3 articles avec reglement taurin

Députés prohibitionnistes

Publié le par cercletaurin.nimois

Suite à la proposition de loi présentée par 5 députés UDI le 5 Avril 2016 visant à interdire les corridas en France, voici la réaction de Dominique Valmary, Président de la Fédération des Sociétés Taurines de France exprimée dans une lettre aux intéressés ainsi qu'à leur Président de groupe Jean-Christophe Lagarde.

Le 13 juin 2016.

Monsieur le Député, Monsieur le Président,

Je vous adresse ce message en votre qualité de Président de l'UDI suite à la proposition de loi n° 3632 visant à abolir la corrida déposée par 5 députés membres de l'UDI. Cette proposition de loi suscite de nombreuses réactions et de la colère dans les 3 grandes régions méridionales à l'encontre de la tradition taurine dont les plus hautes instances juridictionnelles reconnaissent la légitimité.

En conséquence notre fédération a décidé de contacter les dits signataires au moyen du courrier dont vous trouverez copie en fichier joint.

En effet l'exposé des motifs ne peut qu'être jugé caricatural tant ces parlementaires méconnaissent la corrida et entendent ignorer la réalité de l'impact de cette pratique dans les régions du Sud.

Il nous importe également de savoir si cette proposition de loi relève de l'initiative d'individualités ou si elle doit être considérée comme une prise de position du parti que vous présidez. Par ailleurs, il nous importe de savoir si cette initiative parlementaire aura le soutien de votre formation aux différents stades de son examen.

Sachant que vous saurez apporter réponse à mes interpellations, je vous assure de ma haute considération

Le Président,

Dominique VALMARY

Ci-après, copie de la lettre aux cinq députés prohibitionnistes :

Toulouse, le 14 juin 2016

M. le Député Michel ZUMKELLER,

M. le Député François ROCHEBLOINE,

M. le Député Francis HILLMEYER,

M. le Député Yannick FAVENNEC,

M. le Député François-Xavier VILLAIN ...

Messieurs les Députés,

Nous nous devons de vous préciser ce qu’est la Fédération des Sociétés Taurines de France (FSTF) que nous avons l’honneur de représenter. Il s’agit d’une association créée, dès 1910, pour améliorer le déroulement de la corrida espagnole en France, veiller au respect de son éthique et à l’intégrité du taureau de combat, représenter les intérêts des aficionados. Elle regroupe à l’heure actuelle une soixantaine de sociétés taurines représentant plusieurs milliers d’adhérents.

Elle a inspiré la création, effective en 1966, de l’Union des Villes Taurines de

France, puis a élaboré un règlement taurin qui est devenu le “Règlement taurin Municipal Français” en 1973. Elle est aussi co-instigatrice et membre fondateur de l’Observatoire National des Cultures Taurines.

Autrement dit, nous nous attachons à défendre et promouvoir nos cultures taurines qui constituent des spécificités de nos trois régions taurines méridionales : Aquitaine–Limousin-Poitou- Charentes, Midi-Pyrénées- Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes- Côte d’Azur. Les pratiques découlant de ces cultures impactent fortement nos régions aussi bien au point de vue économique, que sociétal, environnemental, culturel ou encore éducatif.

Vous comprendrez donc que nous ne restions pas insensibles à la proposition de loi, n°3632, “visant à abolir la corrida”, que vous venez de présenter et que nous avons reproduite sur notre site, pour la porter à la connaissance de nos concitoyens amateurs de taureaux (aficionados a los toros).

Votre exposé des motifs qui reprend sans nuances les arguments des associations animalitaires et anti-taurines les plus sectaires, arguments complaisamment répercutés par le “politiquement correct” de la presse nationale, montre que vous ne connaissez rien au phénomène taurin et à la longue histoire de l’homme et du taureau.

Nous vous invitons à voir une vidéo réalisée par André Viard, journaliste, écrivain, plasticien et ancien torero, “Tauromachies Universelles”. Attention ! Ce film documentaire qui dure 70 minutes mérite une lecture attentive. Que l’on soit favorable ou opposé à certaines de ses thèses, il est d’une richesse historique et culturelle que tout honnête homme ne peut que goûter même s’il a le droit, bien évidemment, de critiquer.

Le point le plus désolant de votre exposé des motifs est celui où vous préoccupez de l’éducation de nos enfants, je cite : « De même, il est inadmissible que des enfants puissent se délecter d’un tel spectacle sanguinaire particulièrement néfaste pour leur éthique car accoutumant à la souffrance et à la torture animale ».

Nos enfants ne sont pas les plus mal traités du pays et nous entendons bien continuer à leur apprendre à voir des corridas à travers lesquelles ils découvrent les valeurs morales de l’humilité, du courage, de la volonté, du panache, mais aussi la connaissance de la mort et l’apprentissage du questionnement métaphysique, la dimension de l’épopée, la splendeur d’un combat liturgique provoquant de rares mais intenses sensations d’éternité… Non, nos enfants ne sont pas les plus mal lotis.

Nous prétendons conserver la liberté de les élever comme nous l’entendons et ce serait nous faire grande violence, mesurez-le bien, que de fermer les portes de nos arènes dont nous vous indiquons que les principales sont à : Arles, Bayonne, Béziers, Dax, Mont De Marsan, Nîmes, Vic Fezensac, Céret,

Aignan, Aire sur l’Adour, Alès, Beaucaire, Bougue, Bourg Madame, Boujan sur

Libron, Palavas, Captieux, Carcassonne, Chateaurenard, Eauze, Fourques,

Garlin, Hagetmau, Istres, La Brède, Lattes, Le Grau du Roi, Lunel, Maubourguet, Magescq, Mauguio, Millas, Mimizan, Mugron, Orthez, Palavasles- Flots, Parentis en Born, Pérols, Pontonx sur l’Adour, Riscle, Rion des Landes, Rodilhan, Roquefort des Landes, Rieumes, Saintes Maries de la Mer,

Saint Perdon, Saint Gilles du Gard, Saint Martin de Crau, Saint Sever, Saint Vincent de Tyrosse, Tarascon, Vauvert, Villeneuve de Marsan…

Au-delà de l’intérêt que l’on peut accorder aux thèses animalistes modérées, et de la légitimité du bien-être animal sur lequel il convient de veiller dans les limites du possible, il n’y a pas à accepter une idéologie radicale qui, au nom de la compassion dont elle s’est arrogé l’exclusivité, condamne quiconque oserait penser autrement.

Le respect des cultures et traditions locales est inscrit dans la charte européenne. Êtes-vous en accord avec cette charte ?

Ce qui nous interroge aussi, Messieurs les Députés, c’est que vous appartenez tous cinq au groupe de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI). Voudriez-vous nous faire savoir, en conséquence, si votre démarche ne réunit que la somme de vos individualités ou si elle reflète, d’une manière ou d’une autre, la position de votre parti ?

Nous ne manquerons pas, d’ailleurs, d’interroger parallèlement ses instances.

Soyez assurés, Messieurs les Députés, de notre parfaite considération

Le Président, Dominique Valmary

  • Lien vers notre site de la Fédération des Sociétés Taurines de France: m>http://www.torofstf.com/
  • Lien vers la page de ce site où nous reproduisons votre proposition de loi : http://torofstf.com/content/nos-courriers-à-des-députés-qui-voudraient-prohiber-les-corridas-en-france
  • Lien vers le film documentaire "Tauromachies Universelles" (À ne pas manquer !) : https://vimeo.com/164064195

Lien vers le site de l'Observatoire National des Cultures Taurines: m>http://culturestaurines.com/

Nous attendons les réponses de tous ces représentants de notre peuple. Quand elles nous parviendront, nous ne manquerons pas de les faire connaître.

La corrida et son déroulement

Publié le par cercletaurin.nimois

Un petit aide mémoire conçu par les JEUNES AFICIONADOS NÎMOIS et la COORDINATION DES CLU BS TAURINS DE NIMES ET DU GARD.

 

Ce Flyer est distribué à l'entrée des arènes pendant la Feria de Nîmes.

 

 

flyer-JAN.jpg

 

CLIQUER SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR

INDULTO

Publié le par cercletaurin.nimois

 

 

Par Charles CREPIN

 

Un eral grâcié lors de la novillada non-piquée le 15 avril organisée par la PRIMAVERA des AFICIONADOS. Je n'y assistais pas mais peu importe : cet événement, de portée modeste à priori, est loin d'être anodin et nous incite, en tant qu'aficionados, à nous poser quelques questions.

 

Et d'abord, que dit le règlement ? :

 

Article 84 du Réglement Taurin Municipal français ( http://www.uvtf.com/reglement-taurin/reg… ) :

Lorsqu'un animal aura mérité d'être gracié en raison de son excellente présentation et son excellent comportement dans toutes les phases du combat sans exception, notamment en prenant les piques avec style et bravoure, le Président pourra dans les circonstances qui suivent, accorder cette grâce afin que l'animal puisse être utilisé comme « semental », après les soins nécessités par son état physique et ses blessures, et participer ainsi à la préservation et l'amélioration de la race et de la caste de l'espèce.
La grâce devra être demandée majoritairement par le public ainsi que par le matador concerné qui en manifestera expressément le désir. Il sera de plus indispensable que le ganadero ou le mayoral de l'élevage concerné fasse connaître son accord pour l'intermédiaire d'un alguazil.

Article 73 – 11ème alinea

Aucun toro ne pourra obtenir la « vuelta al ruedo » (tour de piste post mortem) ou « l'indulto » (grâce du président) s'il n'a pas fait preuve d'une bravoure suffisante à la pique.

Toutefois, si une présidence de course veut absolument accorder l’indulto dans une course non piquée (pour diverses raisons que j’imagine…), elle peut toujours arguer qu’étant donné que le tercio de piques n'existe pas dans ces novilladas, les dispositions de l’article 73 ne peuvent s'appliquer. Et il n’y a pas de quoi en faire une maladie après tout, tant il y a par ailleurs des problèmes autrement préoccupants qui font dériver la corrida aujourd’hui.

 

Je suis tout de même interpelé par le fait :

-       que cela se passe dans une grande place taurine, ce qui donne un certain relief à l'évènement,

-       que cela se passe au cours d'une manifestation dédiée aux jeunes et à la transmission des valeurs de la Fiesta Brava. Récompenser un toro de 2 ans, 3 ans ou 4 ans sur le seul critère de la noblesse exprimée à la muleta me paraît éloigné du message à transmettre à la jeune aficion, et tout aussi éloigné des principes intangibles censés être enseignés aux élèves des écoles taurines. Je me demande ce qu’en ont pensé les maîtres qui assistaient à la course...

-       que l’indulto « galvaudé » est un puissant argument exploité par ceux qui souhaitent l’avènement de la corrida « sin sangre », sans piques, sans banderilles, sans mise à mort.

-       que l’indulto banalisé, serait, contre tout principe d’éthique, la voie ouverte à la grâce de tous les gentils petits toros qui feraient uniquement preuve de noblesse (et de sottise) durant ¼ d’heure de leur vie, d’autant plus souvent qu’il seraient opposés à des toreros talentueux capables de les faire tourner dans tous les sens, sans bouger un doigt de pied... Alors que d’un autre côté, la mort serait le châtiment suprême réservé à l’animal encasté, moins docile, rétif à l’exercice des « 100 passes », imposant sa lidia ? Absurde. 

 

Voilà un des sujets que nous aurons tout loisir d’aborder au cours de nos soirées, l’hiver prochain.