Soirée du CTN, les voeux

Publié le par Charles CREPIN

Soirée du CTN, les voeux

Voeux du président

2015 reste comme une année tragique, exécrable, marquée, du début à la fin, par la guerre, le terrorisme, la montée en puissance des populismes et des nationalismes. Plus près de la corrida, malgré quelques succès importants remportés par les aficionados sur le terrain judiciaire, des conflits et des attaques se sont succédés contre nos traditions et notre passion : aux provocations et aux calomnies des anti taurins, se sont ajoutées des attaques plus sournoises contre des symboles de la culture taurine, telles que la radiation énigmatique de la corrida à l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel ou la mutilation de la fresque de l’école Mérimée dont la réparation pourtant promise se fait toujours attendre... jusqu'à quand ?

Dans les petites villes, sur nos terres taurines les plus proches, la mort à petit feu menace nos traditions. En cause principalement la faiblesse, le clientélisme et, disons-le, le manque de courage  de certains de nos édiles locaux. Enfin, la désunion s’éternise entre les clubs taurins nîmois et les instances taurines municipales, une situation dans laquelle d’aucuns trouveraient un confort paradoxal et consternant.

Bienvenue, donc en 2016 !  Santé, bonheur et réussite personnelle pour vous-même et vos familles.  Que cette nouvelle année soit pour nous tous synonyme de partage et d’amitié au sein du club.

Que souhaiter de plus ? Croire au Père Noël ? Répondre à cette question s’avère assez délicat !  Pourtant, Jean Cau, célèbre journaliste, écrivain et grand aficionado a écrit "Aimer les toros, c'est chaque après-midi vers les cinq heures, croire au Père Noël et se rendre à ses rendez-vous". Gloria Sanchez Grande, célèbre journaliste espagnole et bloggeuse distinguée (dont nous allons bientôt reparler au CTN), ajoute dans un récent éditorial que, croire au Père Noël avant la corrida n’est pas finalement un simple rêve d’enfant, mais bien la conviction profonde que parfois, dans l’arène, la réalité peut dépasser nos plus beaux rêves d’aficionados. Parce que quelque chose d’unique peut se passer, comme une faena d’anthologie, de celles qui restent gravées dans les mémoires, et dont on parlera des années durant.

En tant que Président du Cercle Taurin Nîmois, permettez-moi d’écrire en votre nom une lettre au Père Noël et aux Rois Mages, pour leur demander de nous apporter en 2016 ces moments inoubliables dont les ingrédients incontournables sont le toro, mais, le toro con casta, des toreros, mais des torero de verdad, de l’art, mais « arte con emoción», et que nous puissions continuer d’en parler souvent entre nous au cours des tertulias d’hiver du Cercle Taurin Nîmois dont vous êtes devenus familiers.

Une chose est sûre, le Père Noël ne chassera pas d’un coup de baguette magique les nuages qui se sont accumulés sur la corrida. N'attendons pas d'hypothétiques cadeaux pour préserver notre passion et nos traditions. Sénèque le jeune a dit : « La vie, ce n’est pas attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie".

 

C. CREPIN

09/01/2016

Publié dans Voeux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article