La Fédération distribue ses "palmas y pitos"

Publié le par Charles CREPIN

 

 

94ème congrès de la FEDERATION DES SOCIETES TAURINES DE FRANCE (FSTF).

 

Message reçu de Roger MERLIN, Président de la FSTF :

 

 "BAYONNE vient de vivre un événement historique les 22,23 et 24  Octobre ! Le Congrès du centenaire de la Fédération de Sociétés  Taurines de France. Celui-ci a connu une affluence record avec des représentants des clubs fédérés les plus anciens, toujours en activité :


Le TORO SPORT BORDELAIS (1893),

L'UNION TAURINE NÎMOISE (1896)

LA  MULETA d'ARLES (1906


L'avenir a été évoqué avec Julian LOPEZ (père du Maestro EL JULI),  Javier VAZQUEZ, Julien LESCARRET, les jeunes Fernando ADRIAN et Juan  LEAL, le Ganadero Antonio BAÑUELOS et Pedro CORDOBA Aficionado, Maître de  Conférence à la Sorbonne. La Peña Taurine Côte Basque, organisatrice du Congrès, avait "mis les  petit plats dans les grands" pour recevoir les congressistes et créer  un maximum d'animations.
Elle fêtait à cette occasion son 35ème Anniversaire. Une Novillada sans Picador a clôturé ce 94ème Congrès (Fernando  ADRIAN et Juan LEAL devant des Santafe MARTON), laquelle a  malheureusementété retardée par la pluie qui a dissuadé le public. Les travaux des congressistes ont été denses et fructueux, vous  trouverez ci-après le communiqué qui fait suite à ce rassemblement  des clubs taurins affiliés".   

 

 

COMMUNIQUÉ de la FSTF


La FSTF vient de célébrer son premier centenaire à BAYONNE, à l’occasion de son 94ème Congrès. 
Celui-ci, organisé de main de maître par la Peña Taurine Côte Basque qui fêtait elle son 35ème Anniversaire, a connu une affluence record. Ce Congrès qui avait pour thème le passé et l’avenir (1910-2110 !) a permis de mettre en évidence l’importance des clubs Taurins « militants ». Ceux-ci ont eu, avec leur Fédération, une influence considérable durant ce premier siècle (Création des entités fédératrices, élaboration et modification de règlements, etc…).


Pour l’avenir, l’afición devra toujours être l’antidote des tendances pernicieuses du mundillo taurin. La FSTF continuera à se battre pour un véritable Toro de combat et pour le respect du règlement, notamment quant au tercio des piques. Elle continuera à militer pour la création d’un corps régional de présidents (indépendants des organisateurs). Elle continuera à réclamer une aide maximum pour les jeunes. Elle amplifiera, avec l’aide des clubs taurins, l’information du grand public sur l’éthique de la Corrida et son déroulement correct. Sans relâche, elle défendra le phénomène éthique et culturel qu’est la Corrida dans le monde actuel.


La FSTF a créé en 2010 une Médaille d’honneur de l’Afición pour honorer celles ou ceux qui ont particulièrement œuvré dans le sens de ses combats. Elle a donc profité de ce rassemblement pour en remettre deux premiers exemplaires : l’un pour rendre hommage à son Président d’honneur Henri CAPDEVILLE (Président de 1979 à 1999), l’autre à son doyen, grand aficionado de référence : René CHAVANIEU.
À l’issue du Congrès, le bureau de la Fédération a également décidé de décerner cette Médaille d’honneur de l’Afición à l’ADAC de CERET pour ses choix et son organisation exemplaire depuis de nombreuses années avec, « cerise sur le gâteau » : Un grand cru pour la feria 2010. L’habituel bilan de la temporada a permis de mettre en exergue :
  
- La médiocrité d’un trop grand nombre de corridas du circuit des toreros vedettes avec leurs toritos standards et leurs déroulements triomphalistes.

- La qualité et l’émotion ont été présentes dans de nombreuses petites arènes avec des encastes variés, notamment à CERET, ORTHEZ, ROQUEFORT, PARENTIS, HAGETMAU, RISCLE, St MARTIN de CRAU, ALES, VAUVERT, ISTRES, …. Qualité et émotion également à VIC-FEZENSAC qui reste incontournable.

- À l’inverse, les arènes de NÎMES, BEZIERS et MONT de MARSAN ne méritent pas d’être en 1ère catégorie par la mauvaise présentation des Toros, le manque de sérieux du déroulement de la course et l’octroi pléthorique de trophées, mais DAX doit aussi s’interroger !

- Le tercio des piques et un grand nombre de présidences sont toujours à la dérive, malgré les recommandations de l’UVTF et les propositions de notre Fédération.

- Les Corridas concours sont toujours d’un grand intérêt, reste à améliorer le sérieux des décisions des différents jurys.

- Côté Toros, de belles prestations pour ESCOLAR GIL, Dolores AGUIRE, Baltasar IBAN FUENTE YMBRO, PAGES MAILHAN ainsi que TARDIEU etHubert YONNET en Novilladas

- À ARLES l’empressa JALABERT est félicitée pour la variété d’encastes présentés et les deux corridas concours dont une, avec des éleveurs français.

- La bonne qualité et le nombre de Novillada sans picador du Sud-ouest (Grandes et petites arènes), à saluer également l’organisation « Graine de torero » dans le Sud-est.

- Le prix des places crée, cette année davantage, une barrière infranchissable pour une grande partie du public aficionado.

- BAYONNE et ARLES sont remarquées pour leur très bonne politique de prix envers les jeunes (Cartes étudiants, gratuité pour les jeunes).

- EL JULI est le triomphateur incontestable des grandes férias. Les aficionados regrettent que son talent ne s’exprime le plus souvent que devant des Toros de peu d’intérêt.

- Alberto AGUILAR, RAFAELILLO et Diego URDIALES ont été remarqués devant le bétail le plus difficile.

Lors de l’Assemblée Générale, il a été décider d’attribuer :

* Le prix « EL TIO PEPE » au jeune picador Français Gabin REHABI qui s’est distingué à plusieurs reprises par de très bonnes prestations. 
* Le vote de la FSTF au sein du jury du prix Claude POPELIN (Meilleur lidiador de la temporada française) sera : EL JULI

* Le prix au plus mauvais geste taurin est attribué à Monsieur Simon CASAS (qui devient « hors concours !), notamment pour avoir insulté la mémoire du journaliste taurin disparu Joaquin VIDAL, mais aussi pour avoir insulté le public Français en déclarant : « j’emmerde ce pays de cons » ! (La liste des griefs est en fait beaucoup plus longue !).

 

Le prochain Congrès sera organisé les 22 et 23 Octobre 2011 
à Saint GILLES (Gard) par le Club Taurin « La Querencia »



 

On peut retenir en particulier de tout ceci :

 

  • La belle distinction de GABIN REHABI, jeune et talentueux piquero,
  • Le plus mauvais geste taurin attribué à un habitué du podium, désormais "hors concours",
  • Le prochain congrès qui se déroulera "dans nos terres" à Saint Gilles

Et noter que depuis ce dernier congrès, le CTN, comme 5 autres clubs taurins nimois, a adhéré à la FSTF qu'il avait quitté il y a plus de 10 ans. Un juste retour aux sources.

 

Graine de Torero : Finale 2010 - Saint-Gilles

Publié le par CTN

 

 

La finale du trophée 2010 s’est déroulée le 9 octobre à Saint Gilles. Carlos Ojeda, Alexandre Rubio et Maxime Curto se sont livrés à une compétition en demi-teinte. Les jeunes espoirs n'ont  pas résolu les problèmes posés par les becerros très sérieux de la ganaderia Fernay. Volteretas critiques, estocades défectueuses et 3 avis sonnés  par deux fois ont marqué cette course compliquée à l’issue de laquelle le jury n’accorda aucun trophée.

 

Vivement l’année prochaine !

 

 

Graine-9-octobre-2010 1585

 

 

ACCÉDER À L'ALBUM ICI

 

 

Poésie : le toro

Publié le par CTN

 

 

LE TORO

Coup de clairon ; un toro mugissant
Au garrot large, à la robe d'ébène,
Au jarret sec, les cornes en croissant,
De son seul souffle a balayé l'arène.
Pour éblouir l'animal, le hardi
Capeador vient dérouler la cape
Devant son mufle et d’un geste arrondi
Le fait passer, pirouette et se drape.
Vers la barrière attend le picador :
Le toro fond sur la frêle cavale,
S'allume au fer, sur eux prend son essor :
Choc effrayant ! chute monumentale !
Mais d'un appel de cape justicier
(Quite opportun qui détourne la bête)
Le matador sauve le cavalier
Qui sur sa selle à remonter s'apprête.
A la muette horreur de ces effondrements,
Ont vite succédé les applaudissements
Sonores, prolongés, comme un coup de tonnerre
Qu'annonce de l'éclair la lueur éphémère.
Souvent, mal protégé, peu propre a ces combats,
II se peut qu'un cheval ne se relevé pas.
Eh ! que de fois rompant des lances dans la lice,
Les anciens preux ont fait un même sacrifice !
Mais quelle gloire aussi, pour le coursier, de voir
Son ennemi mortel fuir la pique et déchoir !
Les sifflets, d'autre part, ne se font point attendre
Si la brute fuyant ne veut pas se défendre,
Si le lourd picador décompose un taureau
Ou maladroitement lui déchire la peau.


Emile Reynaud - “Aux arènes de Nîmes” 1906

 

Commission Taurine : à Nîmes, rien de nouveau

Publié le par CTN

 

 

LETTRE OUVERTE
à M. LE MAIRE DE NIMES


À propos de la Commission Tauromachique

 

 

 

Monsieur le Maire,


Veuillez me permettre d’appeler votre attention sur la situation qui est faite à l’aficion méridionale en ce moment.

A l’issue de la Corrida du 24 septembre dernier la Commission Tauromachique vous fit parvenir sa démission. Comme je crois que cette dernière est restée irrévocable, je viens vous prier Monsieur le Maire, en raison de l’approche de la temporada, de vouloir bien pourvoir au remplacement des démissionnaires.


La Direction de notre plaza étant en pourparlers avec les ganaderos et les maestros, il est de toute urgence que la nouvelle Commission soit nommée au plutôt, afin de pouvoir donner son avis sur l’achat de tel ou tel bétail ou sur la formation des cartels etc, etc.


Certes, les aficionados qui peuvent et méritent de faire partie de la nouvelle commission tauromachique sont nombreux dans notre belle ville, berceau de l’aficion, mais il y a intérêt pour le renom de nos magnifiques corridas qui se déroulent dans notre grandiose plaza unique au monde, que nos concitoyens que vous appellerez à cette haute et très délicate fonction, soient imbus tout d’abord d’ardente aficion et qu’ils possèdent assez de connaissances taurines pour pouvoir assumer la Présidence de nos corridas.


J’ose espérer, Monsieur le Maire, que comme moi, vous estimerez qu’il y a urgence, à ce que les nouveaux membres de la Commission Tauromachique soient nommés sous peu, je vous prie d’excuser la liberté que j’ai prise en vous signalant la chose, mon désir seul de voir réussir nos corridas, et d’y faire accourir par cela même un nombreux public dans l’intérêt de notre chère ville et de l’aficion aussi, a dicté ces quelques lignes.

Recevez Monsieur le Maire mes salutations distinguées.

Camille Berrus (lucerito) - Revistero taurin. 7 janvier 1906

LOU FERRI – JOURNAL TAUROMACHIQUE INDÉPENDANT
CRÉÉ POUR LA DÉFENSE DE L’AFICION

 

 

 

 

“Toutes choses sont dites déjà; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer”.

André Gide - Traité du Narcisse

 

L'Afeitado

Publié le par CTN

 

 

JEUDI DU CERCLE - 7 OCTOBRE 2010

 

 

Les membres du CTN étaient réunis chez CHACHA  pour le reprise du cycle de conférences du JEUDI DU CERCLE, avec au programme, l’AFEITADO, conférence donnée par René CHAVANIEU. Près de 70 ans d’aficion pour CHACHA, et de nombreuses années consacrées à lutter contre cette pratique honteuse.

Ce nouveau Jeudi taurin s’est déroulé dans une ambiance comme toujours très conviviale, autour d’un succulent buffet préparé par Arlette, prolongé tard dans la soirée.

 

JDC-7-octobre-2010-1458.JPG

 

 

 Accéder à l'album photos ici

 

 

 

Résumé des travaux de l'INRA et de L'AFVT

Publié le par cercletaurin.nimois

 

 

 

Inra

 

 

 

 Voir le résumé complet du rapport