8 articles avec defense des traditions

Insurgez-vous !

Publié le par cercletaurin.nimois

Nîmes octobre 2019 : Jeunes Aficionados rassemblés contre l'interdiction de la corrida aux mineurs

Nîmes octobre 2019 : Jeunes Aficionados rassemblés contre l'interdiction de la corrida aux mineurs

Nous avons fait suffisamment le dos rond, baissé les bras et même rigolé face aux attaques des végétariens en tous genres, anti-taurins, défenseurs des animaux, agitateurs de cette catégorie de personnes qui se réfugient derrière le « toutou à sa mémère » et qui en oublient leurs propres enfants et parents et veulent jouer les Zorros défenseurs de la veuve et de l'orphelin.

Nous les avons laissé faire parce que finalement ils n'étaient pas bien dangereux, même s'ils montraient trop souvent de l'arrogance et nous cassaient les oreilles avec leurs trompettes et cornets.

Peuchère ! Dit-on chez nous, ils sont bien à plaindre de n'avoir pas autre chose à faire.

Mais voilà que nous arrive une armada plus sérieuse qui a en mains une arme terrible : la loi.

Élue députée des Yvelines avec les Marcheurs du Président Macron, après avoir soutenu les Républicains et Alain Juppé, Aurore Bergé veut faire adopter une loi pour interdire au moins de 16 ans l'accès aux arènes. Elle a convaincu une cinquantaine d'autres députés de son parti à suivre sa croisade contre la présence d'animaux sauvages dans les cirques, l'existence de delphinariums, la castration des porcelets et autres procédés, il faut bien le dire, pas très glorieux.

 Et, comme à l'Assemblée nationale, ce Parti n'a pas de très grandes idées et encore moins de pétrole à proposer aux Français, sinon dire toujours « oui » à leur chef préféré, la jeune députée s'est engouffrée dans la polémique suscitée par la présence de deux ministres l'été dernier aux arènes de Bayonne.

Dès l'annonce de cette nouvelle attaque contre la tauromachie, la réponse a été immédiate et cela fait plaisir quand on s'aperçoit que c'est la nouvelle génération qui a manifesté la première puis suivie par près de 10.000 signatures sur les réseaux sociaux, puis par des manifestations importantes dans les principales villes taurines, par la déclaration de Sébastien Castella, par les prises de position d'élus comme Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes et autres formules qui mènent à ce slogan : « ne touchez pas à mes traditions. »

Dimanche à Gimeaux ou à Rodilhan les paroles de cette chanson du groupe basque Olaïzola doit être le mot d'ordre d'une population dont les premières paroles sont :

« Ne touchez pas à nos traditions

« Ne touchez pas à nos passions

 « A nos racines, notre bastion ... »

Il n'y aura pas dimanche à la Monumental de Gimeaux ni aux arènes de Rodilhan, Frédéric Mistral pour présider la course comme il l'avait fait devant 20.000 personnes dans les arènes de Nîmes pour s'opposer à une loi voulant interdire les corridas.

Mais tout ce peuple de Provence et d'Occitanie peut s'insurger sur ces décisions arbitraires avant qu'elles ne prennent une forme active et irrémédiable et visant à seulement à satisfaire l’ego de quelques personnes qui ignorent comment nous vivons dans nos provinces.

 Montrons le poing,

 Montrons notre courage,

 Exigeons le respect des traditions que nous ont enseigné nos aïeux,

 Soyons en nombre dans ces arènes, en famille, avec parents et enfants, jeunes et vieux.

 Portons un morceau de chiffon rouge, symbole de révolte et de sang.

 Pour sauvegarder la LIBERTÉ.

 

Paul BOSC

 

 

 

 

 

 

 

 

Insurgez-vous !

Publié le par cercletaurin.nimois

De jeunes Aficionados rassemblés contre l'interdiction de la corrida aux mineurs                              (France 3 Occitanie octobre 2019))

De jeunes Aficionados rassemblés contre l'interdiction de la corrida aux mineurs (France 3 Occitanie octobre 2019))

Nous avons fait suffisamment le dos rond, baissé les bras et même rigolé face aux attaques des végétariens en tous genres, anti-taurins, défenseurs des animaux, agitateurs de cette catégorie de personnes qui se réfugient derrière le « toutou à sa mémère » et qui en oublient leurs propres enfants et parents et veulent jouer les Zorros défenseurs de la veuve et de l'orphelin.

Nous les avons laissé faire parce que finalement ils n'étaient pas bien dangereux, même s'ils montraient trop souvent de l'arrogance et nous cassaient les oreilles avec leurs trompettes et cornets.

Peuchère ! Dit-on chez nous, ils sont bien à plaindre de n'avoir pas autre chose à faire.

Mais voilà que nous arrive une armada plus sérieuse qui a en mains une arme terrible : la loi.

Élue députée des Yvelines avec les Marcheurs du Président Macron, après avoir soutenu les Républicains et Alain Juppé, Aurore Bergé veut faire adopter une loi pour interdire au moins de 16 ans l'accès aux arènes. Elle a convaincu une cinquantaine d'autres députés de son parti à suivre sa croisade contre la présence d'animaux sauvages dans les cirques, l'existence de delphinariums, la castration des porcelets et autres procédés, il faut bien le dire, pas très glorieux.

 Et, comme à l'Assemblée nationale, ce Parti n'a pas de très grandes idées et encore moins de pétrole à proposer aux Français, sinon dire toujours « oui » à leur chef préféré, la jeune députée s'est engouffrée dans la polémique suscitée par la présence de deux ministres l'été dernier aux arènes de Bayonne.

Dès l'annonce de cette nouvelle attaque contre la tauromachie, la réponse a été immédiate et cela fait plaisir quand on s'aperçoit que c'est la nouvelle génération qui a manifesté la première puis suivie par près de 10.000 signatures sur les réseaux sociaux, puis par des manifestations importantes dans les principales villes taurines, par la déclaration de Sébastien Castella, par les prises de position d'élus comme Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes et autres formules qui mènent à ce slogan : « ne touchez pas à mes traditions. »

Dimanche à Gimeaux ou à Rodilhan les paroles de cette chanson du groupe basque OlaÏzola doit être le mot d'ordre d'une population dont les premières paroles sont :

« Ne touchez pas à nos traditions

« Ne touchez pas à nos passions

 « A nos racines, notre bastion ... »

Il n'y aura pas dimanche à la Monumental de Gimeaux ni aux arènes de Rodilhan, Frédéric Mistral pour présider la course comme il l'avait fait devant 20.000 personnes dans les arènes de Nîmes pour s'opposer à une loi voulant interdire les corridas.

Mais tout ce peuple de Provence et d'Occitanie peut s'insurger sur ces décisions arbitraires avant qu'elles ne prennent une forme active et irrémédiable et visant à seulement à satisfaire l’ego de quelques personnes qui ignorent comment nous vivons dans nos provinces.

 Montrons le poing,

 Montrons notre courage,

 Exigeons le respect des traditions que nous ont enseigné nos aïeux,

 Soyons en nombre dans ces arènes, en famille, avec parents et enfants, jeunes et vieux.

 Portons un morceau de chiffon rouge, symbole de révolte et de sang.

 Pour sauvegarder la LIBERTE.

 

Paul BOSC

 

 

 

Les ganaderias du Printemps

Publié le par cercletaurin.nimois

Article Midi Libre

Article Midi Libre

Une belle tarde à Manduel

Publié le par cercletaurin.nimois

Hier Jeudi 17 Août 2017 était organisée à Manduel la première demi-finale du Bolsin taurin de Nîmes-Métropole.

200 aficionados venus voir les 4 solides erales de Tardieu, différents de caractère, qui occupèrent sérieusement les valeureux apprentis réunis dans ce concours : Solalito (CFT), Miguel Vargas (Gerena), Antoine Saroul (Rhône Aficion), et Adrian Villalba (Albacete). Après cette épreuve, la sélection reste ouverte. Rendez-vous aujourd'hui à Saint-Gilles l8/08, matin et après-midi pour un final qui opposera les jeunes talents aux piquants erales de François André.

Cette tarde de Manduel s'est poursuivie par une soirée magistralement organisé (comme toujours) par Danielle Bastide et ses Aficionadas. Un moment festif aux accents Andalous autour d'un  repas convivial où nous retrouvons traditionnellement amis aficionados et socios communs à nos deux clubs liés par la même passion.

Une belle tarde à Manduel
Une belle tarde à Manduel
Une belle tarde à Manduel
Une belle tarde à Manduel
Une belle tarde à Manduel

Une aficion exemplaire

Publié le par cercletaurin.nimois

Les actions de l’AYUDA FOND’ACTIONS TAURINE AFICIONADA depuis sa création le 29 octobre 2014.

 

De part son objet social, « aider par un action ou plusieurs actions appropriées, un ganadero, un torero, un organisateur ou toute personne ou structure œuvrant pour la tauromachie », l’AYUDA FOND’ACTIONS TAURINE AFICIONADA se veut, quelque peu, différente des autres associations taurines.

  •          -  Aides financière, morale et logistique à la Ganaderia TURQUAY (Eyguières) qui avait le désir et la volonté d'aller plus loin dans les origines Santa Coloma de sa ganaderia d’origine Buendía (pur Santa Coloma depuis 1906) : achat de bétails et de carnets de ganadero, suivi des naissances et de l’évolution du bétail, tientas ....
  •          -  Achat de deux épées de mort au novillero Tibo GARCIA,
  •          -  Les soirées « JAZZ Y TOROS » : depuis trois ans, l’association investie la terrasse des jardins de l’hôtel IMPERATOR à NIMES, à l’occasion des « JEUDIS DU JAZZ » ...
L’occasion pour les aficionados a los toros et les mélomanes d’associer leurs deux passions autour d’un apéritif dînatoire.
  •          -  Les actions « coup de cœur » :

o Achat d'un capote au banderillero Julien MERENCIANO,


o Achat d'une muleta au novillero Dylan RAIMBAUD,


o Achat d'un castoreño à Jean-Christian DOMERGUE qui débute sa carrière de picador,
o Participation financière au projet d'Eddie PONS « FLAMENCO ! »,


o Accueil, en FRANCE, du novillero Christobal REYES pour parfaire son entraînement qui depuis a réalisé, avec grand succès, ses débuts en novillada piquée cet été à RISCLE  (Gers).

 

- Les appels à projets et son 1er lauréat : Méryl FORTUNAT-ROSSI, réalisateur, désireux de réaliser un film qui permettra au spectateur : « d'ouvrir la barrière et vivre dans l'intimité des exploitations d’élevage de toros. Il écoutera mugir les bêtes au rythme des quatre saisons, à travers les paysages de Camargue, des Landes, de l'Hérault, jusqu'au pied des Alpilles. »

 

L’AYUDA a été la première à l’aider financièrement. A ce jour, le portrait de Michel GALLON est terminé, ceux de Manu et Jean-François TURQUAY et Patrick LAUGIER sont en cours.

 

L'AYUDA FOND’ACTIONS TAURINE AFICIONADA remercie l'ensemble des personnes physique et morale qui ont contribué à la réalisation de ces actions.

 

L’Ayuda : Fond’actions Taurine Aficionada


Hôtel C Suites - 152 Rue Claude Nicolas Ledoux

30900 Nîmes

fondactionsayuda@gmail.com

Pamplona, la relève...

Publié le par cercletaurin.nimois

Vu sur le blog TORO, TORERO Y AFICIÓN

 

Pamela devrait voir ça !

Le "Procès" est paru

Publié le par cercletaurin.nimois

Vient de paraître, le livret du PROCÈS tenu par le CERCLE TAURIN NÎMOIS dans le cadre de son cycle culturel, à Nîmes le 8 Avril dernier dans l’auditorium de l’Hôtel C Suites, avec le vif succès que l’on connaît. Vous y étiez nombreux. Grâce au concours de l’Institut International de Droit Taurin sans qui rien n’aurait été possible, rigueur, respect du rituel judiciaire, participation de personnalités françaises et espagnoles de haute volée ont caractérisé cette allégorie à la fois fictive et bien réelle, très aficionada aussi.

Point d’orgue ou sommet de la saison culturelle taurine souvent évoqués, cet événement qui fera date est en tout cas exemplaire de l’engagement résolu du CTN pour la défense de la tauromachie et consacre assurément une initiative exceptionnelle à l’actif de notre association.

Ce livret (79 pages - Actes du procès et DVD inclus) est vendu au prix de 16€.

  • Soit, expédition à votre domicile par pli spécial (frais d’expédition 4€) - Bon de commande en annexe à expédier avec votre règlement par chèque au siège :

CERCLE TAURIN NÎMOIS

Hôtel IMPERATOR

Quai de la Fontaine

30 900 NÎMES

 

  • Soit à la Librairie TEISSIER à Nîmes rue Régale où il sera en vente dès la semaine prochaine,
  • Soit encore lors de nos prochaines rencontres, notamment à ISTRES le 25 Juin (prière de réserver par mail (urgent) : cercletaurin.nimois@gmail.com

 

En annexe, bon de commande à utiliser pour toute demande d’expédition.

 

Bon de commande à imprimer

Proposition de loi anti corrida (suite)

Publié le par cercletaurin.nimois

Proposition de loi anti corrida (suite)

Yvan Lachaud, Président de Nîmes Métropole, écrit aux députés "nordiques" pour leur rappeler que la corrida, ce n'est pas ce qu'ils croient...

Une fois de plus, pour paraphraser El Giraldillo : la barbarie, c'est l'ignorance !

"Yvan LACHAUD
Président de Nîmes Métropole et de l’UDI du Gard
Nos réf : PPLAC/CC/YL/062016

Nîmes, le 10 juin 2016

Monsieur le Député,

C’est avec grand regret que j’ai pris connaissance de votre proposition de loi visant à abolir la corrida. Je peux bien évidemment comprendre que cette tradition vous paraisse quelque peu « exotique » vu de votre circonscription, mais ici dans le sud de la France, elle rassemble et passionne des millions de personnes tout au long de l’année et génère une économie importante pour nos territoires notamment sur Nîmes Métropole.

La corrida n'est pas, comme vous l’écrivez, un spectacle barbare ou sanguinaire. Née au siècle des Lumières, elle est une illustration du pouvoir de l'homme et de la civilisation sur la nature brute. Les aficionados ne sont ni des pervers, ni des sadiques. Peuvent en témoigner Mérimée, Lorca, Bergamin, Picasso et bien d'autres acteurs du monde culturel et intellectuels. La plus grande émotion éprouvée dans une arène par les spectateurs est l'admiration : admiration pour la puissance et la bravoure du taureau, admiration pour le courage et le sang-froid de l'homme. La corrida est une école de respect : pour le rituel, pour l'animalité et la manière dont elle s'exprime, pour l'humanité.

La corrida Monsieur le Député, est une des dernières formes d'élevage extensif existant en Europe. Les pâturages sont des réserves écologiques incomparables pour la faune et la flore et la préservation de nos paysages extraordinaires et particulièrement ici en Camargue. La suppression des corridas entraînerait donc l'extinction du bos taurus ibericus, le taureau de combat d'origine espagnole et avec lui l’élevage extensif, provoquant irrémédiablement une catastrophe écologique et économique pour nos territoires.

Sachez qu’en tant que Président de Nîmes Métropole et Gardois attaché à sa terre et sa culture, je défends plus que jamais cette tradition qui a forgé une sensibilité, une culture taurine auprès de toute une population. Je vous demande pour cela Monsieur le Député, de revenir sur cette proposition de loi, et de respecter l’identité des habitants des régions taurines de France.

Veuillez recevoir, Monsieur le Député, mes salutations distinguées,


Yvan LACHAUD "