Des Nouvelles de Jerez

Publié le par cercletaurin.nimois

Feria du cheval à Jerez

Feria du cheval à Jerez

Bonjour amis en partance pour Jerez. 

Nous serons finalement 54 à partager la liesse de la Féria de Jerez.

Colette et Guy ont réussi à se libérer et viennent de nous faire part de leur inscription. Nos amies Annie et Mathilde se joignent à nous cette année et nous les prendront à Montpellier en partant pour Barcelone. Ce sera une première pour Odile, amie de Myriam et Nicole, néophyte en matière de taureaux, elle saura trouver au sein du groupe soit des guides pour lui faire partager notre aficion, soit des amis qui l'accompagneront dans la découverte de la ville pendant que nous serons aux arènes. Enfin, nous accueillerons directement à Jerez Gilles et Dominique, très aficionados aux dires d' Isabelle et Jean-Marie leurs amis.

La photo de groupe va s'enrichir de nouvelles têtes et de nouveaux prénoms à mémoriser (clin d'œil à Marlène qui a quelques difficultés à rendre à chacun son prénom).

Cette année, nous n'éditerons pas de livret sur le voyage, mais En attendant notre départ, à partir de janvier 2019 la commission voyage aidée de la Commission taurine ou de vous même publiera sur le blog dans l'esprit des précédents livrets :

- des articles  culturels sur que voir ? à Jerez, Cadix ou Sanlucar de Barrameda, 

- des articles taurins sur les ganadérias, ou sur les corridas lorsque nous connaitrons les cartels 2019.

- l'histoire de l'Ecole royale andalouse d'art équestre de Jerez,

- des bons plans, restaurants, bars à tapas, bodegas…

Vous avez  bien compris que nous vous mettons à contribution pour concevoir et enrichir de vos connaissances ou expériences, un guide de notre voyage.

A vos claviers….

Merci d'avance à tous ceux qui ne manqueront pas de participer,

adressez nous vos articles ou suggestions à :

cercletaurin.nimois@gmail.com

 

Aficionement votre

l'Equipe Voyage et Sorties du CTN

 

Jeudi du Cercle du 20 décembre 2018

Publié le par cercletaurin.nimois

Jeudi du Cercle du 20 décembre 2018
Cette 3ème conférence du Cycle Culturel 2018 / 2019 de notre association revisite la bravoure sous un angle encore différent. Dans ce domaine, Dominique Fournier jouit d'une précieuse expérience vécue en Andalousie et au Mexique, forgée au cours de ses travaux sur le toro de combat, une expérience derrière laquelle transparaît une grande et pure aficion qu'il nous fera partager.
 
Un nouvel épisode passionnant à vivre dans le cadre sympathique du Moulin Gazay où nos tertulias d'hiver se prolongent tard dans la convivialité, autour d'un buffet apprécié. Nous espérons  cette fois encore que vous viendrez nombreux partager ce moment privilégié.
 

NOTRE VOYAGE A JEREZ

Publié le par cercletaurin.nimois

NOTRE VOYAGE A JEREZ

Après un départ fulgurant et le nombre de 50 participants atteint en peu de jours, nous avons été contraints de réduire nos inscriptions. 

Aujourd'hui, nous ne sommes plus que 47 pour ce voyage.

Notre Ami et voyagiste Jean Frank Passicos de TOP Evasion accepte un énorme effort financier et maintien le voyage à son tarif,  initialement prévu pour 50 participants.

Depuis hier nous avons ouvert le voyage à des extérieurs dans la presse taurine. 

Quelque soit la qualité et la richesse du programme proposé, vous qui avez déjà voyagé avec nous, êtes et restez  nos meilleurs prescripteurs possibles.

Notre objectif, être au minimum 50

Vous ou vos amis hésitez encore  ?

Vous n'êtes pas en mesure aujourd'hui de vous décidez ?

Jean Frank nous assure qu'il prendra les inscriptions supplémentaires jusqu'à fin janvier 2019.

Merci à vous tous,

La commission voyage et sorties du CTN 

 

Bulletin de réservation valable jusqu'à fin janvier 2019

à lire ou relire notre publication du voyage.

 

2ème conférence du XIème Cycle Culturel du Cercle Taurin Nîmois

Publié le par cercletaurin.nimois

Jeudi 8 Novembre 2018 à 19 h00
2ème conférence du XIème Cycle Culturel du Cercle Taurin Nîmois.
 
Bravoure, Noblesse
la logique d'une fuite en avant
Par André Viard
 
Rendez-vous dans le superbe cadre du Moulin Gazay.
Cocktail après la conférence.
Venez nombreux à cette soirée qui s'annonce passionnante
 
2ème conférence du XIème Cycle Culturel du Cercle Taurin Nîmois

LE CTN sera à JEREZ pour la FERIA du CHEVAL 2019

Publié le par cercletaurin.nimois

LE CTN sera à JEREZ pour la FERIA du CHEVAL  2019

Il y a longtemps qu'on y pensait, il y a longtemps que vous nous le demandiez,

Du 17 au 22 mai prochain nous vous proposons de vivre l'ambiance très particulière de la feria du cheval à Jerez. 

Un voyage en deux temps, pour limiter les coûts.

Un départ de Nîmes en Bus Grand Tourime pour l'aéroport de BARCELONE, puis un vol intérieur pour rejoindre JEREZ, 

où Top Evasion vient nous chercher pour rejoindre notre premier Hôtel, l'IBIS de Jerez afin de profiter des deux dernières corridas de la féria (en option).

Il y aura du campo, avec la visite de 3 Ganaderias (REHUELGA et GAVIRA sa voisine) et une belle journée chez CEBADA GAGO, avec tienta et lidia d'un utrero ou toro de Cebada Gago par un matador ou novillero, en exclusivité pour le CTN. (bien sûr si le vent fou ne se lève pas) Mais nous avons toujours eu de la chance alors….

 

Deux visites guidées , privées, pour découvrir JEREZ mais aussi CADIX la magnifique, 

Une excursion dans la petite ville côtière de Sanlucar de Barrameda pour déambuler dans ses quartiers et/ou se prélasser sur ses plages, en toute  liberté.

JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR
JEREZ, CADIX, SANLUCAR

JEREZ, CADIX, SANLUCAR

Puis, au retour de Sanlucar, nous changeons d'hôtel pour nous installer en centre ville à l'Hotel ITACA de Jerez ****, Hôtel moderne situé dans un ancien couvent.

Nous assisterons également à un spectacle de La Réal Escuela de Arte Ecuestre de Jerez , (nous sommes dans l'attente  de  la publication des programmations 2019 pour confirmation) à défaut,  cette prestigieuse école nous ouvrira ses portes pour une visite complète.

Pour finir, c'est  la très belle Bodega Diez Merito à quelques centaines de metres de notre hôtel qui nous ouvrira ses portes.

Un voyage festif, fort en Toro, Campo, Culture et partage.

Et bien sûr, comme toujours au CTN, l'alternance de repas pris en communs, dans une caseta du campo de féria, dans un meson ou un repas campero dans les fincas visitées, et en prime, cette année, un repas surprise, SURPRISE !!! et  toujours des soirées libres pour vivre à notre rythme cette belle feria.

Hôtel ITACA JEREZ, La REAL ESCUELA ECUESTRE, La BODEGA DIEZ MERITOHôtel ITACA JEREZ, La REAL ESCUELA ECUESTRE, La BODEGA DIEZ MERITOHôtel ITACA JEREZ, La REAL ESCUELA ECUESTRE, La BODEGA DIEZ MERITO
Hôtel ITACA JEREZ, La REAL ESCUELA ECUESTRE, La BODEGA DIEZ MERITOHôtel ITACA JEREZ, La REAL ESCUELA ECUESTRE, La BODEGA DIEZ MERITO

Hôtel ITACA JEREZ, La REAL ESCUELA ECUESTRE, La BODEGA DIEZ MERITO

 La Feria de Jerez étant très prisée,

notre option sur les chambres tient jusqu'au 15 novembre prochain. 

Envie de participer à ce voyage ? 

retournez-nous le bulletin de réservation joint, accompagné de votre règlement avant le 15/11/2018….

Merci de votre confiance, 

La commission voyage et sorties du CTN.

Bulletin de reservation voyage Jerez à retourner avant le 15/11/2018

Donnez-nous plus souvent des corridas de toros

Publié le par cercletaurin.nimois

Madrid vient de vivre une de ces corridas dont on se souviendra dans des années avec la course des Fuente y Ymbro ; Nîmes un peu avant, a vibré pour une corrida de Victorino Martin ; Bilbao a ouvert la grande porte à Diego Urdialès triomphant des toros de Alcurrucen et les Miura de la semana grande possédaient tous les gênes de la ganaderia légendaire.

 

Alors Messieurs les empresas donnez-nous encore de ces corridas où l'émotion est présente ; où les toros se défendent jusqu'au dernier souffle, où notre peau frémit aux séries de naturelles de face, aux derechazos serrés, aux faenas sans ces sempiternels « rodondos » qui ne servent à rien, à ces estocades qui esquivent les cornes.

Donnez-nous ces toros qui ne sont pas des faire-valoir pour « des danseuses en bas roses » comme le chante Cabrel.

 

Photo Michel CHAUVIERRE

 

Donnez-nous des toreros comme Octavio Chacon qui doit à la France la relance de sa carrière et qui seulement l'année dernière n'avait aucun contrat en Espagne avant de gagner sa place dans des défis que personne n'acceptait.

Engagez Diego Urdialès qui a seulement toréé quatre corridas cette temporada et qui vient de sortir par la grande porte de Las Ventas à Madrid, comme celle de Bilbao.

Mettez à l'affiche Emilio de Justo qui aurait pu couper deux oreilles au Victorino Martin à Nîmes mais aussi Pepe Moral ou Juan Leal.

 

 L'aficionado réclame ces moments d'émotion unique qui ont fait de la course de toros un spectacle que d'autres arts ne savent pas offrir. Alors on ose espérer que, pour une fois, les aficionados ont été entendus après le « livre blanc » formulé par la Coordination des clubs taurins de Nîmes et du Gard qui alertait sur l'avenir des feria de Nîmes et que la saison prochaine une autre corrida de Victorino Martin aura eu suffisamment de répercutions dans le public pour remplir l'amphithéâtre.

 

L'obtention du prix de la meilleure corrida de la temporada nîmoise pourrait bien être la meilleure réclame que l'on pourrait faire à cette corrida historique.

Ce public, alors attaché aux corridas des toreros-artistes, découvrira alors un autre spectacle où le danger, la peur, l'émotion sont présents à chaque seconde.

 

Mais puisque les Nîmois ont eu la chance pour cette feria des Vendanges de vivre de grands moments tauromachiques, souhaitons que le directeur des arènes persévère dans cette programmation de haut niveau où les mêmes élevages et les mêmes toreros ne sont pas l'épine dorsale d'une feria.

 

 Paul Bosc

10/10/2018

 

TERRES TAURINES CHOISIT LE CIRCUIT COURT

Publié le par cercletaurin.nimois

 

À compter de l'opus 75 qui sortira mi octobre, Terres Taurines sera exclusivement disponible sur abonnement.

Annoncée depuis plusieurs mois en raison des dysfonctionnements de la grande distribution de presse qui impactent tous les éditeurs, cette décision permettra à la revue de continuer à voyager longtemps en Terres Taurines pour ses fidèles lecteurs et abonnés.

Renseignements par mail abonnement@terrestaurines.com ou tel. 06 59 79 17 22
 
Au sommaire de l’opus 75 :
 
CORDOUE TAURINE, CINQ DIEUX ET DEUX CALIFATS

Ce voyage en terres taurines cordouanes, où la crise a provoqué la disparition de plusieurs ganaderias, permet de découvrir les secrets les mieux cachés d’une région où la présence du taureau déifié remonte au terrible Baal qu'adoraient les carthaginois.  Sont évoqués aussi, au passage de la «judería» qui conduit à la Mezquita, les rapports ambigus entretenus durant des siècles par les Patriarches hébreux avec le Dieu Taureau syrien, les rechutes de leur peuple qui sombra à diverses reprises dans l’idolâtrie en adorant le Taureau (péjorativement qualifié de «veau» dans la Bible), mais aussi les légendaires mines du Roi Salomon qui se trouvaient, dit-on, dans la Sierra Morena ; le legs de l’empire romain qui adorait Mithra, la trace des wisigoths qui chassaient le taureau sur les berges du Guadalquivir à l’endroit précis où le terrible Almanzor élèverait plus tard les 10 000 chevaux qui lui permirent de tenir en échec la chrétienté, puis les fêtes taurines organisées dans la Cordoue reconquise, jusqu’au second califat débuté avec l’avènement de Lagartijo puis Guerrita. 

Bien sûr, ce voyage ne serait pas complet sans une visite au campo où diverses aventures humaines méritent le respect : Ramon Sánchez, ganadero des Arranz au franc parler décapant, Antonio Garcia, dont la ganaderia de la Castilleja fait face au caravansérail de Belmez sur la «route de la soie» de la Sierra Morena, Justo Barba, un Quichotte smicard, éleveur de «veraguas», ou Antonio Muñoz, mayoral écologique et poète d’Alcurrucén. 

Et il serait évidemment incomplet sans l’évocation du plus grand des califes, Manolete, dont une facette inédite de la personnalité est évoquée ici grâce, notamment, à la très controversée «loi de mémoire historique» qui a permis d’accéder au dossier secret élaboré sur lui par le régime franquiste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le XIème Cycle Culturel du Cercle Taurin Nîmois : une savoureuse rentrée

Publié le par cercletaurin.nimois

 

Au cours des dernières années, le Cycle Culturel du Cercle Taurin Nîmois a exploré différents thèmes : Art, Histoire, Droit, Littérature, théâtre, Philosophie, tous sujets ouverts sur le vaste et merveilleux domaine de la culture taurine. Ces annales ont consacré la place particulière des conférences du CTN dans les activités taurines associatives, place confortée par une assistance toujours fidèle et plus nombreuse.

 

Cette année, le XIème Cycle Culturel du CTN est centré sur les fondamentaux de la tauromachie. Son titre, « BRAVE », est choisi à dessein, évoquant par la seule puissance du mot tout ce qui fait que le toro bravo n’est pas un brave taureau…

 

 Sélection, Manejo, Encastes, Toreabilité, Bravoure, seront les thèmes abordés sous l’angle de la technique, de la pédagogie, de témoignages libres ou de variations et divertissants par des intervenants, espagnols ou français, tous experts et réputés dans leurs domaines respectifs. Tous vont célébrer sous des registres différents le Toro Bravo, acteur principal placé au centre de la piste de nos conférences, au centre de notre passion.

 

Jean-Marie Raymond, ganadero français en terre d’Andalousie, animera la conférence d’ouverture de ce nouveau cycle sur le thème du Manejo.

 

Avec, en toile de fond, le campo qui abrite les pensionnaires marqués du fer de Virgen Maria, le propos de Jean-marie Raymond s’appuie sur une approche pertinente du quotidien de l’animal, de la gestion des ressources naturelles dédiée à sa santé et son développement, ainsi que celui d’un principe essentiel : le comportement du ganadero précède à l’évidence celui du toro. Une soirée très riche d’enseignements et d’aficion en perspective.

 

Nous vous attendons nombreux à l’occasion de cette première soirée du 4 Octobre  dans le cadre accueillant du Moulin Gazay.

 

Le Président

Charles CREPIN

 

Jeudi 4 Octobre 2018 à 19H00.

Cocktail après la conférence

Prix de la soirée 23€

Réservations : cercletaurin.nimois@gmail.com

 

PS : en février dernier, le Père Jacques Teissier intervenait aux Jeudis du Cercle pour une conférence intitulée : La Corrida, effraction salutaire. L'auteur a récemment tiré de cette conférence mémorable un livre que vous pourrez vous procurer lors de cette soirée du 4 Octobre.

CARNET DE VOYAGE BILBAO suite et fin.

Publié le par Paul BOSC

GUERNICA, le Chêne actuel

GUERNICA, le Chêne actuel

Samedi 25 août : Guernica nous accueille pendant 1 heure, le temps de visiter la maison des assemblées qui réunit depuis le moyen-âge, les dirigeants de la Biscaye en passant devant le vieux tronc de chêne,

symbole d'unité du peuple basque où se réunissaient les assemblées. L'actuel chêne a été planté en 2015 succédant à celui de 1860 qui vécut jusqu'en 2004. On admire la salle du vitrail et la salle des assemblées et saluons au passage la guitare du poète José Maria Iparragirre. Son œuvre, reprend certaines des chansons des plus significatives et populaires, cependant celle du Gernikako arbola est la plus connue et une statue a été érigée sur la place. Encore quelques instants pour « décoder » la reproduction du tableau de Picasso et on reprend la route.

GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA
GUERNICA

GUERNICA

La ganaderia Marques de Saka : La ferme Perlakua-Saka est un ancien élevage datant de 1897 qui est de nos jours géré par la famille Arrizabalaga qui fait perdurer la tradition en faisant que les taureaux de Marques de Saka soient toujours les héros des festivités taurines dans les provinces de Gipuzkoa, Bizkaia et Navarre. La ferme Perlakua a été restaurée et transformée en maison de chambres d'hôtes et bar-restaurant, tout en conservant son caractère rustique, ses poutres et ses meubles restaurés et sa vue imprenable sur l'océan. Après la visite de l'élevage des terribles vaches navarraises que Goya a dessiné sur ses planches tauromachiques et qui sont utilisées pour les encierros des villages ou pour le taureau à la corde, les propriétaires nous convient au déjeuner avec salades, mariscos et une entrecôte, qui n'est pas de toro, mais néanmoins succulente et le traditionnel « postre ».

La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA
La GANADERIA de MARQUES DE SAKA

La GANADERIA de MARQUES DE SAKA

Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA
Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA

Déjeuner dans la Ferme auberge de SAKA

18 heures à Vista Alegre : Corrida de gala qui a fait venir plus d'aficionados que les jours précédents avec Enrique Ponce, El Juli et Diego Urdiales face à des toros de Alcurrucén. Les aciers coupent toute envie à Enrique de gagner des oreilles ; El Juli voit son deuxième toro remplacé et il faut lui accorder la prime du combattant téméraire face à un client difficile mais le grand triomphateur est Diego Urdiales, celui que l'on n'attendait pas, qui n'a guère toréé depuis le début de la temporada et qui coupe 3 oreilles (1 puis 2).

 Comment ?

 En défiant les systèmes établis par l'élite actuellle du toréo dont ses compagnons du jour sont titulaires. Une tauromachie classique sans tourner en rond, sans abrutir le toro, tout en douceur avec les outils fondamentaux : naturelles et derechazos. Comme Roca-Rey la veille il rate son estocade au sixième mais couche le toro au deuxième lancé. 2 oreilles, sortie à hombros. On se souviendra de ce torero en lui souhaitant que cette corrida lui serve de tremplin pour l'avenir.

Corrida du 25 août
Corrida du 25 août
Corrida du 25 août
Corrida du 25 août
Corrida du 25 août

Corrida du 25 août

Dimanche 26 août 10 h 30 : le rendez-vous est fixé aux arènes pour la visite du musée taurin. Surprise, Jean-Frank a pu également obtenir 23 entrées qu'il nous offre pour l'apartado des Miura de la soirée. Encore Merci Jean Frank.

  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin
  Visite du musée taurin

Visite du musée taurin

L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado
L'apartado

L'apartado

 D'autres Nîmois ont préféré visiter la vieille ville où défilent dans les rues étroites les géants. Si les géants marchent fièrement et solennellement ; les grosses têtes, un bâton ou un fouet à la main, poursuivent les enfants qui chantent à tue-tête des chansons moqueuses et provocatrices, le défilé est animé par les traditionnels musiciens basques et leurs instruments : l'atabal (tambourin) et la gaita (flûte ou cornet).

Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO
Fiesta dans la vieille ville  el CASCO VIEJO

Fiesta dans la vieille ville el CASCO VIEJO

 Certains ont choisi le musée Guggenheim et les expositions, ou salué Puppy, le chien monumental qui se dresse devant le musée tout habillé de fleurs ou bien encore de se photographier avec « Maman » l'araignée de Louise Bourgeois et même la bague de fiançailles, architecture moderne conçue avec des jantes de voitures dorées et l'énorme pierre taillée qui la surmonte.

le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM
le GUGGENHEIM

le GUGGENHEIM

D'autres encore ont profité du temps radieux pour tenter l'escapade en option à SAN JUAN de GAZTELUGATXE,

"Marie CHRISTINE DEJAX raconte" 

Quelques-uns d'entre nous ont opté dimanche pour une escapade en bus en un lieu unique et plein de charme : San Juan de Gaztelugatxe et ils ne l'ont pas regretté tant la vue sur les falaises et la mer est impressionnante, le contraste entre le vert du continent et le bleu de l'océan si beau.

C'est certainement le plus bel endroit du pays de Viscaya.

Une petite île spectaculaire avec un gros rocher en forme de péninsule et au bout du tortueux pont de pierre de 231 marches, une chapelle qu'il n'est pas si difficile que ça à atteindre. A tour de rôle, car il y a foule, chacun tire la cloche 3 fois et fait un vœu...

Cette chapelle a été reconstruite plusieurs fois suite à des attaques, saccages et incendies, la dernière fois en 1980. A l'intérieur et à l'extérieur, on y découvre des sépultures médiévales du IX et XII éme siècle. Avant de redescendre, chacun profite du panorama et immortalise le lieu, tant c'est magique, les rochers sont scultés par les mouvements de l'eau.

SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE
SAN JUAN DE GAZTELUGATXE

SAN JUAN DE GAZTELUGATXE

18 heures à Vista Alegre : les rangs sont clairsemés pour cette corrida de Muria avec deux toreros qui se présentent dans cette plaza : Octavio Chacon et Pepe Moral. Les Miura restent des Miura : difficiles, longs et lourds qui ne baissent jamais la tête, qui marchent sur l'homme, qui n'ont qu'un souci en tête tout démolir. Le Français Juan Leal finit à l'hôpital la jambe perforée par la corne lors de l'estocade et a failli perdre la vie après trois largas au centre de la piste. Pris par le toro qui l'épargne, Il coupera 1 oreille, celle de la vaillance ou de l'inconscience.

 Ne se présentant pas au sixième c'est Octavio Chacon qui s'envoie le « calos » sobrero de 641 kg et torée ainsi trois fois. Il sera récompensé d'une oreille à son second combat. C'est le mot qui convient d'écrire.

 Pepe Moral voit son toro (le second) changé. Lui héritera d'un Salvador Domecq et on voit la différence de comportement. La faena est agréable mais il échoue avec l'épée.

Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août
Corrida du 26 août

Corrida du 26 août

  21 h 30 hôtel Indautxu: repas de fin de fin de voyage préparé par le chef du restaurant. Petit rappel du menu :

§§§§

mise en bouche : Brandade de morue avec caramel d'oignons rouges au basilic.

Thon mijoté avec un bouillon d'épices au style GUETARIA 

Escalope de foie à la crème de champignons "terre" de cacao amer et d'huile de fève tonka.

Lotte grillée avec patates douces et carottes au beurre d'aneth.

Magret de canard au jus de canneberge (cranberry)

feuilleté fourré à la crème et glace à la vanille.

§§§§§ 

 Merci Jean-Frank. 

dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation
dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation

dans les salons de l'Hôtel, menu dégustation

 Lundi 27 août 7 heures : le départ est prévu pour 8 heures. Dernier petit déjeuner copieux, embarquement des valises et Miguel pilote jusqu'à Irun pour effectuer quelques achats à la frontière. Puis départ vers Nîmes par l'autoroute.

A quelques kilomètres de Toulouse arrêt buffet-offert par le Cercle taurin.

 Nous sommes en France. Quelques camarades font remarquer que, face à nous, nous avons le décor de containers de poubelles qui débordent, qu'un bloc de toilettes est fermé et que dans celui ouvert, tous les urinoirs ne fonctionnent pas. Quand pendant 5 jours on a vécu dans une ville en fête propre comme un sou neuf, on ne peut que déplorer cet état de fait.

 19 heures : arrivée à Nîmes, applaudissements à Miguel le conducteur. On se sépare.

On attend le but du prochain voyage. 

Paul BOSC

illustrations photographiques de Michel COMPAN, Eric PORTES, Marie Christine DEJAX, Alain BONINFANTE et  Martine DEFREMONT.

Merci à tous les participants pour leur bonne humeur, et leur respect des horaires, sans eux ces voyages ne seraient pas aussi réussis.

CARNET DE VOYAGE BILBAO, la suite

Publié le par Paul BOSC

La Cabañuela
La Cabañuela

La Cabañuela

Vendredi 24 août 8 heures : Les réveils ont sonné tôt ce matin pour rejoindre Burgos en Castille et Leon. Deux heures de routes et autoroutes pour parvenir à la Cabañuela, la propriété de Antonio Bañuelos, sur le mont Paramo de Masa. A 1000 - 1200 mètres d'altitude, il y fait frais et c'est là-haut que s'élèvent les toros et les vaches du ganadero qui peut se vanter de posséder l'élevage le plus élevé d'Espagne. En altitude, c'est sûr. En résultats aussi... Toro gracié par Enrique Ponce, vueltas pour d'autres. Les azuleros témoignent des résultats obtenus depuis 1993, date d'installation de l'élevage. 

Antonio Bañuelos est là avec son mayoral et un picador ami qui, tout à l'heure tientera 3 vaches dans la placita. Il ne reste qu'une corrida et des toros pour les festivals ou les encierros. Le ganadero nous fait visiter ses installations et, en 4/4 et Mercedes, encercle le troupeau et le fait courir jusqu'à nous, sagement immobilisés du bon côté de la barrière. 

visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.
visite des installations, présentation des lots de toros.

visite des installations, présentation des lots de toros.

La sécheresse a rendu l'herbe des prés jaunâtre mais en hiver il neige souvent pendant 4 mois. En témoignent les photos impressionnantes affichées aux murs du palco de la placita de tienta. Pendant ce temps le picador prend position et Adrien Salenc déploie ses capes et muletas pour la tienta.

 2 vaches sur les trois testées seront conservées pour procréer de futurs toros de combat, le picador possède une technique très particulière pour renverser les vachettes, les immobiliser et couper un petit bout de corne afin de les reconnaître ensuite, parmi les autres dans les prés.

tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC
tienta par Adrien SALENC

tienta par Adrien SALENC

Le repas qui suit est convivial avec des spécialités de Burgos, saucisses, morcilla et des queues de toros succulentes, apothéose du menu préparé à notre attention. Jean-Frank Passicos nous a concocté un beau voyage au pays du toros.

Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS
Le repas chez Antonio BAÑUELOS

Le repas chez Antonio BAÑUELOS

photos de groupe avant de remonter dans le Busphotos de groupe avant de remonter dans le Bus
photos de groupe avant de remonter dans le Bus
photos de groupe avant de remonter dans le Busphotos de groupe avant de remonter dans le Bus

photos de groupe avant de remonter dans le Bus

A 16 heures, Miguel reprend le volant, le paseo est prévu à 18 heures à Vista Alegre. 

18 heures : Toujours demi-arène. Ce qui fait écrire dans la presse que ce phénomène est inquiétant et qu'il y a péril en la demeure. Au menu tauromachique cette fois, Sébastien Castella, Cayetano qui a été remplacé par José Garrido et Roca Rey, toros de Victoriano del Rio et « Toros de Cortés » de la même maison.

Comme Sébastien et José connaissent la tornade péruvienne, ils s'appliquent mais le maniement des aciers les empêche d'afficher des trophées.

Par contre Roca Rey joue tous ses atouts face à « Despreciado » sixième toros de la tarde. Le grand jeu qui déclenche des « olés » interminables scandés par les aficionados.

Une faena au millimètre, lente, précieuse, délicieuse jusqu'au coup d'épée qui pourtant échoue au premier essai. Le deuxième essai est parfaitement concluant. La plaza se couvre de mouchoirs réclamant l'oreille, le président en accordera deux. Sortie à hombros du matador, délire sur les gradins.

Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août
Corrida du 24 août

Corrida du 24 août

Comme chaque soir la soirée se poursuit par le feu d'artifice
Comme chaque soir la soirée se poursuit par le feu d'artifice
Comme chaque soir la soirée se poursuit par le feu d'artifice
Comme chaque soir la soirée se poursuit par le feu d'artifice
Comme chaque soir la soirée se poursuit par le feu d'artifice
Comme chaque soir la soirée se poursuit par le feu d'artifice
Comme chaque soir la soirée se poursuit par le feu d'artifice

Comme chaque soir la soirée se poursuit par le feu d'artifice

Samedi 25 août 9h15 départ pour Guernica,

la ville martyrisée de la guerre civile par l'aviation allemande et visite d'une autre ganaderia très particulière puisque se sont les vaches de race navarraise qui en sont les vedettes pour les encierros ou les courses de « toros à la corde » dans les villages. C'est une autre surprise que nous a réservée Jean-Frank puisque la ganaderia est située entre Bilbao et San Sébastien dans les montagnes d'où on domine l'océan.

 

Nous relaterons dans le prochain article cette journée qui se terminera à la plaza avec Diego Urdialès et son triomphe (2 oreilles) surclassant Enrique Ponce et El Juli.

 A SUIVRE, Paul BOSC

illustrations photographiques Michel COMPAN, Eric PORTES, Martine DEFREMONT.

CARNET DE VOYAGE A BILBAO

Publié le par Paul BOSC

le CTN à Bilbao en 2018 par Paul BOSC

le CTN à Bilbao en 2018 par Paul BOSC

4 h 30 mercredi 22 août : Le car immatriculé en Espagne et affrété pour le voyage du Cercle taurin démarre pour ce périple au pays basque. Miguel est au volant. 750 km séparent Nîmes de Bilbao.

Après quelques kilomètres d'autoroute dans la nuit, les 49 voyageurs se calent pour reprendre le sommeil interrompu par l'heure matinale fixée par la Commission voyages du CTN.

Premier objectif : San Sébastian en espagnol, Donostia en basque et sa célèbre rade : la baie de la Concha encadrée par deux éminences rocheuses, les monts Igeldo et Urgull, véritables balcons naturels d'où on appréhende une grande partie de la cité, l'océan et les paysages vallonnés des environs.

Il est 12 h 30. Nous sommes dans les temps, même si les gendarmes se sont intéressés au disque de contrôle du véhicule par deux fois mais pas de problème tout est en règle.

Nous retrouvons au point de rendez-vous 4 autres membres du CTN,  qui, en vacances dans les environs ou demeurant dans la région depuis peu ont pris leur propre véhicule.

Premiers pintxos, tapas basques où les différents produits charcuteries ou fromages sont piqués dans de petits pains, premières cervezas tambien.

 

La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN
La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN
La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN
La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN
La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN
La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN
La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN
La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN
La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN
La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN
La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN
La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN

La Baie de la CONCHA - SAN SEBASTIEN

 15 heures et des poussières de temps et destination Bilbao et le

luxueux hôtel Indautxu (4 étoiles) situé en pleine ville et à 8 minutes de la plaza de toros Vista Alegre au sable si typique couleur de ferraille rouillée.

 Juan José Padilla donne sa despedida. Le « Pirate » est accueilli par un danseur basque accompagné par un groupe musical qui interprète des « coplas » avec les instruments de musique basque. Gros succès du danseur qui saute comme une gazelle, vire, ne se mélange par les pieds. Puis le paseo se déroule avec « El Juli » et Manzanares qui combattront des toros mis à la sauce mesclun de 3 Garcigrande et 3 Domingo Hernandez. Pas des foudres de guerre faut le dire. Sans le faire exprès, El Juli et Manzanares laisseront la vedette à Padilla (1 oreille au quatrième) dans son style personnel bien connu. C'est à dire pas très élégant mais porteur sur la foule hélas peu nombreuse sur les gradins (demi arène). A signaler le tercio de banderilles

accompagné par 3 musiciens basques qui utilisent pour l'un l'atabal, sorte de tambourin et pour les deux autres de la gaita, un hautbois rustique qui donnent un son un peu nasillard.

 

 

Belle nuit de repos ensuite…

corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018
corrida du 22 Août 2018

corrida du 22 Août 2018

Jeudi 23 août : Le programme établi par la Commission Voyage avec Jean-Frank

Passicos notre voyagiste, débute par une visite guidée de la ville en parcourant calles et gran via à pied nous permettant de découvrir quelques belles demeures et réalisations d'architectes et designers connus comme Philippe Stark qui a signé l'Azcuna Zentroa,

immense édifice et anciens chais municipaux. Une piscine domine l'immeuble soutenu par 43 colonnes différentes.

Chemin faisant on découvre le palais Chavarri, les bouches du métro dues à l'anglais Foster, le musée des beaux arts, le jardin d'enfants et l'on approche du célèbre musée Guggenheim, fer de lance du tourisme de Bilbao construit par Frank O. Gehry revêtu de plaques de titanes. Après deux heures de balade, la ria de Bilbao est proche, estuaire qui permet à la mer Cantabrique d'entrer jusqu'au centre-ville et a fait la richesse de la ville. 

visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO
visite de BILBAO

visite de BILBAO

Un bateau nous y attend.

Embarquement immédiat pour découvrir une autre Bilbao, celle de l'industrie, des hauts fourneaux, des constructions navales. Aujourd'hui les rives de la ria laissent de nombreuses friches industrielles qui seront utilisées, dans le futur, pour créer de nouveaux quartiers. La ville, longtemps polluée par ces industries, à trouvé un visage plus radieux grâce à un programme de lessivage des façades des maisons.

 En remontant la ria vers la mer, et les 2 villes de Portugalette et Gexto tout en

dégustant sur le bateau, les pintxos préparés pour nous tout seul (une exclusivité de la commission voyage !) on admire le musée et plus loin le pont transbordeur unique en Europe.

Puis retour vers le point de départ. Enchantés et ravis de ces découvertes.

Bien évidemment il restera à visiter le Casco Viejo, la vielle ville et ses rues étroites, la cathédrale de Santiago, les nouveaux ponts comme le Zubizuri, imaginé par l'architecte Santiago Calavatra. Il enjambe le fleuve Nervion et la grande structure métallique qui le surplombe lui donne une allure singulière. Signifiant "Pont Blanc" en basque, la passerelle s'accorde cependant avec l'étrange structure qu'est le musée Guggenhiem, à quelques mètres de là... , mais aussi le pont de la Salve dont l'arche rouge du Français Daniel Buren s'accorde au béton vert de la structure. Manière de rappeler que le drapeau basque porte ces couleurs.

Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN
Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN

Descente de la ría de Bilbao à Portugalete. Bateau privatisé pour le CTN

18 heures à Vista Alegre : Première bonne surprise les toros de « El Parralejo » ganaderia créé en 2007 avec des vaches et des sementales de Jandilla et Fuente Ymbro. Impressionnants avec leurs cornes veletos et astifinos qui ont donné un intérêt soutenu à la course. Fracaso de chez fracaso de Miguel Angel Perera, Ginés Marin s'en sort honorablement. Antonio Ferrera ne coupera pas d'oreille mais offrira aux aficionados un combat titanesque face au 4e « Pajarillo ».

Corrida du 23 août
Corrida du 23 août
Corrida du 23 août
Corrida du 23 août
Corrida du 23 août
Corrida du 23 août
Corrida du 23 août
Corrida du 23 août

Corrida du 23 août

 22 h 30 : Comme chaque soir pendant la « Semana grande » un feu d'artifice est tiré à 22 h 30 précises et est l'objet d'un concours entre les artificiers des villes espagnoles. Feux tous plus magnifiques les uns que les autres. Des milliers et des milliers de personnes se pressent à ces soirées dans une ambiance de bonne humeur que l'on aimerait trouver pendant les ferias nîmoises : pas d'odeurs malodorantes à tous les coins de rue, pas de cadavres de bouteilles jetés n'importe où, pas de mobilisation de forces de l'ordre.

En attendant le feu d'artifice...
En attendant le feu d'artifice...
En attendant le feu d'artifice...
En attendant le feu d'artifice...
En attendant le feu d'artifice...
En attendant le feu d'artifice...
En attendant le feu d'artifice...

En attendant le feu d'artifice...

A suivre… Paul BOSC

Illustrations  photographiques de Michel COMPAN, Eric PORTES, Martine DEFREMONT.

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>