16 articles avec aficion

Un congrès réussi

Publié le par Cercle Taurin Nîmois

Samedi 21 et Dimanche 22 Octobre s'est réuni le 101ème congrès de la Fédération des Sociétés Taurines de France, sous la houlette du Cercle Taurin Nîmois qui avait organisé cet évènement à Nîmes.

Une belle réussite marquée par une Fiesta Campera à la ganaderia François André. Un exceptionnel Acoso y Derribo ensoleillé sur fond d'Alpilles  suivi de la mise à mort d'un puissant novillo de l'élevage. 150 personnes comblées par ce spectacle (voir ci-dessous l'article de Paul Bosc) partagèrent ensuite une  délicieuse paella préparée avec talent. Dommage que nous n'ayons pu pousser les murs !

Timing serré. Rendez-vous en suivant dans l'auditorium de Carré d'Art nîmois pour suivre la conférence "Corrida et Médias, un sujet qui presse..." brillamment conduite par Jean-Michel Mariou dont un résumé sera publié prochainement. Soirée terminée, parfois nuitamment, après une réception avec les officiels et les élus, et un cocktail pris en commun au restaurant le Ciel de Nîmes.

Le dimanche matin, après un accueil café dans la prestigieuse bodega des Amis de Pablo Romero aimablement mise à disposition par l'association, les congressistes se retrouvaient pour leur Assemblée statutaire. Après un dernier repas, chacun repartait riche de ces échanges vers son club.

Merci à l'équipe CTN qui, une fois encore a assuré un sans faute dans l'organisation de ces manifestations, merci à tous nos amis qui ont apporté leur aide précieuse au parfait déroulement de ce congrès, merci à Frédéric Lautier pour la qualité de ses pensionnaires, merci à Jean-Michel Mariou pour sa conférence, merci à tous nos amis photographes amateurs à qui nous devons ces illustrations (un album sera publié prochainement).

Par un beau jour d'automne à la ganaderia François André

Par Paul Bosc

Il faisait une belle et chaude journée ce samedi 21 octobre qui s'ajoute aux mois de sécheresse et à un été indien qui ne veut pas céder sa place à la pluie.

 

Il faisait beau et chaud dans les cœurs des aficionados du Cercle Taurin Nîmois, organisateurs du 101e congrès de la Fédération des Société Taurines de France qui avaient choisi Nîmes et la Camargue pour tenir son Assemblée Générale. S'ajoutaient les clubs fédérés de la Coordination des clubs taurins de Nîmes et du Gard.

Ils étaient cinquante et cent dans ce coin magnifique des Alpilles, où se détachent, à l'horizon, le massif des Baux et la chaîne calcaire de ce coin de Provence si bien chanté par les poètes.

Ils étaient cent cinquante à avoir accepté de fêter les 70 ans de la ganaderia François André ainsi que celui du CTN.

Accueillis par Frédéric Lautier, son épouse, sa famille et ses amis gardians et cavaliers dans le vaste espace où paissent les vaches de la ganaderia aux robes poivrées, aux pattes blanches, marquant leurs provenances Cobaleda et Vega-Villar qui portent la lignée Santa Coloma, Frédéric Lautier a expliqué le déroulement de l'acoso et derribo, qui consiste à poursuivre un veau à cheval et à le renverser d'un coup de garoche à un endroit précis de la cuisse afin que des toreros puissent ensuite les toréer et ainsi déceler la noblesse et la bravoure de ces vaches futures porteuses de toros de combat. 

 

Exercice rare et spectaculaire, en plein champs

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

Les cavaliers ont fait sortir du troupeau une première vache qui porte sur les pattes les chaussettes blanches et, sur le front, cette petite touffe de poils blancs des Cobaleda

De plus de 700 mètres la chevauchée est impressionnante avant que le caballero frappe le veau de sa garoche. La bête tombe mais réussit à s'enfuir avant que les peones puissent la capter dans leurs capes. D'autres gardians lui barrent la route et elle retourne sur le lieu de ce combat.

C'est Alberto Lamelas,le torero de Cotijos Nuevos (Jaen) qui est apodéré par le Nîmois Robert Piles et son fils Jean-François et qui a participé à une tienta chez La Quinta lors du voyage du Cercle Taurin au printemps dernier à Cordoue qui a été invité à cette journée campera au mas de l’Île à Maussane-les-Alpilles. Il saura dominer la vache qui posait quelques problèmes et montrer toute sa noblesse.

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

C'est ensuite le novillero d'Istres, Maxime Solera qui est chargé de toréer la deuxième vache, conduite elle aussi à la garoche mais qui montrera un caractère affirmé posant ainsi quelques difficultés au jeune maestro pour s'exprimer.

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

 

 

On quitte les prés pour se rendre à la placita.

Là, dans la poussière que pas une goutte d'eau n'a collé au sol. Alberto Lamelas reçoit un novillo fort comme un lion, sauvage comme une bête féroce qui ne va pas céder un pouce de terrain et se défendre jusqu'à son dernier souffle.

Il reçut trois piques pas très bien placées. Il en aurait fallu une quatrième mais le novillo ne s'attardait pas sous le fer.

La faena fut difficile ; Lamelas ne domina pas le fauve et même s'il put donner quelques séries appliquées notamment par naturelles où le toro passait plus facilement, il se fit balader avant que la bête trouve refuge près des burladeros et semblait vouloir dire : « maintenant venez me chercher ».

Plusieurs coups d'épée furent nécessaires avant de coucher le toro d'un coup de descabello.

Toutefois, en se retirant de la placita, les aficionados étaient heureux d'avoir assisté à un véritable combat face à une bête aux coups de corne violents comme une massue et où la sauvagerie n'avait pas été gommée par des sélections menant à la bêtise et à la niaiserie des toros actuels.

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

Fiesta campera et paella font toujours bon ménage et la cuisinière n'eut aucun soucis pour nourrir tout ce monde par cet excellent plat si parfumé et typiquement espagnol.

 

 

On profita entre le fromage et le gateau  pour fêter l'anniversaire du président de la Fédération Dominique Valmary.

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

Puis rendez-vous était pris à Nîmes au Carré d'Art pour suivre une conférence intitulée « Corridas et médias » par Jean-Michel Mariou avant de dîner au restaurant dominant la médiathèque et offrant une vue unique sur la Maison Carrée.

*****

Un nouvel article consacré à l'intervention de jean-Michel Mariou sur le thème "Corrida et Medias, un sujet qui presse... " sera publié prochainement.

 

 

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussiUn congrès réussi

Le dimanche matin, après un accueil café dans la prestigieuse bodega des amis de Pablo, les congressistes se retrouvaient pour leur assemblée statutaire.

Après un dernier repas, chacun repartait, riche de ces échanges, vers son club.

Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi
Un congrès réussi

Bienvenue au club !

Publié le par cercletaurin.nimois

Bonjour chers amis du CTN,

Notre club, compte depuis quelques jours deux nouveaux et très jeunes adhérents, Salomé et Lambert.

Soucieux de découvrir la tauromachie sous toutes ses formes et d'enrichir leur culture taurine, ils nous rejoindront à la rentrée prochaine pour participer au nouveau cycle de conférences qui s'ouvrira le jeudi 5 octobre prochain.

Je gage qu'ils trouveront également, la chaleur et l'amitié des membres du CTN qui est l'ADN du club.

Mais avant cela, ils nous offrent une très belle vidéo sur la dernière féria de Pentecôte Nîmes 2017,

Lambert, cinéaste, a mis en images la corrida de Rejon,

Cliquez sur le lien ci dessous pour retrouver :

Pablo Hermoso de MENDOZA, Andy CARTAGENA et Léa VICENS

https://goo.gl/photos/Q5158UBEmP9Nueb49

Bonnes ferias à vous tous,

à très bientôt sur les gradins d'Arles ou de Nîmes...

Martine.

Une aficion exemplaire

Publié le par cercletaurin.nimois

Les actions de l’AYUDA FOND’ACTIONS TAURINE AFICIONADA depuis sa création le 29 octobre 2014.

 

De part son objet social, « aider par un action ou plusieurs actions appropriées, un ganadero, un torero, un organisateur ou toute personne ou structure œuvrant pour la tauromachie », l’AYUDA FOND’ACTIONS TAURINE AFICIONADA se veut, quelque peu, différente des autres associations taurines.

  •          -  Aides financière, morale et logistique à la Ganaderia TURQUAY (Eyguières) qui avait le désir et la volonté d'aller plus loin dans les origines Santa Coloma de sa ganaderia d’origine Buendía (pur Santa Coloma depuis 1906) : achat de bétails et de carnets de ganadero, suivi des naissances et de l’évolution du bétail, tientas ....
  •          -  Achat de deux épées de mort au novillero Tibo GARCIA,
  •          -  Les soirées « JAZZ Y TOROS » : depuis trois ans, l’association investie la terrasse des jardins de l’hôtel IMPERATOR à NIMES, à l’occasion des « JEUDIS DU JAZZ » ...
L’occasion pour les aficionados a los toros et les mélomanes d’associer leurs deux passions autour d’un apéritif dînatoire.
  •          -  Les actions « coup de cœur » :

o Achat d'un capote au banderillero Julien MERENCIANO,


o Achat d'une muleta au novillero Dylan RAIMBAUD,


o Achat d'un castoreño à Jean-Christian DOMERGUE qui débute sa carrière de picador,
o Participation financière au projet d'Eddie PONS « FLAMENCO ! »,


o Accueil, en FRANCE, du novillero Christobal REYES pour parfaire son entraînement qui depuis a réalisé, avec grand succès, ses débuts en novillada piquée cet été à RISCLE  (Gers).

 

- Les appels à projets et son 1er lauréat : Méryl FORTUNAT-ROSSI, réalisateur, désireux de réaliser un film qui permettra au spectateur : « d'ouvrir la barrière et vivre dans l'intimité des exploitations d’élevage de toros. Il écoutera mugir les bêtes au rythme des quatre saisons, à travers les paysages de Camargue, des Landes, de l'Hérault, jusqu'au pied des Alpilles. »

 

L’AYUDA a été la première à l’aider financièrement. A ce jour, le portrait de Michel GALLON est terminé, ceux de Manu et Jean-François TURQUAY et Patrick LAUGIER sont en cours.

 

L'AYUDA FOND’ACTIONS TAURINE AFICIONADA remercie l'ensemble des personnes physique et morale qui ont contribué à la réalisation de ces actions.

 

L’Ayuda : Fond’actions Taurine Aficionada


Hôtel C Suites - 152 Rue Claude Nicolas Ledoux

30900 Nîmes

fondactionsayuda@gmail.com

Gascogne, terre d'histoire

Publié le par Paul Bosc

La Gascogne mérite que l'on s' y attarde ! Historiquement en citant sans doute le plus célèbre Gascon de la littérature : Charles de Batz de Castelmore, dit d'Artagnan qui est né à Lupiac en terre gersoise mais aussi Cyrano de Bergerac qui n'est pas Gascon puisque né en Dordogne mais qui appartenait au régiment des Cadets de Gascogne comme les trois mousquetaires. De cette vieille terre, la guerre de cent ans a laissé des vestiges, des remparts, des donjons comme celui de Bassoues à quelques kilomètres de Montesquiou, et les champs sont continuellement verts. Et, bien sûr, le « bonheur reste dans le pré » : canards et oies, Armagnac, pousse-rapière ou Floc llustrent la carte postale du pays, même si les vignes ne sont pas visibles dans cette partie du Gers. Et puis il y a le rugby, partout. Et puis il y a des garçons aux oreilles flétries par tant de mêlées, aux muscles impressionnants qui vont faire la fête à Vic Fezensac, à Eauze, à Aignan, Nogaro, Plaisance, Riscle et tant d'autres villages où le toro qu'il soit Landais ou Espagnol fait partie des traditions. La mode était, cette année, au port de la marinière, celle mise en vedette par l'ex-ministre Arnaud Montebourg,  de shorts et chaussettes de rugbyman.

Direction Vic-Fezensac pour la Feria du toro et le week-end prolongé de la Pentecôte. Les bodegas y sont ouvertes où le vin local Tariquet coule à flot une grande partie de la nuit, un immense terrain de camping reçoit des milliers de festaïres, le torero Ruiz Miguel qui a connu tant de triomphes ici attend les aficionados devant les arènes Joseph Fourniol.

 

Les novillos de Raso de Portillo font la loi

Samedi les premières clarines sonnent pour quatre novillos de la ganaderia Raso de Portillo pour un mano à mano entre Mario Palacios et Miguel Angel Pacheco. Mais la vedette restera aux deux novillos sortis en piste puisque la course fut interrompue en raison de la pluie. Deux novillos impressionnant par leur force et leur bravoure qui n'ont pas hésité à attaquer la cavalerie à trois ou quatre reprises. Gabin Rehabi les mettra en évidence. Et les aficionados quitteront le ruedo à regret de ne pas avoir vu les deux autres novillos. Rendez-vous à Céret !

Octavio Chacón sort de la mêlé

L'après-midi pour la corrida de Dolores Aguirre, les nuages noirs se bousculent dans le ciel gersois et se dégonfleront par intermittence. Les Dolores prennent trois ou quatre piques. Paulita montre de beaux gestes mais le sorteo ne lui est pas favorable, Alberto Lamelas, le chouchou de Vicois, rate ses estocades et c'est Octavio Chacón qui s'en tire le mieux en coupant une oreille au deuxième exemplaire. Si les deux premiers toros ont été les plus en vue, les quatre autres ont permis de suivre une corrida intéressante.

La corrida-concours gagne ses lettres de noblesse

Si ce genre d'événement est de plus en plus rare, à Vic la tradition est maintenue. Bien lui en fasse car elle a connu de beaux et grands moment notamment par le toro de Miura sorti en première position et celui de Los Maños qui fermait la course. Bien toréé par Domingo Lopez Chaves, le Miura reçut quatre piques, la faena bien construite mais une estocade basse privera le torero d'une oreille pourtant réclamée majoritairement. Il effectuera 2 tours de piste et la bronca fut « présidentielle ».

Le grand moment de cette journée fut la rencontre de Gabin Rehabi avec « Jardinero » pour trois rencontres exceptionnelles accompagnées par l'orchestre « Les Armagnacs » mais « Michelito » le Mexicain de Vic ne fut pas à la hauteur. Il brinda son premier adversaire, le Cuadri, à son père, Michel, enfant du pays. Morenito de Aranda n'était pas dans un bon jour et n'entendit que des silences. C'est toutefois le toro de Los Maños qui a remporté le prix du meilleur toro de la feria.

Une bonne corrida de Palha

Joao Folque de Mendoza, le propriétaire de la ganaderia Palha voulait que ses toros soient mobiles, allant volontiers à la pique et gardant suffisamment de force pour une faena. Ce ne fut pas toujours le cas mais en ce dimanche de Pentecôte il a présenté à Vic une corrida proche de ses désirs. Bien présentés, allant volontiers au cheval, donnant aux faenas du relief, les Palha ont été applaudis à l'arrastre. Dans la catégorie toreros, Alberto Aguilar a complètement raté ses coups d'épée lardant littéralement son premier adversaire. Ruben Pinar a été intéressant à son premier mais a perdu tout espoir de trophée avec l'épée, et il a été débordé par le sixième. Emilio de Justo qui a marqué cette corrida, coupant à chaque toro une oreille. Sortie en triomphe et déclaré meilleur torero de la Feria. Le mayoral Joaquim Dos Santos a salué en piste.

Lundi : grande ovation pour Juan Bautista

La corrida de Alcurrucén clôturait cette Feria 2017 avec le soleil. Curro Diaz coupa une oreille au premier, Juan Bautista aussi, de belle manière et reçut une véritable ovation. Moins convainquant au cinquième, il marqua toutefois la course par son professionnalisme. Manolo Vanegas recevait ce jour l'alternative. A la fin du paseo, un hommage fut rendu à Philippe Cuillé disparu récemment. Le Venezuelien coupa sa première oreille avec « Cumbra Alta » le toro d'alternative et s'engagea à fond dans les combats. Tour de piste et certainement que son nom sera retenu par le Club taurin vicois pour les prochaines Ferias du Toro.

Mardi matin, les campings étaient vide, la jeunesse avait quitté le navire, et les marinières rangées dans les sacs de voyage. La Gascogne retrouvait son charme rural mais à Vic elle avait satisfait des milliers de véritables aficionados. Et dire qu'un site internet espagnol écrivait que les toros étaient afeités. Mais certainement que l'auteur avait consommé trop de produits locaux de qualité.

On vous invite à venir voir sur place...

Une promesse tenue

Publié le par cercletaurin.nimois

Un musée dédié à la tauromachie

Christian Thome, aficionado accompli, fut un court moment président du Cercle Taurin Nîmois. Installé depuis peu en terres taurines du Sud-Ouest, il a réalisé la promesse qu'il s'était faite : créer un musée taurin, témoignage du patrimoine légué par son père Jacques Thome, un patrimooine qu'il a lui-même enrichi au fil du temps. Une démarche exemplaire que nous saluons à l'occasion de la publication de l'article de Yaël Benamou.

 

LOURQUEN Christian Thome a consacré un an à la création de son espace

«Quand je m’installerai, je créerai un musée sur la tauromachie, à la mémoire de mon père, Jacques. » Christian Thome a tenu cette promesse qu’il s’était faite. Lorsqu’il a décidé de s’installer à Lourquen, avec sa femme Pascale, Christian Thome avait une exigence, immobilière au départ. Celle d’avoir une pièce de plus, entièrement libre. Il l’a dédiée à son musée, idée qu’il avait déjà dans un coin de la tête.

Au rez-de-chaussée, derrière une porte de garage, se cache l’insoupçonnable : les traces de dizaines d’années de passion pour les toros. L’écriteau installé à l’entrée prévient l’aficionado : « Toute sortie des arènes de Plumaçon sera considérée comme définitive.»Sol rouge, capote de torero rose au centre en guise tapis, une multitude d’affiches et de tableaux refont vivre le passé. Christian Thome ne compte plus les ouvrages taurins qui garnissent ses imposantes étagères. Nîmois d’origine, Christian Thome fait quelques clins d’œil à sa cité natale dans son musée. « Là, j’ai toutes les revues ‘‘Toros’’ de 1948 à aujourd’hui. Je les ai faites relier », détaille-t-il. Une collection

commencée par son père, qui écrivait pour « Toros », la doyenne des revues taurines.

Un endroit pour se réunir

« Jacques Thome était l’un des fondateurs de la revue. Tout au long de sa carrière, il a reçu beaucoup de livres, d’ouvrages, qui font la richesse de ce lieu », raconte Patrick Caule, un ami de longue date de la famille et écrivain. C’est lui qui a trouvé lenom du musée : Toguna. Dans son livre « Saveurs taurines », Patrick Caule, originaire de Mimizan, parle du musée de son ami et le décrit comme un«toguna». C’est-à-dire un endroit dans le village où se réunissent les habitants, en Afrique, pour régler un conflit.

Un lieu convivial où les aficionados peuvent venir passer un bon moment. « J’ai assisté à des centaines de corridas dans le Sud-Est de la France et en Espagne. Toute ma famille est aficionada. Je n’ai pas fait le musée pour exposer seulement mes souvenirs. Je veux que ce soit un lieu convivial où clubs taurins et particuliers pourront se rendre », poursuit Christian Thome. Et quoi de mieux qu’un comptoir en forme de burladero et un tonneau aménagé pour accueillir les tauromaches de tout poil ?

Affiches, tableaux, dédicaces

La plus ancienne affiche de corrida datede1952 àNîmes, Christian a aussi affiché celle de 1954, son année de naissance. L’œil repère rapidement

Des toiles.«Vous voyez la signature en haut à gauche ? C’est Pablo Picasso en personne qui l’a dédicacée à mon grand-père », explique-t-il avec fierté. Son grand-père se trouvait dans les arènes de Nîmes juste à côté du peintre, qui a aimé l’œuvre et l’a signée. Quant à son père, à l’occasion d’une corrida, il a réussi à obtenir une dédicace d’Ernest Hemingway et une autre d’Antonio Ordoñez.

Après un an de travail, Christian Thome est heureux du résultat, même s’il songe déjà à l’améliorer, en ajoutant plus d’éléments sur les corridas du Sud-Ouest, voire sur les courses landaises. Chacun peut découvrir cet îlot de culture taurine en se rendant sur place.

Yaël Benamou

Christian Thome : 06 24 31 35 95.


 

La Coordination transmet...

Publié le par cercletaurin.nimois

 

 

sony-divers-040.jpg

 

FERIA 2012 - Ateliers de découverte organisés le 23 mai

 

 

Cliquez sur l'image pour en savoir plus.

3000 aficionados rassemblés à Nîmes

Publié le par cercletaurin.nimois

 

  

 

Le message aux antis taurins

 

 

 

111021JS-NimesRassemblementAfiicon_041.JPGUn coup de coeur pour cette photo : CHACHA  donnant une petite tape amicale à Christian. Beaucoup d'afection et de tendresse derrière ce geste...

 

 

111021JS-NimesRassemblementAfiicon_068.JPG

 

111021JS-NimesRassemblementAfiicon_088.JPG

 

Photo JIES ARLES

 

 

Aller vers le blog JIES ARLES

Tous devant la statue de NIMEÑO !

Publié le par cercletaurin.nimois

 

DSCN3283.JPG

 

 

 

Chers amis,
Les derniers évènements  montrent la détermination et l'agressivité des antis taurins dans leur violent combat pour l'abolition de la corrida. Leur haine et leurs provocations à notre égard, leur machiavélisme pourtant évident,  ne sont pas toujours décriptés par l'opinion qui reste plus sensible au choc de certaines vidéos instrumentalisées et d'articles de presse peu soucieux de vérité et d'objectivité. L'épisode de Rodihan est révélateur de notre fragilité face à ces assauts, surtout lorsque qu'en réaction, des violences incontrôlées partent de nos rangs. Est-ce la  responsabilité de la direction de course qui a laissé des spectateurs,  livrés à eux-mêmes, faire le ménage en piste ? Est-ce la faute des autorités restées étrangement absentes lors de ce fiasco ?  Sans doute un peu tout cela. Il est certain en revanche que les antis taurins ont marqué des points dans cette affaire où l'aficion toute entière est stigmatisée, voire discréditée par certains médias pourtant proches de chez nous et par  une partie  de l'opinion.
 
 
Le rassemblement de demain soir revêt donc une très grande importance. Il est pour nous tous, aficionados a los toros,  l'occasion de montrer dans le calme et la dignité, la fermeté de nos convictions et notre volonté de défendre notre identité, nos traditions, nos  libertés.
 
Chers amis, je suis  persuadé de votre motivation pour répondre très nombreux à l'appel et tenir votre place, vous mêmes et vos proches, dans ce grand rassemblement qui doit faire la démonstration de notre unité. 
 
 
Tous devant la statue de NIMEÑO demain soir à 19 h 30.
 
Charles CREPIN
20 X 2011 
 

 

GRAND RASSEMBLEMENT DE L'AFICION

Publié le par cercletaurin.nimois

 

 

DSCN3278.JPG

 

 

APPEL AU RASSEMBLEMENT DE L’AFICION
à NÎMES, vendredi 21 octobre à 19 h 30,
devant la statue de Nimeño II

 

 

Après la profanation de la statue de NIMEÑO II le 18 septembre dernier par des groupuscules antis taurins, les évènements du 8 octobre à RODIHAN renforcent la volonté  de tous les aficionados, de toutes les entités taurines françaises et plus généralement tous ceux qui sont attachés à leurs libertés démocratiques, à leurs cultures locales et leurs traditions, de se réunir en masse devant la statue de NIMEÑO.  

Ce rassemblement sans cortège ni discours sera silencieux, digne et recueilli dans un hommage unanime au grand torero nîmois. Tous ceux qui le désirent pourront déposer une fleur, œillet rouge de préférence,  au pied de la statue avant la dispersion du rassemblement.

Les cosignataires du présent appel demandent instamment à tous les participants de manifester dans le calme et le respect de l’ordre, et de ne céder en aucun cas à d’éventuelles provocations d’où qu’elles viennent.  

Cercle Taurin de Réflexion pour la Défense de la Tauromachie, Fédération des Sociétés Taurines de France, Coordination des clubs Taurins de Nîmes et du Gard, Amis du Musée des Cultures Taurines,  Amis de la Bouvine. Union des Clubs Taurins Paul Ricard, Observatoire National des Cultures Taurines, Centre de Tauromachie de Nîmes, Centre Français de Tauromachie, Union de l’Aficion du Grand Sud, ainsi que toutes les entités, associations ou personnalités qui les ont rejointes et celles qui viendront s’associer à cet hommage.

18 octobre 2011

Bilan de la FERIA de Pentecôte

Publié le par cercletaurin.nimois

Pour défendre les traditions

Publié le par cercletaurin.nimois

 
En décembre dernier MM. Enry Bernard-Bertrand  et Jean Spalma ont été condamnés, par le Tribunal correctionnel de Nîmes pour l’organisation d’une bandido pendant les fêtes locales de 2006 qui avait occasionné le décès d’un Graulen de 77 ans, M. Giovanni Tempesta. Les deux élus communaux ont fait appel de ce jugement mais ils restent fortement traumatisés par cette lourde condamnation (prison avec sursis, 3000 euros d’amendes et 90 000 euros d’indemnités aux familles).

Certes, il y a eu mort d’homme.

Certes l’arrêté  municipal d’interdiction de stationner n’a pas été respecté.

Certes ils peuvent raconter mille fois comment la scène s’est déroulée : si M. Tempesta n’avait pas bougé de sa place, le taureau serait passé à côté de lui sans le toucher.

Une question de millième de seconde.

Mais il y a eu tout de même mort d’homme.

Ce n’est que ce drame que le tribunal a jugé. Sans vouloir retenir les conditions particulières de la fête locale avec ses traditions camarguaises, ses taureaux dans la rue, le danger de ces jeux taurins indissociables de toutes les villes et villages du Sud.

« Nous avons besoin du soutien de toutes les associations provençales et languedociennes  qui défendent les traditions  taurines, car si nous sommes à nouveau condamnés, en appel, plus personne ne voudra organiser de fêtes locales, de bandido, d’encierro, d’abrivado, de courses camarguaises, même de toro-piscine. Nous avons été jugés nominativement, nous devons assumer la responsabilité de la mort d’un homme et c’est très lourd à porter. »

De nombreuses associations, de clubs taurins, de mairies ont fait signer des pétitions qui seront remises aux intéressés le samedi 12 mars au départ de la marche solidaire organisée juste avant la traditionnelle abrivado des plages qui, cette année, ne traversera pas la ville et se terminera au devant de la villa Parry, tout à côté de l’ancien phare de la rive droite.

Cette grande manifestation de soutien pour la défense des traditions camarguaises et le soutien à ces deux élus attend beaucoup de participants.

Le rendez-vous est donné à 9 h 30  devant les arènes. Puis, à 11 heures, s’élancera de l’ancien sanatorium jusqu’à la villa Parry, l’abrivado en suivant la mer de la rive droite. Un spectacle qui attire chaque année des milliers d’afeciouna.

MM. Spalma  et Bernard-Bertrand n’ont pas renoncé dans l’organisation de cette tradition en renforçant la sécurité du parcours, en ajoutant des barrières. « Pourtant le public continue à vouloir se mettre au premier rang, à s’exposer au danger des taureaux lâchés dans la ville et les jeunes se font un plaisir à les faire sortir de l’encadrement des gardians. Cela nous ne pouvons pas le changer. Le jeu avec les taureaux c’est dans nos veines. »

A moins de tout interdire… 

 

 

Par Paul BOSC

 

 

 

 

LES JEUNES AFICIONADOS

Publié le par Charles CREPIN

 

JAN

 

Un nouveau club taurin 100% jeunes !

 

" De la mobilisation du 11 Septembre est né un mouvement... LES JEUNES AFICIONADOS NÎMOIS!

De l'avis de tous, cela a été la première fois depuis bon nombre d'années que l'aficion nîmoise voit naître une nouvelle génération d'aficionados...


En effet, depuis bon nombre d'années, un constat se faisait et il était fort inquiétant... les arènes se vidaient de leur jeunesse...
Force est donc de constater que cette année 2010 (et plus particulièrement depuis les évènements catalans) a vu émerger une nouvelle vague de l'aficion dans ses arènes du Sud de la France.

Ainsi, les arènes comme celle d'Arles, Béziers, Dax ou encore Istres et Vic ont réussi grâce à une politique taurine tournée vers la jeunesse à faire naître cette nouvelle génération pleine de potentiel! Une génération formée au sein même de nos arènes, par leurs grands-parents, leurs parents, ou proches.
Cette politique de prix pour un meilleur accès aux corridas pour les jeunes a donc été un véritable succès!

De même, les réseaux sociaux jouent un rôle prépondérant dans ce renouvellement des générations. Sur facebook; on peut voir fleurir de plus en plus de groupes de jeunes aficionados regroupant de plus en plus de monde, et capables de débattre, en toute sérénité et avec aisance face aux mensonges des antis!

Le groupe 2 000 jeunes pour défendre la corrida en est un véritable exemple! Et en moins d'un mois le groupe a atteint les 8 000 membres!
Aujourd'hui, l'aspiration de ce groupe est de faire émerger une grande formation de jeunes aficionados français afin d'impulser un dynamique au mouvement des aficionados de corrida et prouver au monde entier que la corrida est loin d'être atteinte par son ancienneté mais qu'au contraire, elle évolue et plutôt favorablement même...

BONNE NOUVELLE POUR L'AFICION FRANÇAISE,

MESSIEURS LES ANTI-TAURINS, A VOS MOUCHOIRS !!! "

 

Le CERCLE TAURIN NÎMOIS souhaite une belle et longue vie à ce nouveau né surdoué.

 

Dans son communiqué du 19/12/2010, LES JEUNES AFICIONADOS fait le point sur l'actualité taurine, et particulièrement l'actualité taurine nîmoise. Décoiffant ! 

 

Voir le communiqué

 


Le Printemps à Saint-Gilles

Publié le par Charles CREPIN

 

 

nimes230208dansarene-1-.jpg

Photos : Printemps 2008 à Nîmes

 

 

 

Comme nous le laissions entendre  lors de notre dernière Assemblée Générale, le PRINTEMPS DES JEUNES AFICONADOS revient. Après deux années noires qui ont laissé les aficionados de Nîmes et sa région sur leur faim, la Coordination des clubs a saisi l'opportunité de faire revivre sa manifestation fétiche à Saint-Gilles, avec une autonomie  interne (financière et organisationnelle) qui rend plus serein son projet.

 

Nous aurons l'occasion de reparler plus en détail de cet évennement dans lequel le CERCLE TAURIN NIMOIS  va prendre toute sa part.

 

 

Voir ci-dessous le communiqué de la  Coordination en date du 30/11/2010 et l'article de la Marseille en lien.

 

 

 

 

 

COORDINATION DES CLUBS TAURINS DE NÎMES ET DU GARD

PRINTEMPS DES JEUNES AFICIONADOS

 

COMMUNIQUE

 

 

Les 26 clubs de la Coordination, toujours attentifs à partager et faire découvrir leur culture et leurs traditions, organiseront le PRINTEMPS DES JEUNES AFICIONADOS les 26 et 27 mars 2011 à SAINT GILLES.

 

Le programme de ce nouveau Printemps sera dévoilé dans les prochains jours à l’occasion d’une conférence de presse.

 

 

Le 30/11/2010

 

 

 

 

nimes230208gossesdevant-1-.jpg

 

 

 

Cliquer ici pour lire l'article du journal LA MARSEILLAISE

 

 

 

 

1 2 > >>