DES TOROS VENUS DU FROID

Publié le par commission Voyage et Sorties du CTN

Article de Paul BOSC

Article de Paul BOSC

La commission « Voyages » du Cercle taurin nîmois a programmé pour le vendredi 24 août 2018, lors du voyage annuel qui dirige les membres vers le Pays basque et Bilbao, une journée dans une ganaderia, une ganaderia particulière, celle de Antonio Bañuelos, située près de Burgos... Là-haut sur la montagne !

 

Les aficionados les appellent « les toros du froid et de la neige » car ils paissent entre 1.050 et 1.250 mètres d'altitude sur les bords du mont Paramo de Masa. Il y pleut entre 750 et 800 litres par m2 en moyenne chaque année, un peu moins évidemment quand la canicule est présente et la température oscille entre -13 C° l'hiver et 34° au mois d'août. Le tableau ne serait pas complet si nous ne signalions pas que la neige est présente 114 jours par an, soit 4 mois. Et que c'est la première fois qu'une ganaderia s'installe dans cette région. Brrrr.

 

La finca que nous allons découvrir se nomme « La Cabañuela ». Antonio Bañuelos s'y est installé en 1993 et au mois de juin, sont arrivés à Burgos, en provenance de Medina Sidonia, les premières vaches et anoubles et reproducteur achetés à la ganaderia Torrealta, encaste marquis de Domecq.

 Si le choix de cette situation géographique semble bizarre pour élever des toros de combat, il s'avère aujourd'hui judicieux car le bétail parvient a pratiquement vivre les trois-quart de l'année des pâturages. Dès le printemps avec l'apparition des feuilles de chênes puis par l'humidité des prés apportée par la rosée matinale qui maintient les prairies vertes pendant les mois d'été. En automne et hiver les cultures de céréales apportent l'alimentation nécessaire.

 De cet « Univers impitoyable » comme on chantait dans « Dallas » la série-culte des années 80, le bétail s'est parfaitement adapté.

Nous en saurons plus en visitant les installations, en questionnant le propriétaire, en examinant attentivement le comportement des 2 vaches qui seront tientées dans la plaza avant le repas dans le palco de la même plaza.

 

Et sachez aussi que pour faire honneur au héros légendaire du Cid, né près d'ici, le premier toro, macho numéro 1 porte le nom de « Campeador ».

 

Merci Polo pour ce bel article qui nous met l'eau à la Bouche, nous avons hâte de  les découvrir, même sans la neige, même sous 35 ° !!!

La commission Voyage et Sorties du CTN

 

 

 

 

 

 

Noblesse extême

Publié le par Charles CREPIN

On connait la compétence professionnelle du vétérinaire Hubert COMPAN pour la race Brave, ainsi que l'intérêt assidu qu'il porte à certaines encastes.

Aujourd'hui, Hubert nous propose une chronique sur "la noblesse extrême". Un sujet qui, replacé dans le plus large contexte du caractère de la Race Brave, pourrait animer nos futures tertulias d'hiver en les recentrant sur les fondamentaux de la corrida, sans oublier le versant culturel affirmé qui les caractérise.

C.C.

Lundi 20 mai 2018 à Nîmes, 1er Jandilla pour Thomas Joubert - Photo Michel Chauvierre

Une Chronique d'Hubert COMPAN

J’ai participé à la Féria de la «  monoencaste » : Garci Grande, Juan Pedro Domecq, El Cuvillo, Jandilla, tandis qu’à Vic sortaient des toros des « encastes minoritaires ».

 

J’étais au départ optimiste car  ces 4 ganaderias Domecq  produisent depuis quelques années des toros mobiles qui durent et qui plaisent aux figuras.

Mais à Nîmes seule la corrida de Jandilla a tenu ses promesses, ne parlons pas des clones de Garcigrande tous annoncés à plus de 500 kg ( ?...), parlons des Juan Pedro et des Cuvillo qui en général rassemblent des qualités de bravoure et de noblesse extrême : à la sortie ils galopent, après 1 ou 2 tours de piste ils mettent la tête dans le capote, le museau au sol, ils se retournent comme des chats, avec de très forts appuis sur les antérieurs puis ils partent au cheval la tête baissée qui le plus souvent passe sous le ventre et le carapaçon, et malgré la volonté du picador de ne pas trop blesser, la 1ére pique dure plus de 10 secondes. La 2ème pique est furtive. La majorité des toros ont gardé de la mobilité aux banderilles puis dés le début du 3éme tercio, tous ont connu des graves pannes de moteur pour une tauromachie de frustration qui parfois a fait illusion : je pense à Ponce avec ses muletazos en position de danseur étoile qui arrivent à porter sur le public…2 oreilles !

En conclusion je reprends le commentaire le plus utilisé par les chroniqueurs taurins à Madrid, à Séville, à Nîmes comme à Vic : les toros ont « manqué de fond »

Jamais je n’avais vu une telle inflation de trophées non justifiés, même dans les pueblos les plus reculés.

Alors pourquoi cette faiblesse qui avait tendance à disparaitre : le « manejo », la sélection ?

Un ganadero m’avait dit il y a peu de temps : le « manejo » est plus important que la sélection.

Des erreurs du « manejo » ?

 

 

L’alimentation : il n’y a plus de mauvaises formules d’aliment TDL, ils se ressemblent tous, et ils sont tous depuis une quinzaine d’années supplémentés en acides gras de palme qui entrainent un surpoids inutile de 30 à 40 kg : les piensos actuels sont formulés avec 5% de matière grasse, c’est trop, c’est inutile, il faut revenir  à des formules à 3% de matière grasse.

Les glucoformateurs et anti oxydants : après nos travaux de recherche avec l’INRA nous avons expliqué les effets positifs sur la résistance et la « duracion » d’une alimentation enrichie en glucoformateurs et antioxydants. De plus en plus de ganadero appliquent ces recommandations mais qui sont parfois difficiles a mettre en œuvre dans le quotidien de l’élevage.

La sélection :

La régularité des caractères de noblesse et de « toréabilité » est extraordinaire dans ces grandes ganaderias, tellement que des la 2ème passe de « capote » le torero a tout compris de son toro.

A  son 2ème Juan Pedro Juan Bautista à enroulé le toro autour de ses chevilles sans bouger pour une série de passes de capote phénoménale, chose que je n’avais jamais vue, mais quelle dépense d’énergie !

Il ne faut pas oublier qu’un toro dans sa vie n’a jamais eu l’occasion de produire de tels efforts, comme il n’a jamais eu l’occasion de lever un cheval sur sa tête !

La noblesse extrême on continue à la voir au cheval, on voit aussi la bravoure dans l’impact et la durée des mouvements de levier de bas en haut. Dire que le toro a été peu piqué, alors qu’il est resté la tête sous le caparaçon  plus de 15 secondes est une erreur d’appréciation.

La noblesse on continue à la voir dans la muleta avec de nombreuses « vuelta de campana » qui  cassent le rythme.

Alors cette noblesse extrème, avec ses conséquences sur le comportement au capote, au cheval, puis à la muleta  peut-elle être considérée comme une dérive de la sélection ?

A l’occasion d’une rencontre dans les salons de l’Impérator avec le représentant de la ganaderia « Pedreza de Yeltes » Jose Ignacio Sanchez, j’avais retenu que le ganadero avait orienté sa sélection sur des toros qui poussent à la pique, et lorsqu’on observe le trapio et la hauteur au garrot  on comprend pourquoi la position de la tête reste plus haute dans le contact avec le cheval. De même les toros de Miura avaient la réputation de « viser » le cou du cheval, ce comportement n’est-il pas seulement lié à la taille des Miura ?

 

Voila à quelles réflexions nous entraine une féria 2018 sans grandes émotions. Il y eu toutefois une novillada très intéressante avec du gabarit, de la taille, de la mobilité, et la sauvagerie qui caractérise le « manejo » de la ganaderia Pages Mailhan

La corrida « Partido de Resina » : 2 toros sur 6 et des applaudissements à l’arastre qui m’ont étonné.

Il y a eu aussi la despedida de Padilla que le public nîmois a salué avec joie, son estocade a son 2ème toro a fait lever 10000 spectateurs et comment expliquer aux autres une telle ovation quand le toro s’est écroulé ?

Padilla fait pari de ces toreros qui, s’ils ne sont pas de grandes « figuras », nous laissent des souvenirs indélébiles comme Paquirri, Nimeno, Victor Mendes, Cesar Rincon, El Fundi etc . Je les compare, et ce n’est pas de la nostalgie, aux joueurs de tennis des années 80 :  Mac Enroe, Connors,  Borg, Ivan Lendl etc., ils étaient autre chose que de grands toreros ou de grands champions.

Ultime souvenir de Nîmes 2018 : le seul vrai « manso » de la monoencaste, le n° 6 d’origine  Jandilla, véritable marathonien qui a passé son temps à chercher la sortie, à fatiguer les cuadrillas, pour au final être toréé efficacement sous la présidence par Alvaro Lorenzo. Un vrai manso de temps en temps ça fait du bien aux aficionados !

 

GUGGENHEIM - BILBAO 2018

Publié le par Commission Voyage et Sorties du CTN

GUGGENHEIM -  BILBAO 2018

Bonjour chers amis en partance pour BILBAO ;

En ce moment vous choisissez les corridas auxquelles vous allez assister… (retour de vos commandes à Alain BONINFANTE d'ici la fin juillet)

En plus de la culture taurine, notre voyage nous permettra de découvrir, entre autre, un symbole du modernisme, le Musée GUGGENHEIM.

En avant première, la commission voyage vous invite à une rapide visite virtuelle du musée.

PLAN

PLAN

HORAIRES ET TARIFS 

Mardi à Dimanche de 10 h à 20 heures

Les tarifs du Musée varient en fonction de la programmation artistique et du profil du visiteur (retraités, étudiants, enfants).

RECOMMANDATIONS POUR LA VISITE

Ne manquez pas Zero Espazioa, à côté des guichets ! Si c'est la première fois que vous venez au musée commencez la visite par l'ATRIUM, qui sera votre point de départ et de référence pour vous orienter puisque les trois étages rayonnent autour de lui.

En achetant le billet vous avez droit à un audioguide  avec diverses explications sur l'édifice et les expositions en cours.

 

 

PREMIER ETAGE

FILM & VIDEO Salle 103 : Diana THATER 12/07 - 21/10 Un Monde en Fuite, dans une atmosphère de lumière quasi onirique, l'artiste californienne construit un espace d'observation sur la vie animale en Afrique.

LA MATIERE DU TEMPS (1994-2005)  Salle 104  constitue la réflexion la plus aboutie de Richard SERRA sur la matérialité de l'espace et de la nature de la sculpture. Sept sculptures commandées à Serra sont installées de façon permanente dans la plus grande salle de l'édifice de Franck O. Gehry. Le public est encouragé à se déplacer tout autour des sculptures, à explorer leur intérieur pour découvrir leurs multiples perspectives.

 

JE SUIS TON MIROIR Salle 105 : Joana VASCONCELOS

Considérée comme l'une des artistes les plus remarquables de la dernière décennie. Joana Vasconcelos travaille la sculpture et les installations. Elle a commencé à se faire connaitre sur la scène internationale à la Biennale de Venise de 2005.

 

DEUXIEME ETAGE

11/05 - 23/09 Salles 201-209 L'ART ET LA CHINE APRES 1989 : LE THEATRE DU MONDE

Cette exposition est consacrée aux créations d'un audacieux mouvement d'art contemporain né dans la période de la plus grande transformation de l'histoire récente de la Chine. Elle présente les pièces de plus de 65 artistes et groupes qui ont travaillés tant en Chine que dans le reste du monde.

 

TROISIEME ETAGE

CHEFS-D'OEUVRE de la collection du Musée Guggenheim Bilbao, Exposition permanente Salles 301, 302, 303, et 304. Dès sa naissance le Musée Guggenheim a eu  la volonté de construire sa propre Collection à partir d'Œuvres importantes et significatives couvrant la période allant de la seconde moitié du XXe siècle à nos jours. Parmi les 130 pièces qu'elle compte aujourd'hui, certaines se distinguent par le fait d'être des icônes de la contemporanéité.

CHAGALL les ANNEES DECISIVES 1911 - 1919 1er juin - 2 Septembre Salle 305, 306, 307

Né en 1887 au sein d'une famille juive hassidique dans la petite ville russe de Vitebsk, Marc Chagall devra attendre 1911 pour que se produise une rupture décisive dans sa vie. C'est alors que commence pour lui un séjour de 3 ans à Paris, où il se lance dans un ensemble d'œuvres imprégnées d'art populaire russe et de sa culture familiale, mais intégrées dans des expérimentations stylistiques les plus novatrices que lui offre l'avant garde parisienne.

TAUROMACHIE et CINEMA

Publié le par Paul BOSC membre du C.TN

Si aujourd'hui la tauromachie et les scènes de corrida ont pratiquement disparu des films cinématographiques et encore plus de la télévision, cela n'a pas été toujours le cas.

Au cinéma, la tauromachie a souvent été présente dans de nombreuses productions et pas seulement Espagnoles.

Budd Boetticher, célèbre metteur en scène auteur de nombreux westerns mais véritable aficionado, reçut un oscar en 1951 pour son film « La dame et la matador »

Il avait aussi filmé un documentaire sur Carlos Arruza ainsi que « le Brave et la belle » en 1955 avec Anthony Quinn et Maureen O'hara.

 

 

L'acteur mexicain avait déjà tourné dans « la corrida de la peur » en 1951. L'un des meilleurs films, écrit la critique, sur le monde de la tauromachie qui présente des images réalistes et inspirées sur la corrida.

Mel Ferrer incarne le torero Luis Bello qui, après une blessure, doute sur son métier. Pourtant, le metteur en scène Robert Rossen, détestait la corrida. 

Toujours aux États-Unis, l’œuvre de Vicente Ibañez « Arènes sanglantes » a connu 3  versions :

- un film muet de 1922 avec Rudolph Valentino

- le remake en 1941 avec Tyrone Power et Rita Hayworth 

- la version en 1988 avec Sharon Stone.

Restons sur le sol américain pour citer quelques « perles » comme

- « Max toréador » avec Max Linder 

- « Laurel et  Hardy toréadors » tournés dans les arènes de Mexico.   

Les  dessins animés étaient friands du genre avec, par exemple, signés de Tex Avery (Picador Porky ) ou

Walt Disney (Alice the matador) en 1925 ou une première version de « Ferdinand le taureau) en 1938.

 

 Dans le style "un enfant et un taureau" la prime revient à « Les clameurs se sont tues » en 1956 qui a remporté l'Oscar de l'histoire la plus originale. 

 

Orson Welles s'est lui aussi intéressé à la tauromachie en 1955 avec « Corrida à Madrid » et n'oublions pas « Pendora » de Albert Lewin avec Ava Gardner qui assiste à la lidia d'un novillo par le matador Mario Cabré qui fut son amant comme Luis Miguel Dominguin et Angel Peralta.

 

Dans la très internationale distribution du « Tour du monde en 80 jours » avec David Niven et Mario Moreno « Cantiflas » qui a été torero avant d' être acteur, le voyage par l'Espagne n'évite pas une course de taureaux.

 

Si les Américains n'étaient pas très doués pour filmer les corridas, en Espagne de nombreuses productions comportent des scènes tauromachiques notamment « Mi Reino por un torero » avec Carlos Arruza en vedette en 1944 et plus récemment « Parles avec elle » et « Matador » de Pedro Almodovar ou « Blancanieves » de Pablo Berger en 2012.

             

           

 

Miguelin, torero fantasque des années 60 apparaît dans « le Moment de vérité » de  Francesco Rosi, auteur du film-opéra « Carmen » et « El relicario » mais d'autres toreros ont remplacé, dans l'arène, les acteurs.

     

 

  

Si les Italiens, à part une production « olé-olé » avec Rocco Siffredi est mentionnée, les Allemands et autres pays européens ne se sont pas intéressés  à la tauromachie.

Mais, on découvre l’œuvre d'un metteur en scène soviétique avec « Que Viva Mexico » de Serguei Eisenstein. 

Dans le cinéma français il est difficile de faire une liste de tous les films où corridas, toreros et arènes  sont au scénario tant ils sont nombreux.

 

Parmi eux, citons Louis Feuillade, revistero qui, outre "Fantomas", a porté à l'écran des images de corridas.

 

On ne peut terminer sans évoquer notre BB nationale,

Brigitte Bardot qui s'est éprise des taureaux lors du tournage en Espagne de « La femme et le pantin » de Julien Duvivier en 1959 avec Dario Moreno et l'année précédente dans un film de Roger Vadim intitulé « Les bijoutiers au clair de lune » 

 

Depuis cette passion pour la cause animale ne l'a jamais quittée.Mais quel beau cartel !

 

Paul BOSC

 

Membre du C.T.N

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BILBAO 2018 - CARTELS

Publié le par cercletaurin.nimois

BILBAO 2018 -  CARTELS

 

Voici les 5 corridas programmées pendant notre séjour.

Mercredi 22 août  : Juan José Padilla, El Juli y José María Manzanares

(Garcigrande-Domingo Hdez)

Jeudi 23 août : Antonio Ferrera, Miguel Angel Perera y Gines Marin

(El Parrajelo)

Vendredi 24 août : Sébastien Castella, Cayetano y Roca Rey

(Victoriano del rio)

Samedi 25 août : Enrique Ponce, El Juli y Diego Urdiales

(Alcurrucén)

Dimanche 26 août : Octavio Chacón, Pepe Moral y Juan Leal

(Miura)

Jean Frank a pris contact avec la Taquilla de Bilbao pour connaitre le prix des places. A l'heure qu'il est nous n'avons pas encore les prix 2018.

Voici à titre indicatif les prix pratiqués en 2017, mais ils devraient être sensiblement égaux à l'an passé à 1 ou 2 € près.

Il nous conseille de choisir des TENDIDOS SOL ou SOL Y SOMBRA sachant que nous seront fin août et que les corridas commencent à 18 heures.

   PRIX 2017
LOCALISATIONSOMBRAS Y SSOL
TENDIDO FILAS   2 à 780,60 €46,40 €38,80 €
TENDIDO FILAS   8 à 1667,60 €40,80 €29,60 €
TENDIDO FILAS 17 à 1961,20 €37,00 €26,80 €

Ci-dessus un tableau vous permettant de vous faire une idée du prix des places de Corridas  pratiqué par la PLAZA de TORO de VISTA ALEGRE.

Nous vous informons, également que par rapport au prix facial des billets, pour des réservations groupées, la TAQUILLA prend une commission de 5 € en plus des prix ci dessus. 

Nous vous proposerons soit de réserver vos places par l'intermédiaire du club, mais, c'est une nouveauté vous pourrez bien sûr décider de les acheter directement sur place.

 Nous vous adresserons, le  bulletin de réservation des places de corridas, dès communication des tarifs 2018.

A très bientôt.

La commission Voyage et Sorties du CTN.

Ne manquez pas nos prochaines Communications. 

CORRIDAS  : BULLETIN DE RESERVATIONS 

GUGGENHEIM : Exposition temporaire, Horaires et tarifs.

DEPART : Lieu et Horaires

le CTN revient à ISTRES en 2018

Publié le par cercletaurin.nimois

 

Cette année encore, la commission voyage et sorties a été séduite par l'affiche d'ISTRES, 

C'est la corrida du geste qui a retenu son attention, 

Le vendredi 15 juin 2018 à 18 H,

Enrique PONCE,

Curro DIAZ 

Paco UREÑA

affronteront les toros de ADOLFO MARTIN. 

Comme l'an passé, retrouvons nous au préalable à la Table Marocaine pour partager en toute convivialité un couscous ou un tajine. 

Réservez dès à présent, le restaurant, auprès du CTN sur cercletautin.nimois@gmail.com et adressez le bulletin de réservation joint et votre règlement à Alain BONINFANTE. 

Pas de réservation groupée pour la corrida, certains d'entre vous ont déjà pris leur abonnement.

 Depuis le 3 avril dernier, les places séparées sont en vente auprès de la billetterie par tel 04 42 81 76 00.

En espérant vous retrouver nombreux le 15 juin prochain.

La commission Voyage et Sorties du CTN

 

Bulletin de réservation pour le restaurant et plan pour rejoindre la table Marocaine.

CONFERENCE du JEUDI du CERCLE le 5 Avril 2018

Publié le par cercletaurin.nimois

 
La prochaine conférence clôturera le Xème Cycle Culturel du CERCLE TAURIN NÎMOIS et abordera la thématique "Corrida et Justice, les Arènes où se joue la Vie" 
 
Le lieu désormais retenu pour la qualité de son accueil est celui du Moulin GAZAY à 19 heures 
 
Maître Patrick GONTARD, Avocat aficionado, bâtonnier du Barreau d'Avignon tiendra l'affiche.
Chacun se souvient de sa mémorable plaidoirie pour LE PROCÈS en avril 2017, où il s'était investi, fort brillamment dans le rôle du défenseur des prévenus...
 
Venez nombreux
 

 

 
 

FERIA DE SAINT MARTIN DE CRAU

Publié le par cercletaurin.nimois

OFFRE SPÉCIALE CLUBS TAURINS FERIA DE SAINT MARTIN DE CRAU
 
Cette Feria reste très prisée par les aficionados du CTN

Comme chaque année, La Unica propose aux clubs taurins des places aux tarifs très avantageux pour les corridas du samedi 28 avril et dimanche 29 avril 2018 

Afin de bénéficier de ce tarif, il est recommandé de s'inscrire rapidement, réservations acquittées le 14 avril dernier délai.

Pour réserver ou pour plus d'informations, contacter par message privé Facebook

"La Feria de la Crau la Unica" 

En PJ, l'affiche

Bien amicalement

Frédéric VIDAL

 

 

 

 

 

JEUDI du CERCLE le 1er MARS 2018

Publié le par cercletaurin.nimois

A NE PAS RATER !

Une nouvelle conférence, et un nouveau sujet brûlant pour ce prochain JEUDI DU CERCLE du Xème cycle culturel.

JEUDI du CERCLE le 1er MARS 2018

Une conférence animée par

Gil ANDREAU,

Commissaire Général, ancien Directeur Départemental de la Sécurité Publique

et  Patrick CARON

Commandant Divisionnaire Honoraire de la Police

 

Attention ! le  CERCLE TAURIN NÎMOIS  inaugure un nouveau lieu de rencontre pour ses adhérents :

le MOULIN GAZAY

à Nîmes

Cliquez sur le lien ci dessous pour voir adresse et plan pour rejoindre cet Etablissement.

 

ASSEMBLEE GENERALE 2017

Publié le par cercletaurin.nimois

 

Samedi 6 janvier 2018 se déroulait l'Assemblée Générale du CTN en présence de 91 des 156 membres du club, cette présence massive et les pouvoirs reçus assuraient largement le quorum.

Cette année marquait un exercice exceptionnel de 15 mois pour coïncider avec l'année civile. 

A l'issue de cette Assemblée la soirée se poursuivait fort joyeusement par un repas concocté par le Club qui se terminait par la traditionnelle dégustation de galettes et des Couronnes pour fêter le rois.

 

OUVERTURE ET PRESENTATION DE L'ORDRE DU JOUR

  • Retour sur la temporada 2017 par Paul BOSC

  • Rapport Financier par Alain BONINFANTE

  • Rapport d'activités Par Annie PORTES

  • Rapport Moral du Président par Charles CREPIN

  • Approbation des différents rapports

  • Questions diverses

  • Présentation et Elections des nouveaux membres du Conseil d'Administration.

Notre ami Paul Bosc nous relatait sa vision de la temporada 2017, retrouvez ci-dessous son texte en doc joint.

Puis Alain BONINFANTE nous dévoilait les comptes du CTN, 2 tableaux : le compte d'exploitation  au 31/12/2017 et l'évolution de la trésorerie et nous livrait son analyse des chiffres les plus marquants.

Compte de résultats et trésorerie du club

Analyse des chiffres par Alain BONINFANTE

 Annie PORTE nous présentait ensuite les 15 mois d'activité du Club, lourde charge puisque cet exercice exceptionnel par sa durée marquait également le 70è anniversaire du club. Il couvrait pas moins de :

2 cycles de Conférences

Une soirée de présentation des vœux,

Le voyage du Club à Cordoue,

Une sortie à Istres

Le 101e congrès de la FSTF

redécouvrons en détail ces activités Commentées ci-dessous par Annie

 

RAPPORT D'ACTIVITE par Annie PORTES

LA FIESTA CAMPERA CHEZ FRANCOIS ANDRE

Charles, notre président, nous présentait ensuite son rapport moral.

RAPPORT MORAL DU PRESIDENT Charles CREPIN.

Colette BERTRON faisait ensuite procéder au vote des différents rapports : 

  • Rapport financier approuvé à l'unanimité

Rapport d'activité approuvé de fait

Rapport moral approuvé à l'unanimité. 

pas de questions diverses... nous passons ensuite à l'élection des membre du CA.

Martine DEFREMONT, ne se représente pas, Albert MARTIN, Perrine PHILIBERT et Alexis PARIS sont démissionnaires, Quatre nouveaux candidats se présentent à l'élection du Conseil d'administration, (leurs photos ci dessous)

après s'être présentés en quelques mots devant l'assemblée, ils sont élus pour trois ans au CA du CTN

La prochaine réunion du CA élira un nouveau bureau. 

 

Marie Christine DEJAX

Marie Christine DEJAX

Rémi PORTES

Rémi PORTES

Gérard VIALE

Gérard VIALE

Fréderic VIDAL

Fréderic VIDAL

Clôture de l'assemblée et place à la fête ...

REPAS et GALETTES
REPAS et GALETTES
REPAS et GALETTES
REPAS et GALETTES
REPAS et GALETTES
REPAS et GALETTES
REPAS et GALETTES

REPAS et GALETTES

Remerciements à Michel CHAUVIERRE pour toutes ces photos qui illustrent si bien la convivialité de cette assemblée Générale.

DÉSIRS ET GRAINS DE SABLE, le programme

Publié le par cercletaurin.nimois

Un petit rappel du programme "DESIRS & GRAINS DE SABLE", 10ème Cycle Culturel du CERCLE TAURIN NÎMOIS. Nous comptons sur votre présence fidèle à ces faenas culturelles qui font la convivialité et le dynamisme du CTN.

Attention ! notez dans vos agenda : la soirée animée par André Viard, initialement programmée le 7 Décembre, est déplacée au Mercredi 13 Décembre. Une annonce détaillée de cette soirée sera diffusée semaine 48.

 

 

Le C.T.N. au Pays BASQUE

Publié le par cercletaurin.nimois

 

 

 

Comme nous vous l'avions annoncé en septembre, cette année le CTN se rend au Pays Basque pour la Semana Grande de BILBAO

du 22 au 27 août 2018.

Ce qui caractérise ce voyage :

Un retour aux traditions avec un voyage en commun au départ de Nîmes, 

Ce qui ne change pas : 

Du Taurin, du Campo, du Culturel, du festif et des temps libres. 

*******

Nous vous laissons découvrir le programme détaillé et les modalités d'inscriptions.

Ce qui ne change pas 

un paiement échelonné en 8 fois

mais toujours un nombre de places limité : 58 personnes

DATE LIMITE D'INSCRIPTION 05/12/2017

La commission voyage espère que ce programme conçu, comme nos derniers voyages, en participation avec Top Evasion, vous comblera et espère vous retrouver nombreux pour partager cette nouvelle aventure.

Annie, Dominique, Marie-Jo, Martine, Mireille, Monique et Philippe.

 

 

A retourner avec votre règlement avant le 5 décembre 2017

petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage
petit Pèle-mèle du voyage

petit Pèle-mèle du voyage

Un congrès réussi

Publié le par Cercle Taurin Nîmois

Samedi 21 et Dimanche 22 Octobre s'est réuni le 101ème congrès de la Fédération des Sociétés Taurines de France, sous la houlette du Cercle Taurin Nîmois qui avait organisé cet évènement à Nîmes.

Une belle réussite marquée par une Fiesta Campera à la ganaderia François André. Un exceptionnel Acoso y Derribo ensoleillé sur fond d'Alpilles  suivi de la mise à mort d'un puissant novillo de l'élevage. 150 personnes comblées par ce spectacle (voir ci-dessous l'article de Paul Bosc) partagèrent ensuite une  délicieuse paella préparée avec talent. Dommage que nous n'ayons pu pousser les murs !

Timing serré. Rendez-vous en suivant dans l'auditorium de Carré d'Art nîmois pour suivre la conférence "Corrida et Médias, un sujet qui presse..." brillamment conduite par Jean-Michel Mariou dont un résumé sera publié prochainement. Soirée terminée, parfois nuitamment, après une réception avec les officiels et les élus, et un cocktail pris en commun au restaurant le Ciel de Nîmes.

Le dimanche matin, après un accueil café dans la prestigieuse bodega des Amis de Pablo Romero aimablement mise à disposition par l'association, les congressistes se retrouvaient pour leur Assemblée statutaire. Après un dernier repas, chacun repartait riche de ces échanges vers son club.

Merci à l'équipe CTN qui, une fois encore a assuré un sans faute dans l'organisation de ces manifestations, merci à tous nos amis qui ont apporté leur aide précieuse au parfait déroulement de ce congrès, merci à Frédéric Lautier pour la qualité de ses pensionnaires, merci à Jean-Michel Mariou pour sa conférence, merci à tous nos amis photographes amateurs à qui nous devons ces illustrations (un album sera publié prochainement).

Par un beau jour d'automne à la ganaderia François André

Par Paul Bosc

Il faisait une belle et chaude journée ce samedi 21 octobre qui s'ajoute aux mois de sécheresse et à un été indien qui ne veut pas céder sa place à la pluie.

 

Il faisait beau et chaud dans les cœurs des aficionados du Cercle Taurin Nîmois, organisateurs du 101e congrès de la Fédération des Société Taurines de France qui avaient choisi Nîmes et la Camargue pour tenir son Assemblée Générale. S'ajoutaient les clubs fédérés de la Coordination des clubs taurins de Nîmes et du Gard.

Ils étaient cinquante et cent dans ce coin magnifique des Alpilles, où se détachent, à l'horizon, le massif des Baux et la chaîne calcaire de ce coin de Provence si bien chanté par les poètes.

Ils étaient cent cinquante à avoir accepté de fêter les 70 ans de la ganaderia François André ainsi que celui du CTN.

Accueillis par Frédéric Lautier, son épouse, sa famille et ses amis gardians et cavaliers dans le vaste espace où paissent les vaches de la ganaderia aux robes poivrées, aux pattes blanches, marquant leurs provenances Cobaleda et Vega-Villar qui portent la lignée Santa Coloma, Frédéric Lautier a expliqué le déroulement de l'acoso et derribo, qui consiste à poursuivre un veau à cheval et à le renverser d'un coup de garoche à un endroit précis de la cuisse afin que des toreros puissent ensuite les toréer et ainsi déceler la noblesse et la bravoure de ces vaches futures porteuses de toros de combat. 

 

Exercice rare et spectaculaire, en plein champs

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

Les cavaliers ont fait sortir du troupeau une première vache qui porte sur les pattes les chaussettes blanches et, sur le front, cette petite touffe de poils blancs des Cobaleda

De plus de 700 mètres la chevauchée est impressionnante avant que le caballero frappe le veau de sa garoche. La bête tombe mais réussit à s'enfuir avant que les peones puissent la capter dans leurs capes. D'autres gardians lui barrent la route et elle retourne sur le lieu de ce combat.

C'est Alberto Lamelas,le torero de Cotijos Nuevos (Jaen) qui est apodéré par le Nîmois Robert Piles et son fils Jean-François et qui a participé à une tienta chez La Quinta lors du voyage du Cercle Taurin au printemps dernier à Cordoue qui a été invité à cette journée campera au mas de l’Île à Maussane-les-Alpilles. Il saura dominer la vache qui posait quelques problèmes et montrer toute sa noblesse.

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

C'est ensuite le novillero d'Istres, Maxime Solera qui est chargé de toréer la deuxième vache, conduite elle aussi à la garoche mais qui montrera un caractère affirmé posant ainsi quelques difficultés au jeune maestro pour s'exprimer.

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

 

 

On quitte les prés pour se rendre à la placita.

Là, dans la poussière que pas une goutte d'eau n'a collé au sol. Alberto Lamelas reçoit un novillo fort comme un lion, sauvage comme une bête féroce qui ne va pas céder un pouce de terrain et se défendre jusqu'à son dernier souffle.

Il reçut trois piques pas très bien placées. Il en aurait fallu une quatrième mais le novillo ne s'attardait pas sous le fer.

La faena fut difficile ; Lamelas ne domina pas le fauve et même s'il put donner quelques séries appliquées notamment par naturelles où le toro passait plus facilement, il se fit balader avant que la bête trouve refuge près des burladeros et semblait vouloir dire : « maintenant venez me chercher ».

Plusieurs coups d'épée furent nécessaires avant de coucher le toro d'un coup de descabello.

Toutefois, en se retirant de la placita, les aficionados étaient heureux d'avoir assisté à un véritable combat face à une bête aux coups de corne violents comme une massue et où la sauvagerie n'avait pas été gommée par des sélections menant à la bêtise et à la niaiserie des toros actuels.

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

Fiesta campera et paella font toujours bon ménage et la cuisinière n'eut aucun soucis pour nourrir tout ce monde par cet excellent plat si parfumé et typiquement espagnol.

 

 

On profita entre le fromage et le gateau  pour fêter l'anniversaire du président de la Fédération Dominique Valmary.

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

Puis rendez-vous était pris à Nîmes au Carré d'Art pour suivre une conférence intitulée « Corridas et médias » par Jean-Michel Mariou avant de dîner au restaurant dominant la médiathèque et offrant une vue unique sur la Maison Carrée.

*****

Un nouvel article consacré à l'intervention de jean-Michel Mariou sur le thème "Corrida et Medias, un sujet qui presse... " sera publié prochainement.

 

 

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussiUn congrès réussi

Le dimanche matin, après un accueil café dans la prestigieuse bodega des amis de Pablo, les congressistes se retrouvaient pour leur assemblée statutaire.

Après un dernier repas, chacun repartait, riche de ces échanges, vers son club.

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

Bienvenue au club !

Publié le par cercletaurin.nimois

Bonjour chers amis du CTN,

Notre club, compte depuis quelques jours deux nouveaux et très jeunes adhérents, Salomé et Lambert.

Soucieux de découvrir la tauromachie sous toutes ses formes et d'enrichir leur culture taurine, ils nous rejoindront à la rentrée prochaine pour participer au nouveau cycle de conférences qui s'ouvrira le jeudi 5 octobre prochain.

Je gage qu'ils trouveront également, la chaleur et l'amitié des membres du CTN qui est l'ADN du club.

Mais avant cela, ils nous offrent une très belle vidéo sur la dernière féria de Pentecôte Nîmes 2017,

Lambert, cinéaste, a mis en images la corrida de Rejon,

Cliquez sur le lien ci dessous pour retrouver :

Pablo Hermoso de MENDOZA, Andy CARTAGENA et Léa VICENS

https://goo.gl/photos/Q5158UBEmP9Nueb49

Bonnes ferias à vous tous,

à très bientôt sur les gradins d'Arles ou de Nîmes...

Martine.

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>