Manduel, les copains étaient tous à bord

Publié le par cercletaurin.nimois

 

 

 

DSC_2459.JPG

 

Photo S. GABOURDES

 

En sortant des arènes de Manduel, balayées hier matin par un vent marin qui décrochait les feuilles jaunies des platanes et où flottaient de vilains nuages tout noirs, une chanson de Georges Brassens revenait à la mémoire : « les Copains d’abord » qui reflétait bien l’ambiance de cette matinée tauromachique organisée par la Coordination des clubs taurins de Nîmes et du Gard pour mettre en vedette les toreros vêtus habituellement « d’argent ». Et ceux « en ors » à la place des subalternes.


Et ils étaient tous là pour accompagner Frédéric Leal, Morenito d’Arles, Maxime et Gabin Rehabi : Denis Loré, Marco Leal, Paquito Leal, Roman Perez, Patrick Varin mais aussi à la présidence avec « El Andaluz », Dominique Vache et Pepe de Montijo. Et sur les gradins : Stéphane Fernandez Meca, Morenito de Nîmes, Medhi Savalli, Samuel Rivera, Christian Romero, parfois appelés pour poser les banderilles. Et encore dans le callejon avec des jeunes des écoles taurines, des amis, des copains de l’Ecole taurine d’Arles, des mozos de espada comme M. Ayme ou Gabriel. Et enfin quelque cinq cents aficionados qui ont su apprécier les différents prestations des acteurs d’un jour.


Frédéric Leal laissera la plus belle impression face à un novillo des frères Gallon d’une grande noblesse, piqué par Roman Perez et banderillé par Fermin Gonzales et Patrick Varin qui offrira une pose au quiebro magnifique. Frédéric, lui, servira une faena complète et de bon goût brindée à son jeune fils, sur les deux mains à laquelle il ajoutera quelques passes ornementales pour couronner le tout jusqu’à ce que  la présidence accorde la grâce de « Presumido ». Tour de piste fêté avec les frères Gallon.


Morenito d’Arles eut plus de difficultés face à un autre novillo de Gallon plus compliqué piqué par Denis Loré et banderillé par Christian Romero, Medhi Savalli et Marco Leal. Faena plus nerveuse mais conclue par une grande estocade qui lui vaudra 2 oreilles.


Maxime accueillit le Meynadier par une larga afarola de rodillas puis Paquito Leal attaqua le cuir du novillo pour deux rencontres qui firent mal au moral du novillo. La faena fut suave, élégante et, le maestro laissa à Tomas Ubeda, jeune torero du CFT, l’occasion de donner quelques muletazos. Malgré ses échecs avec l’épée, la présidence lui accorda 1 oreille et le public lui apporta son soutien par de nombreux applaudissements.


Enfin Gabin Rehabi réalisait un rêve d’ado quand il voulait toréer avec son ami Juan Bautista. Le Meynadier nerveux et meuglant ne lui laissa pas beaucoup d’occasions de briller en costume-cravate. Marco Leal prit sa place sur le cheval de la cavalerie Heyral et il fit appel à Samuel Rivera et Medhi Savelli pour la pose des banderilles. Il offrit sa faena à toute l’Ecole taurine d’Arles où les anciens se mêlaient aux nouveaux. Séquence émotion ! Mais il échouera avec les aciers et Marco Leal dut utiliser le descabello.

 

Paul Bosc

Publié dans ACTIVITÉS TAURINES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article