juan Collado Ruiz, propriétaire de la ganadéria, se fera un réel plaisir de compléter pour nous, cette brève présentation de son élevage et répondra à toutes nos questions.

 

Merci Monique de nous mettre l'eau à la bouche, nous serons là avec nos questions les mardi et/ou mercredi 19 et 20 octobre 2021.

Cliquez sur le lien google ci-dessous pour suivre Juan Collado Ruiz sur le domaine.

Cliquez sur le lien google ci-dessous pour suivre Juan Collado Ruiz sur le domaine.

EL AÑADIO

Publié le par cercletaurin.nimois - Paul BOSC

EL AÑADIO

Le Cercle taurin nîmois visitera, pendant son voyage annuel, une ganadería peu connue du grand public et des aficionados français... Et Nîmois : El Añadio propriété de María Jesús Gualda Bueno, la seule fille de la grande famille Bueno à avoir conservé un élevage de toros bravos.

La finca se situe sur la commune de Vilches, près de Jaen, dans un coin perdu de la profonde Andalousie que l'on rejoint par une longue route qui a gardé... sa rusticité. Si le domaine a été aménagé par de nombreux investissements pour offrir aux visiteurs des chambres d'hôtes de grandes qualités et une restauration typiquement andalouse, le bétail garde dans son sang l'encaste Santa Coloma ligne Coquilla, sans doute actuellement le seul Coquilla andalou.

El Añadio est inscrite à l'Asociacíon de ganaderías de lidia depuis 1951 et son historique relate qu'un temps la propriété passa entre les mains de Victorino Martin sous le fer El Tomilla.

EL AÑADIO

C'est dans les années 1980 que la propriétaire María Antonia Bueno changea le vieux troupeau de sang Campos Varela pour la ligne Coquilla.

 

Les succès taurins n'étant pas évidents, la propriétaire actuelle María Jesús investit dans la transformation du domaine avec l'aménagement d'une piscine et de huit chambres d'hôtes aux normes actuelles pour un tourisme rural, tout en gardant l'élevage de toros dont elle espère, un jour, qu'ils seront appréciés des aficionados et des toreros.

EL AÑADIO
EL AÑADIO
EL AÑADIO
EL AÑADIO
EL AÑADIO
EL AÑADIO

Des visites du vaste domaine, plantés d'oliviers et de chênes verts, s'effectuent en véhicule 4x4 et il n'est pas rare de rencontrer des toreros professionnels venus tienter quelques vaches.

Rendez-vous est pris pour nous, en deux groupes

les mardi et/ou mercredi 19 et 20 octobre prochain.

Merci à Paul BOSC pour les informations contenues dans cet article, nous ne manquerons pas de lui rapporter de belles photos et nos impressions de cette visite.

JAÉN NOUS ATTEND

Publié le par cercletaurin.nimois

JAÉN NOUS ATTEND

Sa nature, l'art, l'histoire, la plus grande extension d’espaces naturels protégés du pays,

le Guadalquivir et le Segura traversant les sierras les campinas et les plaines,

les peintures rupestres déclarées Patrimoine de l'humanité, font de JAÉN le paradis intérieur de l'Espagne.

Les cultures s'y succèdent : Ibère tout d'abord, Romaine et ensuite Al-Andalus.

Ses châteaux et batailles ont changé le cours de l'histoire en traçant de nouvelles cartes de la péninsule.

Ses villages et ses villes regorgent d'art et de monuments.

Ubeda et Baeza, villes de la Renaissance, déclarées Patrimoine de l’humanité, Jaén et sa Cathédrale, Linares, la Carolina, cette province moderne, plurielle et accueillante ne compte pas moins de quatre-vingt-dix-sept communes.

JAÉN NOUS ATTEND
JAÉN NOUS ATTEND
JAÉN NOUS ATTEND
JAÉN NOUS ATTEND
JAÉN NOUS ATTEND
JAÉN NOUS ATTEND
JAÉN NOUS ATTEND
JAÉN NOUS ATTEND

Plus de soixante millions d'oliviers qui produisent chaque année la meilleure huile du monde. Une gastronomie de rêve. Un climat unique. Un paysage idéal pour notre tourisme taurin.

La province de JAÉN c'est tout cela.

JAÉN NOUS ATTEND
JAÉN NOUS ATTENDJAÉN NOUS ATTEND
JAÉN NOUS ATTENDJAÉN NOUS ATTEND

JAÉN est la capitale de ce paradis intérieur. Nichée sur les flans du Cerro de Santa Catalina où se dresse le château du même nom, construit dans une ancienne forteresse maure, la ville abrite la Cathédrale de la Renaissance la plus belle d'Espagne, une œuvre de l’architecte Andrés de Vandelvira.

Des rues, des places populaires conduisent aux bains arabes les mieux conservés du pays.

 

 

 

 

 

 

Les quartiers qui gravitent autour sont le reflet de l'héritage légué par les trois cultures : arabe, juive et chrétienne.

 

 

Situé à une dizaine de minutes du centre historique, notre hôtel EUROPA 3*** est à quelques pas des arènes de Jaén.

 

 

 

A suivre...

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>