2 articles avec nostalgie

Chaamaaacoooo...

Publié le par cercletaurin.nimois

Image du mur Facebook de Chamaco

Image du mur Facebook de Chamaco

Antonio Borrero Chamaco est attendu pour une soirée de la Robe Noire le 7 Février prochain au Moulin Gazay. Ces retrouvailles, après deux mois sans conférence, sont placées, comme le dit Paul dans l'article que nous publions infra, sous le signe de la fougue, la passion, le refus du danger, l'enthousiasme, la folie, même. Certains d'entre nous ont connu cette époque extraordinaire. D'autres en ont entendu parler, bien sûr. Pour tous, c'est une soirée au cours de laquelle le Maestro se souviendra de ces moments de tauromachie jamais plus vus depuis...

 

C'était une complainte, une ode, un aria, un cri venu du fond de la gorge d'un fumeur de Havane chaque fois que Antonio Borrero Borrero « Chamaco » apparaissait à la porte des cuadrillas, le cheveu hérissé comme la crête d'un coq en bataille. Et les aficionados qui emplissaient l'amphithéâtre comme on ne l'avait jamais vu pour une novillada n'avaient d'yeux que pour ce jeune homme qui n'avait jamais toréé à Madrid et qui venait à Nîmes avec ses dix-huit ans.

 Pour cette première apparition en 1990, pour la feria des Mimosas, sous la bulle, le fils de Antonio Borrero Morano « Chamaco » allait révolutionner le monde taurin dans les années suivantes. 

 Quelques années avant, « Chamaco » père que l'on surnommait « le torero des dames » pour son charme était la coqueluche des aficionados catalans tant à la Monumental que dans les arènes du centre-ville devenue aujourd'hui un super marché. Il défiait les lois de la tauromachie, osait des terrains où jamais personne n'avait osé mettre la jambe. Il était la colonne vertébrale de la tauromachie de Barcelone où d'ailleurs il termina sa carrière en 1967 par une corrida triomphale.

 Ce trémendisme, « Chamaco II » le portait dans ces gênes. Plus audacieux que El Cordobès, il sautait, dansait, s'enroulait, dans sa cape, de faisait « bachoucher », se relevait, toréait à genoux, de face, de dos, rendait les spectateurs fous. « Ils sont bons pour le docteur Pitot » assurait un vieil aficionado en sortant des arènes, en référence à l'hôpital psychiatrique nîmois.

 Avant le 6 juin 1992, vêtu d'un costume apocalystique comme aurait dit Salvador Dali, dessiné par Christian Lacroix avec Paco Ojeda comme parrain et Fernando Cepeda comme témoin, « Chamaco » a dû se présenter une vingtaine de fois dans l'amphithéâtre romain et personne n'a oublié le mano a mano Jesulin-Chamaco récompensé par une tonne de trophées et qui a mis la ville à l'envers. Cette époque était bénie par tous ces jeunes génies : Sanchez Mejias, Obregon, Denis Loré, Finito de Cordoba, et Enrique Ponce qui montrait ses zapatillas. 

 Pourtant avec des airs de punk mal coiffé, plutôt godille que Hidalgo, ses parents l'avaient éloigné de Huelva et de la ganaderia de maman « Carmen Borrero ». Il est allé suivre des études en Angleterre, bon chic-bon genre. Mais la passion des toros l'a rejoint, un peu comme son père qui a débuté comme pâtissier avant de devenir millionnaire en tuant des toros.

 Hélas la fougue, la passion, le refus du danger, l'enthousiasme, la folie n'allaient pas résister longtemps aux toros de quatre ans. Après une grave blessure, il s'assagit et ses contrats commencèrent à être moins nombreux même si l'on retient sa participation à une corrida de Palha à Nîmes ou la corrida d'alternative de Lionel Rouff, Morenito de Nîmes aux Saintes-Maries de la Mer.

 « Chaamaaacooo », ce cri de guerre réapparut comme le jour où une petite rue de Nîmes, la rue des Patins (peut-être à cause des baisers qui s'échangeaient) devint la « Calle Chamaco ». Après une novillada triomphale et une faena d'un autre univers et terminée avec 2 oreilles et la queue d'un novillo de Jandilla.

 Le bar du 421 était trop petit pour recevoir cette foule et voir le torero d'une époque découvrir cette plaque qui est d'ailleurs toujours scellée sur le mur.

En espagnol, chamaco renvoie à l'enfance et à l'adolescence, ce passage de gamin à l'adulte.  Pour des milliers de Nîmois, des milliers d'aficionados, le torero « Chamaco » les a ramené vers ce détroit que l'on n'oublie jamais et où on aurait bien aimé rester.

 Viva « Chaamaaacoooo ».

 

Paul Bosc

20 Janvier 2020

La dernière séance

Publié le par cercletaurin.nimois

 

 

 

 

fureur.jpg

 

 

Par Paul BOSC

 

Rue Emile-Jamais, Le cinéma Majestic vient de crever. Eventré, ses tripes calcinées, à l’air. Les souvenirs d’un jeune  garçon, puis d’un jeune homme cinéphile sont écrasés par les engins de travaux publics. Sur l’écran le rideau est tombé. C’est, sans doute, le seul cinéma de Nîmes à avoir été démoli, même si les autres sont devenus des parkings ou des supermarchés.

 

Dans les années cinquante et soixante du siècle dernier, nous fréquentions une dizaine de  cinémas au centre ville : l’Odéon, rue Pierre-Semard, devenu un théâtre. L’ABC, rue Colbert, le seul cinéma permanent où, enfants, nous entrions à la première séance et ne sortions qu’après avoir vu deux fois le film. Je me souviens des Dean Martin et Jerry Lewis, de « Pour qui sonne le glas », de Chartlon Heston portant les tables de la loi. Du silence demandé aux spectateurs qui venaient de voir « Psychose ».

 

Glas

 

 

Tout à côté, face au Grand Temple, le Colisée était une immense salle avec balcon qui accueillait aussi des chanteurs de variétés, puis a été divisé en 7. Le Forum, lui, est toujours là. Nous avions vu, lors de sa réouverture « Les Vikings » avec Kirk Douglas et il m’a toujours semblé que les appliques murales ressemblaient à des drakkars. Plus tard « la grande vadrouille » ou « la Fureur de vivre » avaient attiré tous les Nîmois vers la rue Poise, dans cette belle salle.

 

Le Corona se situait  à l’angle de la place de la Couronne. Sa fin de vie en aura vu des vertes et des pas mures situées en dessous de la ceinture pour la projection de films X. En face de lui le Vox, à côté de l’église Sainte-Perpétue. Celui-ci nous plaisait plus particulièrement. Notre bande de copains aimait, à l’époque, non seulement les corridas, mais aussi tout ce qui se passait dans les arènes. Que se soit Carmen ou les chanteurs qui passaient à Nîmes pour leurs tournées estivales. Et nous ne boudions pas notre plaisir, chaque année de voir « Holiday on ice » que Simon Casas a tant critiqué avant de prendre la direction des arènes. Mais nous aimions aussi le péplum avec Maciste et Hercule d’un monsieur univers : Steve Reeves que projetaient cette salle. Ce qui nous attirait c’était la photographie géante, en noir et blanc, d’un paseo dans les arènes de Nîmes avec les trois toreros qui s’avançaient vers la présidence. On aurait dit qu’ils marchaient vers nous. La mémoire est défaillante et, aujourd’hui, je ne me souviens plus de leurs noms.

 

Au quartier de l’Oratoire, le plus typique cinéma de quartier était l’Olympia, rue Porte de France, aujourd’hui salle de squash qui projetait des westerns de série B, les Tarzan avec Johnny Weissmuller et autres films d’aventure où le jeune public participait à la scène en alertant bruyamment le héros des dangers qu’il courait.

 

 

 

Odeon-copie-1.jpg

 

 

 

Il y avait aussi l’Eden et le Studio, rue Jean-Baptiste Godin. L’Eden avait été un véritable music-hall avant de devenir cinéma puis le siège d’un mouvement cultuel protestant. Il devrait lui aussi disparaître pour devenir un bel immeuble luxueux et sans doute très cher.

 

 Et puis il y avait le Majestic. Chaque dimanche avec la grand’mère, ma mère réservait des places à l’orchestre et nous avons vu les plus grands films de l’époque, notamment la première projection en « cinémascope », « la Tunique » avec Victor Mature.

 

 

Magestic.-Darnna.com.jpg

Majestic Nimes - Photo darnna.comPhoto

 

 

C’était en 1953. Les souvenirs se bousculent pour cette salle obscure : « le monde du silence » et son mérou impressionnant, ses loges discrètes derrière le dernier rang du balcon où les amoureux trouvaient une certaine intimité, les Walt Disney des périodes de fêtes, les chocolats-glacés, le rideau d’annonces publicitaires qui nous permettait de jouer à chercher un mot ou une adresse pendant l’entracte, le Jean Mineur 0001 Paris, les actualités Pathé et le film documentaire ou les dessins animés de la première partie de la séance.

 

Mais ce qui m’aura sans doute le plus marqué aura été la projection d’un film-documentaire de Pierre Braunberger « la course de taureaux »  qui retraçait l’histoire de la tauromachie et ses toreros mythiques comme Luis Miguel Dominguin,  Manolete, Litri (père), Chamaco (père), Manolo Gonzales, Julio Aparicio, le Mexicain Arruza. C’était hier. C’était en 1951. Pour inciter les spectateurs du reste de la France et qui n’étaient pas aficionados, l’affiche  annonçait 40 mises à mort et 20 accidents mortels.

 

J'avais 5 ans...

 

 

Course taureaux

 

 

 

A la fin de la saison taurine, mon père m’a emmené pour la première fois aux arènes pour la dernière course de la saison. Ferdinand Aymé, nettoyait les corrales et après le terrible Vovo, cocardier spectaculaire, des toreros en habit de lumière défilaient au paseo. J’ai eu l’émotion de ma vie de garçonnet et je vois encore toutes les couleurs de cet après-midi d’automne : les capes jaune et rose, la muleta rouge sang, les habits des toreros, les chevaux caparaçonnés, les banderilleros, les picadors. Magique !

 

C’est peut-être ainsi que l’on devient aficionado.