14 articles avec corrida et societe

Cómo habla una ministra sobre la tauromaquia

Publié le par cercletaurin.nimois

Publié le 24 avril 2020 par Charles CREPIN

A propos d'un article sur l'excellent blog La Fiesta Más Culta.

Ce titre est symptomatique d'un lieu commun de la parole politique, ou plutôt, de la parole du politique. S’agissant de la tauromachie, l’aficionado pense qu’elle est une part historique tangible et pérenne de la Culture Taurine qu’on appelle aussi Fiesta Nacional. Mais…

"Je reste chez moi"

Publié le par cercletaurin.nimois

Une vidéo qui nous est adressée par notre ami Jean-Fanck.

Écoutons son conseil judicieux, gardons nous en bonne santé et protégeons les autres...

Vidéo de Top Evasion : Mister Mat chante "désespérément optimiste"

Chaamaaacoooo...

Publié le par cercletaurin.nimois

Image du mur Facebook de Chamaco

Image du mur Facebook de Chamaco

Antonio Borrero Chamaco est attendu pour une soirée de la Robe Noire le 7 Février prochain au Moulin Gazay. Ces retrouvailles, après deux mois sans conférence, sont placées, comme le dit Paul dans l'article que nous publions infra, sous le signe de la fougue, la passion, le refus du danger, l'enthousiasme, la folie, même. Certains d'entre nous ont connu cette époque extraordinaire. D'autres en ont entendu parler, bien sûr. Pour tous, c'est une soirée au cours de laquelle le Maestro se souviendra de ces moments de tauromachie jamais plus vus depuis...

 

C'était une complainte, une ode, un aria, un cri venu du fond de la gorge d'un fumeur de Havane chaque fois que Antonio Borrero Borrero « Chamaco » apparaissait à la porte des cuadrillas, le cheveu hérissé comme la crête d'un coq en bataille. Et les aficionados qui emplissaient l'amphithéâtre comme on ne l'avait jamais vu pour une novillada n'avaient d'yeux que pour ce jeune homme qui n'avait jamais toréé à Madrid et qui venait à Nîmes avec ses dix-huit ans.

 Pour cette première apparition en 1990, pour la feria des Mimosas, sous la bulle, le fils de Antonio Borrero Morano « Chamaco » allait révolutionner le monde taurin dans les années suivantes. 

 Quelques années avant, « Chamaco » père que l'on surnommait « le torero des dames » pour son charme était la coqueluche des aficionados catalans tant à la Monumental que dans les arènes du centre-ville devenue aujourd'hui un super marché. Il défiait les lois de la tauromachie, osait des terrains où jamais personne n'avait osé mettre la jambe. Il était la colonne vertébrale de la tauromachie de Barcelone où d'ailleurs il termina sa carrière en 1967 par une corrida triomphale.

 Ce trémendisme, « Chamaco II » le portait dans ces gênes. Plus audacieux que El Cordobès, il sautait, dansait, s'enroulait, dans sa cape, de faisait « bachoucher », se relevait, toréait à genoux, de face, de dos, rendait les spectateurs fous. « Ils sont bons pour le docteur Pitot » assurait un vieil aficionado en sortant des arènes, en référence à l'hôpital psychiatrique nîmois.

 Avant le 6 juin 1992, vêtu d'un costume apocalystique comme aurait dit Salvador Dali, dessiné par Christian Lacroix avec Paco Ojeda comme parrain et Fernando Cepeda comme témoin, « Chamaco » a dû se présenter une vingtaine de fois dans l'amphithéâtre romain et personne n'a oublié le mano a mano Jesulin-Chamaco récompensé par une tonne de trophées et qui a mis la ville à l'envers. Cette époque était bénie par tous ces jeunes génies : Sanchez Mejias, Obregon, Denis Loré, Finito de Cordoba, et Enrique Ponce qui montrait ses zapatillas. 

 Pourtant avec des airs de punk mal coiffé, plutôt godille que Hidalgo, ses parents l'avaient éloigné de Huelva et de la ganaderia de maman « Carmen Borrero ». Il est allé suivre des études en Angleterre, bon chic-bon genre. Mais la passion des toros l'a rejoint, un peu comme son père qui a débuté comme pâtissier avant de devenir millionnaire en tuant des toros.

 Hélas la fougue, la passion, le refus du danger, l'enthousiasme, la folie n'allaient pas résister longtemps aux toros de quatre ans. Après une grave blessure, il s'assagit et ses contrats commencèrent à être moins nombreux même si l'on retient sa participation à une corrida de Palha à Nîmes ou la corrida d'alternative de Lionel Rouff, Morenito de Nîmes aux Saintes-Maries de la Mer.

 « Chaamaaacooo », ce cri de guerre réapparut comme le jour où une petite rue de Nîmes, la rue des Patins (peut-être à cause des baisers qui s'échangeaient) devint la « Calle Chamaco ». Après une novillada triomphale et une faena d'un autre univers et terminée avec 2 oreilles et la queue d'un novillo de Jandilla.

 Le bar du 421 était trop petit pour recevoir cette foule et voir le torero d'une époque découvrir cette plaque qui est d'ailleurs toujours scellée sur le mur.

En espagnol, chamaco renvoie à l'enfance et à l'adolescence, ce passage de gamin à l'adulte.  Pour des milliers de Nîmois, des milliers d'aficionados, le torero « Chamaco » les a ramené vers ce détroit que l'on n'oublie jamais et où on aurait bien aimé rester.

 Viva « Chaamaaacoooo ».

 

Paul Bosc

20 Janvier 2020

L’état de grâce de l’INDULTO

Publié le par cercletaurin.nimois

L’état de grâce de l’indulto

A l’aube de la nouvelle saison taurine, il est bon de faire un léger retour en arrière pour analyser un de ses résultats les plus intéressants, celui du nombre de toros graciés, ceux qui ont bénéficié de l’indulto et des remarques qui peuvent être faites au regard des statistiques des temporadas précédentes. Si l’on s’arrêtait au résultat brut de l’année 2018 on pourrait penser qu’une mode est en train de s’installer dans la corrida moderne, celle de l’indultitis qui est le mot nouveau utilisé – inventé et ironique – pour nommer la «maladie» de l’indulto qui semble envahir les arènes françaises et espagnoles et conduit les publics les plus divers à (ré)clamer la grâce d’un toro brave ou qui, en tout cas , a permis au torero de briller et de signer une faena qui se veut ou se voudrait historique.

On me pardonnera le jeu de mot du titre de cet article qui traduit, en fait, l’illusion d’une mode alors que le tableau ci-dessous et le suivant montrent que, à de faibles différences près, le nombre des toros graciés est en moyenne de 19 par an avec des pics en 2011 et 2017. Il faut aussi remarquer que ces statistiques commencent après 2007 qui est l’année record du nombre de corridas célébrées de toute l’histoire et par conséquent du nombre de toros mis à mort dans les arènes européennes. Les dix années suivantes, l’Europe traversant la crise économique que l’on sait, marquaient un net déclin du nombre de corridas et, en 2017-2018, on enregistrait une baisse de ≥ 50% par rapport à 2007 du nombre de spectacles de corridas formelles. On en déduit que le nombre de toros graciés a facilement doublé ces dernières années en proportion avec le total des toros combattus.

Le deuxième tableau (*) est aussi significatif si l’on observe que le nombre de toros graciés est nettement plus important dans les places de 3ème catégorie – c’est-à-dire les arènes de villages ou cités qui ne sont pas capitales de province qui sont, elles, de 2ème ou 1ère catégorie. Comme on le sait, le règlement taurin espagnol (BOE – 145/1996 – 2 février – Article 83) n’autorise l’indulto que dans les places de 1ère et 2ème catégorie compte tenu de la demande majoritaire du public, de la demande expresse du matador au président de la course et l’assentiment de l’éleveur ou mayoral de l’élevage auquel appartient le toro concerné. On notera une anomalie propre aux compétences administratives conférées aux régions autonomes espagnoles, comme c’est le cas de l’Andalousie qui possède son propre règlement taurin et qui, dans un de ses articles, autorise l’indulto dans les places de 3ème catégorie ! Malgré la règlementation, on voit bien que la majorité des toros graciés le sont dans les plazas de 3ème catégorie, sans que soient sanctionnés les présidents qui sont parfois eux-mêmes les représentants de la loi et de l’ordre et qui officient au palco présidentiel (les maires ou conseillers des municipalités où se déroule le spectacle, leurs invités et personnalités que l’on veut honorer de cette responsabilité temporaire, aficionados reconnus qui sont censés ne pas ignorer ledit règlement, etc.)

(*) Les colonnes Catégorie Places et Elevages concernent seulement l’indulto de Toros.

Les deux phénomènes cités précédemment nous amènent à quelques réflexions qui montrent l’évolution de la tauromachie à la fois en quantité et en qualité. Bien que le nombre net de toros graciés au cours des dix dernières années ne varie guère, c’est bien la proportion par rapport au total des toros toréés qui a doublé et principalement dans les arènes de 3ème catégorie. C’est bien dans ces arènes que le nombre de toros et de novillos  graciés est le plus élevé. L’explication est la réduction dramatique des novilladas au cours de la dernière décade qui ramène à des proportions encore plus transcendantes le nombre des toros graciés (et aussi selon les statistiques, des novillos ayant été graciés exclusivement dans des places de 3ème catégorie au cours de ce dernier lustre). Dans le même règlement cité plus haut, les conditions requises pour accorder l’indulto sont « le trapío et l’excellent comportement de l’animal dans toutes les phases de la lidia, sans exception, ayant pour effet de son utilisation comme semental et préserver dans sa maximale pureté la race et la caste des animaux» (de cette espèce, sous-entendu les toros de combat. NDLR). Le règlement français de l’UVTF, dans son article 84, va dans le même sens. Il est donc évident et obligatoire que, par leurs connaissances taurines, le président et ses assesseurs soient en mesure de juger les conditions physiques et comportementales du toro pour user du mouchoir orange qui signifiera la décision de la grâce. Il n’en va pas toujours de même en ce qui concerne le public, pas toujours connaisseur du règlement et sans les appréciations techniques requises  pour reconnaître au toro, son trapío et sa bravoure aux trois tiers de la lidia et l’épargner de la mort. Justement, il est reconnu que la bravoure d’un toro se manifeste lors du tercio de varas (règlementairement de deux piques, minimum dans les arènes de 1ère catégorie) mais on le sait, ce tercio de piques est habituellement escamoté et de surcroît dédaigné par le public qui n’ «apprécie» que la faena de muleta. Dans ces conditions il est difficile de juger en toute équité de la qualité essentielle de la bravoure du

TAUROMACHIE et CINEMA

Publié le par Paul BOSC membre du C.TN

Si aujourd'hui la tauromachie et les scènes de corrida ont pratiquement disparu des films cinématographiques et encore plus de la télévision, cela n'a pas été toujours le cas.

Au cinéma, la tauromachie a souvent été présente dans de nombreuses productions et pas seulement Espagnoles.

Budd Boetticher, célèbre metteur en scène auteur de nombreux westerns mais véritable aficionado, reçut un oscar en 1951 pour son film « La dame et la matador »

Il avait aussi filmé un documentaire sur Carlos Arruza ainsi que « le Brave et la belle » en 1955 avec Anthony Quinn et Maureen O'hara.

 

 

L'acteur mexicain avait déjà tourné dans « la corrida de la peur » en 1951. L'un des meilleurs films, écrit la critique, sur le monde de la tauromachie qui présente des images réalistes et inspirées sur la corrida.

Mel Ferrer incarne le torero Luis Bello qui, après une blessure, doute sur son métier. Pourtant, le metteur en scène Robert Rossen, détestait la corrida. 

Toujours aux États-Unis, l’œuvre de Vicente Ibañez « Arènes sanglantes » a connu 3  versions :

- un film muet de 1922 avec Rudolph Valentino

- le remake en 1941 avec Tyrone Power et Rita Hayworth 

- la version en 1988 avec Sharon Stone.

Restons sur le sol américain pour citer quelques « perles » comme

- « Max toréador » avec Max Linder 

- « Laurel et  Hardy toréadors » tournés dans les arènes de Mexico.   

Les  dessins animés étaient friands du genre avec, par exemple, signés de Tex Avery (Picador Porky ) ou

Walt Disney (Alice the matador) en 1925 ou une première version de « Ferdinand le taureau) en 1938.

 

 Dans le style "un enfant et un taureau" la prime revient à « Les clameurs se sont tues » en 1956 qui a remporté l'Oscar de l'histoire la plus originale. 

 

Orson Welles s'est lui aussi intéressé à la tauromachie en 1955 avec « Corrida à Madrid » et n'oublions pas « Pendora » de Albert Lewin avec Ava Gardner qui assiste à la lidia d'un novillo par le matador Mario Cabré qui fut son amant comme Luis Miguel Dominguin et Angel Peralta.

 

Dans la très internationale distribution du « Tour du monde en 80 jours » avec David Niven et Mario Moreno « Cantiflas » qui a été torero avant d' être acteur, le voyage par l'Espagne n'évite pas une course de taureaux.

 

Si les Américains n'étaient pas très doués pour filmer les corridas, en Espagne de nombreuses productions comportent des scènes tauromachiques notamment « Mi Reino por un torero » avec Carlos Arruza en vedette en 1944 et plus récemment « Parles avec elle » et « Matador » de Pedro Almodovar ou « Blancanieves » de Pablo Berger en 2012.

             

           

 

Miguelin, torero fantasque des années 60 apparaît dans « le Moment de vérité » de  Francesco Rosi, auteur du film-opéra « Carmen » et « El relicario » mais d'autres toreros ont remplacé, dans l'arène, les acteurs.

     

 

  

Si les Italiens, à part une production « olé-olé » avec Rocco Siffredi est mentionnée, les Allemands et autres pays européens ne se sont pas intéressés  à la tauromachie.

Mais, on découvre l’œuvre d'un metteur en scène soviétique avec « Que Viva Mexico » de Serguei Eisenstein. 

Dans le cinéma français il est difficile de faire une liste de tous les films où corridas, toreros et arènes  sont au scénario tant ils sont nombreux.

 

Parmi eux, citons Louis Feuillade, revistero qui, outre "Fantomas", a porté à l'écran des images de corridas.

 

On ne peut terminer sans évoquer notre BB nationale,

Brigitte Bardot qui s'est éprise des taureaux lors du tournage en Espagne de « La femme et le pantin » de Julien Duvivier en 1959 avec Dario Moreno et l'année précédente dans un film de Roger Vadim intitulé « Les bijoutiers au clair de lune » 

 

Depuis cette passion pour la cause animale ne l'a jamais quittée.Mais quel beau cartel !

 

Paul BOSC

 

Membre du C.T.N

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue au club !

Publié le par cercletaurin.nimois

Bonjour chers amis du CTN,

Notre club, compte depuis quelques jours deux nouveaux et très jeunes adhérents, Salomé et Lambert.

Soucieux de découvrir la tauromachie sous toutes ses formes et d'enrichir leur culture taurine, ils nous rejoindront à la rentrée prochaine pour participer au nouveau cycle de conférences qui s'ouvrira le jeudi 5 octobre prochain.

Je gage qu'ils trouveront également, la chaleur et l'amitié des membres du CTN qui est l'ADN du club.

Mais avant cela, ils nous offrent une très belle vidéo sur la dernière féria de Pentecôte Nîmes 2017,

Lambert, cinéaste, a mis en images la corrida de Rejon,

Cliquez sur le lien ci dessous pour retrouver :

Pablo Hermoso de MENDOZA, Andy CARTAGENA et Léa VICENS

https://goo.gl/photos/Q5158UBEmP9Nueb49

Bonnes ferias à vous tous,

à très bientôt sur les gradins d'Arles ou de Nîmes...

Martine.

Pamplona, la relève...

Publié le par cercletaurin.nimois

Vu sur le blog TORO, TORERO Y AFICIÓN

 

Pamela devrait voir ça !

Le "Procès" est paru

Publié le par cercletaurin.nimois

Vient de paraître, le livret du PROCÈS tenu par le CERCLE TAURIN NÎMOIS dans le cadre de son cycle culturel, à Nîmes le 8 Avril dernier dans l’auditorium de l’Hôtel C Suites, avec le vif succès que l’on connaît. Vous y étiez nombreux. Grâce au concours de l’Institut International de Droit Taurin sans qui rien n’aurait été possible, rigueur, respect du rituel judiciaire, participation de personnalités françaises et espagnoles de haute volée ont caractérisé cette allégorie à la fois fictive et bien réelle, très aficionada aussi.

Point d’orgue ou sommet de la saison culturelle taurine souvent évoqués, cet événement qui fera date est en tout cas exemplaire de l’engagement résolu du CTN pour la défense de la tauromachie et consacre assurément une initiative exceptionnelle à l’actif de notre association.

Ce livret (79 pages - Actes du procès et DVD inclus) est vendu au prix de 16€.

  • Soit, expédition à votre domicile par pli spécial (frais d’expédition 4€) - Bon de commande en annexe à expédier avec votre règlement par chèque au siège :

CERCLE TAURIN NÎMOIS

Hôtel IMPERATOR

Quai de la Fontaine

30 900 NÎMES

 

  • Soit à la Librairie TEISSIER à Nîmes rue Régale où il sera en vente dès la semaine prochaine,
  • Soit encore lors de nos prochaines rencontres, notamment à ISTRES le 25 Juin (prière de réserver par mail (urgent) : cercletaurin.nimois@gmail.com

 

En annexe, bon de commande à utiliser pour toute demande d’expédition.

 

Bon de commande à imprimer

Voyage à Cordoue - ALBERTO LAMELAS

Publié le par cercletaurin.nimois

Le 25 mai prochain, le torero de Cortijos Nuevos (Jaen) offrira aux voyageurs du CTN, lors de leur visite de la prestigieuse ganaderia de La QUINTA, la tienta d'une vache et  le combat et la mise à mort d'un toro.

Notre ami Paul BOSC nous présente

 Alberto Lamelas, un torero-guerrier

Comme beaucoup de toreros, le chemin de la reconnaissance est souvent un chemin de croix. Certes il n'existe pratiquement plus, aux alentours de Madrid, ces routes de la terreur que les novilleros et matadors empruntaient pour se faire connaître des directeurs d'arènes ou plus simplement des aficionados face à des toros monstrueux qui ne pensaient qu'à une chose : trouer la peau de ces téméraires fantassins.

A 33 ans, Alberto Lamelas Gonzales a dû chercher en France ce qu'il ne parvenait pas à obtenir en Espagne : des contrats. Certes pas ceux où El Juli, Manzanares, Lopez Simon, Enrique Ponce sont engagés pour combattre des toros de Juan Pedro Domecq ou Garcigrande ou Victoriano del Rio mais ces rendez-vous avec les Dolores Aguirre, Victorino Martin, Valverde, Miura et autres élevages qui font frémir par leurs sauvageries, leurs cornes, leurs poids. A Vic Fezensac, il a sauvé la feria face à un Dolores Aguirre de légende, A Mont de Marsan et à Ales il a été gravement blessé, A Aignan, il a coupé 2 oreilles ; à Vic il est en passe de succéder à Ruiz Miguel dont la statue est sur la place. Tout cela parce qu'un jour Robert Pilès a relancé sa carrière qui s'enlisait depuis son alternative à Valdemoro en mai 2009.

Aujourd'hui Alberto Lamelas est entré dans le cercle fermé des toreros-guerriers comme Rafaelillo, Manuel Escribano ou El Fundi qui, un temps, ont également été apodérés par le matador nîmois. Il est au cartel de la corrida de Dolores Aguirre, le 5 juin 2017 pendant la semaine torista de la San Isidro juste après une corrida de Valverde à Ales le 28 mai et à Vic- Fezensac face à des Dolores Aguirre le 3 juin.

Par Paul BOSC.

 

Merci Paul pour cette présentation, tu exacerbes encore notre envie de le rencontrer.

A très bientôt,

Martine pour le Commission Voyage du CTN.

Quelle honte, Pedrito !

Publié le par cercletaurin.nimois

Reverrons-nous bientôt des toros à Barcelone ? Contre toute attente, Pedro Balaña, propriétaire des arène dit NON.

Dans une lettre ouverte qu'on pourrait trouver drôle et amusante s'il ne s'agissait d'un sujet qui touche à notre passion, Salvador Boix, apoderado de José Tomàs dit ses quatre vérités à "Pedrito" Balaña.

Ci-dessous, un bref extrait de la missive que vous pouvez lire dans son intégralité en vous rendant sur le site de la FSTF ici

 Quelle honte Pedrito,

De quoi as-tu peur ? Peut-être t’a-t-on menacé ? Qui ? Où ? On t’a dit que si tu essayais, on regarderait dans des comptes courants et sous les sièges de tes cinémas et tu as pris peur ? Peut-être devrais-tu l’expliquer si ça s’est passé comme ça. Mais tu ne le feras pas et bien-sûr tu n’affronteras pas le danger parce que tu as peur et que tu manques de courage. Tu t’es toujours caché au lieu de réagir comme un homme, comme un être qui a de la mémoire et de la dignité. Tu te chies dessus et tu regardes ton portefeuille au point de trahir ta propre histoire et celle des gens qui t’ont respecté et qui t’ont permis de devenir riche... 

Lire la suite ...

La censure, façon talibans

Publié le par cercletaurin.nimois

La fresque exécutée par les enfants de l'école : avant... et après

La fresque exécutée par les enfants de l'école : avant... et après

COMMUNIQUÉ

du 30 septembre 2015

 

ACTE DE CENSURE À L’ÉCOLE PROSPER MÉRIMÉE DE NÎMES

 

La détérioration délibérée, à la demande des services départementaux de  l’Éducation Nationale du Gard, dont a été victime la fresque à sujet taurin de l'Ecole Prosper Mérimée de Nîmes, est un acte de censure qui revient à nier la réalité d'une culture incontestablement ancrée dans l'histoire et le présent de la région et de la  ville de Nîmes, et donc à heurter gravement la sensibilité de ceux qui y sont attachés. 

La suppression des figures du torero et du toro, sur l'injonction d'une association extérieure à l'école, et sans consultation de la communauté scolaire, constitue d'abord une marque de mépris à l'égard des élèves et des enseignants qui ont imaginé ou réalisé ce dessin.

Dans cette "logique", faut-il s’attendre à ce que ces mêmes services débaptisent  cette école, puisque Prosper Mérimée a fortement contribué à l'introduction de la  corrida en France ? 

Faut-il s’attendre à ce que ces mêmes services ne soient enclins à empêcher que les élèves aient accès aux oeuvres tauromachiques de Picasso ou de Goya, aux textes d’Hemingway ou de Mérimée, à l'opéra de Carmen, et à interdire que des enseignants les emmènent au Musée des cultures taurines de Nîmes?  

Qu'en sera-t-il alors du message de Voltaire contre l'intolérance et pour la liberté d'expression, message dont l'éducation nationale a rappelé, avec raison, à l'occasion  du drame de Charlie Hebdo, qu'il constituait une des valeurs fondamentales de la République ?  

L’Observatoire National des Cultures Taurines, au nom de la liberté d’expression et de la pluralité culturelle qu’il est indispensable de préserver, alerte ce jour monsieur le Président de la République, monsieur le Premier Ministre et madame la Ministre de l’Éducation Nationale et leur demande que cette fresque soit restaurée dans sa présentation originale, afin de ne pas imiter, si peu que ce soit, les déprédations déplorables des talibans à l'égard du patrimoine artistique.

 

Communiqué de l'Observatoire

Publié le par cercletaurin.nimois

 

Logo-ONCT.jpg

 

 

COMMUNIQUÉ


Face à la multiplication des menaces, actes de vandalisme ou criminels contre la culture taurine sous toutes ses formes, l'Observatoire National des Cultures Taurines, qui sera reçu au Ministère de l'Intérieur dans le courant du mois, entend demander que leurs auteurs identifiés soient interpellés et que des procédures soient ouvertes, afin que leurs soient appliquées les peines lourdes prévues en cas de discrimination ayant pour objectif de porter atteinte à une activité commerciale.

À cet effet, l'Observatoire National des Cultures taurines demande à tous les aficionados victimes de ce genre de menaces, de conserver et de lui transmettre la trace des appels, messages, ou autres, afin que l'identification de leurs auteurs puisse aboutir et que des plaintes soient déposées à leur encontre par ses avocats.

Dans une démocratie toutes les opinions sont bien sûr respectables, sauf quand elles portent atteinte à la dignité d'une communauté et ont pour but d'inciter à la haine ou à la violence à son encontre.

L'Observatoire National des Cultures Taurines saisira donc cette semaine madame la ministre de la Justice pour lui demander de prendre la mesure de la situation qui s'apparente aux dérives racistes et xénophobes sévèrement punies par ailleurs dans le Droit français.

Il est bien évident que la plupart des menaces proférées par internet proviennent de personnes immatures qui trouvent dans ce "combat" un exutoire à leur mal être, mais il est évident aussi que la responsabilité des associations et activistes qui diffusent des mots d'ordre provoquant leur passage à l'acte est engagée et doit être poursuivie.

L'est également celle de l'État dont le devoir de maintien de l'ordre doit se traduire par une investigation poussée de ces actes délictueux afin de responsabiliser pénalement les instigateurs et les auteurs de cette nouvelle forme de violence faites aux personnes en raison de leur appartenance à une communauté, laquelle nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire.

Dans un État de droit des limites doivent être posées et des sanctions prononcées, afin d'éviter que ce genre d'actes ne se généralise en toute impunité, et n'aboutisse à une surenchère dont l'issue ne pourrait être que la violence.

Afin d'affirmer son attachement aux principes républicains, d'exiger le respect auquel il a droit et de demander que soit mis un terme aux agissements délictueux perpétrés à son encontre, l'ensemble du monde taurin se rassemblera en début de temporada à l'occasion d'une grande manifestation symbolique sur le thème des libertés fondamentales, autour d'un seul mot d'ordre repris par des milliers d'aficionados :

«Ma culture, ma passion, mon identité, ma liberté ».

 

8 dédembre 2013

 

 

Le statut du Toro Brave en question ?

Publié le par cercletaurin.nimois

 

CCR5980

 

"La légitimité de la corrida trouve ses fondements dans les critères spécifiques de la race brava".


Telle est la conclusion d'Emmanuel DURAND* à l'issue d'une brillante conférence donnée devant les membres du CERCLE TAURIN NÎMOIS réunis le 5 décembre dernier à l'Hôtel IMPERATOR de Nîmes, siège de l'association, à l'occasion d'une séance des Jeudis du Cercle.


Autour du thème "l'animal chose ou personne" c'est le statut juridique de l'animal qui a été évoqué, objet d'un débat lancé en 2005 par le rapport de Suzanne ANTOINE, dont les conclusions ont été récemment reprises par le manifeste de 24 intellectuels.


 

* Emmanuel DURANDest avocat, ancien torero, Président de l’Institut International du Droit Taurin, Conseil juridique de l’observatoire National des Cultures Taurines, Vice président des amis du Musée des Cultures taurines de Nîmes.

 

 

Après avoir évoqué le statut juridique des représentant du règne animal, Emmanuel DURAND a abordé les aspects juridiques spécifiques au taureau de combat, et les conséquences éventuelles de la remise en cause de son statut actuel sur la corrida. En voici quelques extraits :

 


Introduction


Gérard CORNU dans son ouvrage de droit civil des biens apporte une lecture de l'Art. 528 du Code Civil visant à placer l'animal à sa juste place.

A tout représentant du règne animal correspond un statut de base que complète, pour diverses espèces, dans certaines situations, des dispositions particulières. Il existe un droit commun et un droit spécial de l'animal.

L'Article 528 fixe un statut générique de l'animal en le distinguant de façon radicale et irréductible de l'espèce humaine, c'est la division du droit des personnes et du droit des biens au sein desquels figurent les animaux.

La notion "d'être sensible " est inutile au civiliste. Elle ne permet pas d'affirmer la distinction entre les personnes et les animaux. L'animal est fondamentalement un bien en ce qu'il est susceptible d'appropriation. Il se distingue des autres biens non pas en ce qu'il est un "être sensible " (cf. corail, zooplancton, drosophile,...) mais un vivant. Selon son espèce il bénéficiera de restrictions plus ou moins fortes du droit de propriété (usus, fructus, abusus) attachées à son statut. Le Code Civil n'a pas plus à connaître de la distinction, au demeurant imparfaite, entre domestique et sauvage. Seule l'intéresse la division fondée sur le critère d'appropriation distinguant les biens avec maître des biens sans maître.

 


Le toro est un bien.


Il est un animal, donc un vivant, et se trouve ainsi soumis à côté du statut général des biens à d'autres corps de règles législatives qui constituent le statut spécial de l'animal. Par des mesures de protection (animale) ou de défense (sociale) le droit animalier s'intéresse concrètement à une espèce ou au sein d'une espèce, à la situation de tels de ses échantillons. Le toro de corrida a été identifié par l'INRA (département des sciences animales de l'INAPG) comme une race bovine brave espagnole : LE TORO BRAVO.


Messieurs Pierre DUPUY et Paul CASANOVA définissent le terme bravo dans leur dictionnaire tauromachique comme un adjectif espagnol qui peut signifier brave, hardi, courageux, intrépide, féroce, fier, arrogant, superbe, éclatant, sauvage, irrité. Lorsqu'un toro est brave il mérite tous ces qualificatifs.


Pour Francis WOLFF la bravura repose sur l'idée que l'animal qui combat, en tant qu'il est animal bravo, met la valeur même de son combat au dessus de sa propre souffrance et c'est même ce qui le définit comme un bravo.


La détermination du statut juridique applicable au toro bravo est-elle essentielle à l'appréciation des règles régissant le combat du toro ? Le Petit Larousse définit l'animal domestique comme celui qui a été dressé ou apprivoisé et l'oppose à l'animal sauvage.


Jean Pierre DIGARD dans son ouvrage "Les français et leurs animaux" précise que domestiquer un animal ce n'est pas seulement veiller à sa protection, à son alimentation et à sa reproduction, c'est aussi l'accoutumer à la présence de l'homme et le soumettre à sa volonté. Or précisément l'acte domesticatoire à l'égard du toro bravo consiste à l'élever en le soumettant le moins possible à la présence de l'homme et en le laissant agir selon sa propre volonté en évitant de l'apprivoiser.


 

5393262501_e7806ccb21.jpg


Le toro bravo apparaît ainsi comme un animal sauvage alors même que le droit et la jurisprudence le désigne comme animal domestique. En l'absence de définition précise dans la loi française de l'animal domestique c'est d'une part vers la jurisprudence qu'il faut se tourner. La Cour de Cassation considère que les toros bravos sont des animaux domestiques puisque :

"Ces animaux vivaient sous la surveillance de l'homme, étaient élevés, étaient nourris et se reproduisaient par ses soins " (Cass. Crim. 16 février 1895 S 1895 I 371)


Par la suite de manière constante la jurisprudence considère comme animal domestique : "Celui né en captivité, qui dépend de son propriétaire, lequel assure sa protection, sa nourriture et sauvegarde de sa reproduction" (TGI Boulogne sur Mer 10 septembre 1986). Cette définition si elle prend en considération le constat des actes domesticatoires que subit le toro de combat, reste essentiellement attachée à la division civiliste des biens avec ou sans maître et exclut de son analyse les caractéristiques propres de l'animal et celles spécifiques de sa domestication.

Il convient d'autre part de se tourner vers les dispositions de l'arrêté du 11 août 2006 (JO RF n° 233 du 7 octobre 2006) fixant la liste des espèces, races ou variétés d'animaux domestiques par opposition aux animaux non domestiques définis par le Code de l'Environnement à l'Art. R.411-5 comme ceux qui n'ont pas subi de modification par la sélection de la part de l'homme.

L'article premier dispose que sont considérés comme des animaux domestiques les animaux appartenant à des populations animales sélectionnées ou dont les deux parents appartiennent à des populations animales sélectionnées. L'arrêté fixe en annexe la liste des animaux déclarés domestiques au chapitre desquels figurent les bovidés (Bos Taurus). Sur cette liste ne figure pas notamment l'autruche, qui en dépit de sa domestication est donc considérée comme un animal non domestique dont l'élevage est soumis à la détention d'un certificat de capacité et aux obligations des Art. L. 413-1 et suivants du Code de l'Environnement.


La Cour de Cassation par un arrêt du 28 février 1994 confirmant un arrêt de la Cour d'Appel de BOURGES du 25 novembre 1993 justifie du caractère non domestique de l'autruche par deux arguments dont la pertinence reste discutable :


1) L'espèce n'a subi aucune modification de couleur, de comportement, de conformation et de caractère qui lui sont propres du fait de l'homme.


2) La seule constatation que l'éleveur choisisse tel ou tel reproducteur est sans influence car elle ne crée en aucune manière une pression de sélection.

Appliquée au toro bravo cette jurisprudence en ferait un animal non domestique. La frontière entre domestique et sauvage est semble-t-il ténue et la domesticité du toro bravo ne semble tenir qu'à l'inscription du Bos Taurus sur la liste annexée à l'arrêté du 11 août 2006. Si la distinction domestique / non domestique (sauvage) présente un intérêt au regard des conditions d'élevage qui relèveront soit du Code Rural soit du Code de l'Environnement, la distinction est moins pertinente au regard du combat du toro dans la mesure où le législateur pénal a entendu protéger de la même manière l'animal domestique, l'animal apprivoisé ou l'animal tenu en captivité.


Ainsi même s'il était requalifié d'animal sauvage le toro bravo ne vit pas à l'état sauvage mais est tenu en captivité et relève du droit pénal ainsi que des dispositions protectrices des animaux inscrites dans le Code Rural aux Art. L. 214-1 et suivants.


L'étude des aspects juridiques du combat du toro suppose d'identifier le cadre légal du combat.

1. La protection des animaux : l'Art. L. 214-1 du Code Rural

"Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ".


Il s'agit du principe fondateur de la protection des animaux détenus par leur propriétaire.

Ce texte s'applique donc au toro bravo dans ses relations avec son propriétaire, l'éleveur d'abord, l'organisateur du spectacle ensuite.

Ce principe protecteur de l'animal n'est cependant pas incompatible avec le combat du toro.

Le toro de combat appartient à la famille des Bos Taurus et plus particulièrement à sa branche Ibéricus, dont les caractéristiques génétiques qui lui sont propres le distinguent des autres bovidés.


 

CCR5983



1.1. Le toro bravo est un combattant

Il se distingue des autres bovidés par sa capacité à combattre spontanément. Ce trait de caractère qui façonne aussi bien le génotype que le phénotype du toro est identifié comme sa bravoure.


 

telechargements-7415.jpg

 


La bravoure se définit comme le sentiment de force et de supériorité qu'a le toro et qui le conduit à charger inlassablement, avec la nécessité de dominer tout ce qui se trouve dans ce qu'il considère comme son espace personnel (territoire, terrain) et cela quitte à mettre en jeu son intégrité physique. Il s'agit là "d'un impératif biologique de son espèce ".


1.2. Le toro bravo combat jusqu'à la mort

Non seulement la bravoure du toro le pousse à mettre en jeu dans le combat son intégrité physique pouvant aller jusqu'à sa propre mort, mais encore elle le conduit à combattre jusqu'à la mort de l'autre qu'il appartienne ou non à sa propre espèce. Or ce combat à mort est un acte meurtrier gratuit, atypique au sein de l'espèce animale, le toro, herbivore, ne satisfera dans cette mort aucun impératif alimentaire ni d'ailleurs sexuel (combats pour une femelle). Ce combat à mort apparaît ici encore comme "un impératif biologique de son espèce ".


1.3. Le toro bravo est endurant à la douleur

Lors des journées de Pamplona sur le bétail de combat au mois de novembre 2008 le professeur Juan Carlos Illera del Portal mettait en évidence par une étude scientifique portant sur 180 toros, les mécanismes de réponse au stress chez le toro de combat et les réponses neuro-endocriniennes au seuil de douleur.


Ainsi si le toro est stressé au moment du combat il l'est de façon moins importante, dans des proportions très significatives, que durant son transport. Le toro de combat a une réponse endocrinienne lui permettant de surmonter le stress du combat.


De la même manière le toro bravo est biologiquement armé pour lutter contre la douleur par la libération en grande quantité de bêta-endorphines qui bloquent les nocicepteurs de l'animal élevant ainsi considérablement le seuil de la douleur.

Les caractéristiques génétiques du toro bravo en font un animal né et élevé pour le combat. Le placer en situation de combat c'est le placer dans des conditions compatibles avec les caractéristiques et les impératifs biologiques de son espèce. La dureté du combat dans l'arène, dans le respect des règles qui le régisse, est justement proportionnée à l'endurance du toro au combat.

 

La sanction de la violation des règles protectrices de l'animal édictées à l'Art. L.214-1 du Code Rural est énoncée à l'Art. L.214-3 "il est interdit d'exercer de mauvais traitements envers les animaux domestiques ainsi qu'envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivités" et réprimée par l'Art. R.654-1 du Code Pénal par une contravention de 4ème classe.

Or il est démontré que le traitement auquel est soumis le toro bravo durant le combat n'est pas un mauvais traitement mais un traitement compatible avec les caractéristiques et les impératifs biologiques de son espèce et échappe à la sanction pénale.


 

2. La protection pénale de l'animal

2.1. Principe

Le Code Pénal consacre trois articles à la protection des animaux. Sont ainsi punis selon leur gravité croissante :

- Les mauvais traitements envers animaux (contravention de 4ème classe Art. R. 654-1 du Code Pénal)

- Les atteintes volontaires à la vie de l'animal (contravention de 5ème classe Art. R.655-1 du Code Pénal)

- Les sévices graves ou actes de cruauté envers animaux (délits punis de deux ans d'emprisonnement et 30 000 € d'amende article 521-1 du Code pénal)


Il convient d'observer que ces trois textes ne se préoccupent pas du lien juridique pouvant unir l'auteur de l'infraction à l'animal.


Personne physique ou morale (pour les délits seulement) elle est punie à raison des faits commis et non de sa qualité (propriétaire ou détenteur) comme dans le cadre des dispositions du Code Rural.


Le Code Rural n'a d'ailleurs curieusement envisagée au titre de la protection des animaux que la situation la moins grave pénalement, relative aux mauvais traitements passibles de contravention de 4ème classe.


2.2. L'exception : De la tradition locale au toro bravo

Le toro est exclu du champ d'application des dispositions du Code Pénal dans les termes suivants : "Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée ".

Ainsi l'exclusion est admise non pas en raison de la nature propre de l'animal ou de la spécificité de son combat, mais sur l'identification d'un secteur géographique au sein duquel doit être mis en évidence l'existence d'une tradition taurine ininterrompue.


2.2.1. La jurisprudence française

D'apparence réducteurs les termes de "local" et "ininterrompu" ont été appréciés de façon large par les juridictions du fond et approuvés par la Cour de Cassation. La conception extensive du terme "local" étant de construction purement prétorienne elle reste cependant instable et sujette à revirement vers une interprétation plus restrictive, sous la poussée des thèses animalitaires.

Cependant le droit communautaire vient renforcer la position jurisprudentielle actuelle.


2.2.2. Le droit communautaire

Contrairement à la croyance savamment entretenue par les adversaires de la corrida, l'interprétation jurisprudentielle des juridictions françaises se trouve confortée par les dispositions du Droit Communautaire.


Le 2 octobre 1997 les Etats Membres de l'Union Européenne ont signé le traité d'AMSTERDAM qui comporte un protocole d'accord n° 10 qui se substitue à la déclaration du traité de MAASTRICHT et qui précise :

"Les hautes parties contractantes,

Désireuses d'assurer une plus grande protection et un meilleur respect du bien-être des animaux en tant qu'êtres sensibles,

Sont convenus des dispositions ci-après, qui sont annexées au traité instituant la communauté européenne :

Lorsqu'ils formulent et mettent en œuvre la politique communautaire dans les domaines de l'agriculture, des transports, du marché intérieur et de la recherche, la communauté et les états membres tiennent pleinement compte des exigences du bien-être des animaux, tout en respectant les dispositions législatives ou administratives et les usages des états membres en matière notamment de rite religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux ".

Ainsi le Code Pénal doit assurer la protection de l'animal en tant qu'être sensible mais dans le respect des usages en vigueur dans les Etats Membres notamment en matière de traditions culturelles et de patrimoines régionaux.


La première lecture du texte apparaît ainsi rassurante et semble conforter l'orientation jurisprudentielle extensive de la notion de "tradition locale ininterrompue".


Le Droit Communautaire à une vision plus large du périmètre d'immunité que la loi pénale française. Il admet que le bien-être des animaux qui doit être recherché et protégé par les Etats Membres peut connaître des exceptions qui trouvent leur légitimité dans les usages en matière de traditions culturelles et de patrimoines régionaux. La tradition taurine, fait culturel, autorise le combat du toro et sa mise en mort dans sa tradition espagnole. Le législateur communautaire n'exige pas une localisation géographique.


Ainsi la tradition culturelle du combat de toros à la mode espagnole n'est pas seulement envisagée et autorisée sur le territoire espagnol, elle peut se dérouler dans un autre État Membre dès lors qu'elle constitue un usage au sein de celui-ci.


L'autre exception à la protection de l'animal est la revendication d'un patrimoine régional. Les jeux taurins et courses de taureaux dans leur tradition espagnole, camarguaise, landaise ou portugaise font indiscutablement partie de notre patrimoine régional et bénéficient de l'immunité autorisant leurs pratiques. Dans ces deux composantes la législation communautaire s'attache à la mise en exergue d'un usage qui, s'il suppose une certaine permanence n'a pas pour autant besoin d'être ininterrompu. La restauration d'un usage désuet est suffisante pour légitimer le déroulement d'une course de taureaux.


Ainsi la condition du caractère ininterrompu de la tradition, déjà assouplie par la jurisprudence française, apparaît contraire au droit communautaire qui n'exige aucune justification de durée. La condition imposée dans le droit interne doit ainsi céder le pas face à la norme communautaire de portée supérieure.


Le législateur communautaire n'exige pas une tradition locale mais une tradition culturelle. Il ne restreint pas l'appréciation à la vision réductrice de la localité au sens du découpage administratif français mais l'envisage dans sa dimension patrimoniale et régionaliste.


C'est la consécration de l'analyse de la Cour d'Appel de BORDEAUX confirmée par la Cour de Cassation dans son arrêt du 16 septembre 1997 n° 96 – 82649 : "L'on ne saurait dénier à la commune de FOIRAC son appartenance à l'ensemble démographique dont BORDEAUX est la capitale, où se retrouve la permanence et la persistance d'une tradition Tauromachique dont l'existence est signalée sans conteste dès le 18ème siècle et qui a donné lieu à l'organisation des premières corridas avec mise à mort dès le milieu du 19ème siècle ".


2.2.3. Vers la modification du code pénal et la reconnaissance du toro bravo

"Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ". (Art. L. 214-1 du Code Rural)

Il apparaît plus sécurisant et plus juste d'affirmer l'identité et la spécificité de la race brava du toro de combat, qui s'il est comme tous les animaux un être sensible, est un animal ayant des caractéristiques génétiques propres qui lorsqu'il est placé en situation de combat (dans le campo ou dans l'arène) se retrouve dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce.

Ainsi le combat du toro ne serait pas pénalement répréhensible non pas par ce qu'il constituerait des actes de cruauté excusées par une tradition culturelle, mais parce que le combat serait compatible dans ces trois phases (Piques banderilles estocade) avec l'essence même du toro.

Jack l'Eventreur et Mère Thérésa sont deux êtres sensibles mais personne n'a imaginé que leur sensibilité devait être traitée de la même manière.


Conclusion

La légitimité de la corrida trouve ses fondements dans les critères spécifiques de la race brava.

La protection juridique du toro de combat et du combat du toro ne trouvera de légitimité que si l'on préserve ses spécificités génétiques de bravoure, caste et noblesse

La part du droit est essentielle à la réglementation du combat du toro.

L'apport du droit est fondamental à son évolution.

 

  • annexe 1- Extrait de la chronique de Jean-Baptiste SEUBE, Professeur de droit, Doyen Honoraire de la Faculté  de droit et d’économie de La Réunion
  • Annexe 2- Extrait de la chasse face aux revendications animalistes par Jean-Pierre DIGARD


lire les annexes ici

ANTIS ET AFICION

Publié le par Boulevard des Arènes

 

 

  telechargements-8545.JPG

Rodilhan 8 octobre 2011 - Graines de toreros

Photo Vingtpasses

 

 

 

par Corentin CARPENTIER

 

Ce dimanche à RODILHAN , les antis corrida ont une nouvelle fois franchi une étape dans la surenchère violente dont ils sont capables.  Après l’épisode de la statue de NIMEÑO, ils ont envahi les arènes de RODILHAN. Violence physique il n’y a pas eu, mais viol de nos lois et des principes même d’égalité et de liberté de notre République il y a eu, tout cela en toute impunité une nouvelle fois.

Pour eux, cette action est le coup de l’année, ils ont sérieusement perturbé le déroulement de la finale de Graines de Toreros, et tentent de se faire passer désormais pour des victimes auprès de la population avec la complicité de certains médias qui, loin de dénoncer leurs exactions s’en font les trop souvent les porte-voix.

Faut-il une nouvelle fois rappeler, que la Corrida est autorisée sur notre territoire languedocien comme sur une grosse partie du Sud de la France par une loi confirmée par ne nombreux arrêts, dont celui de Rieumes ? Faut-il rappeler que la Corrida vient d’être officiellement reconnue comme partie intégrante du patrimoine culturel immatériel de la France ? Comment devons nous réagir désormais face à ce terrorisme intellectuel ?

Les pouvoirs publics doivent réagir rapidement et prendre leurs responsabilités en interdisant notamment toute manifestation anti corrida les jours d’évènements tauromachiques dans leur ville.

Il faudra désormais pouvoir compter sur les forces de l’ordre, et sur un service de sécurité efficace. Si les Aficionados n’avaient pas réagi samedi à Rodilhan, la finale n’aurait pas eu lieu, et les antis auraient pu ainsi renouveler cette action à chaque manifestation tauromachique gratuite dans notre région.

Il faudra systématiquement porter plainte contre chaque énergumène qui tentera de faire empêcher le déroulement d’une corrida, d’une novillada, d’une becerrada, d’une classe pratique ou d’une tienta car nous sommes protégés par les lois, il faut en avoir conscience.

La Corrida, c’est l’Aficion qui la protège, mais l’Aficion, elle, est vulnérable face à tous ces dangers, et chacun devra prendre ses responsabilités dans le respect des lois et de l’ordre public, afin de mettre à leur vraie place ceux qui veulent nous priver de nos libertés et de nos traditions en pratiquant le terrorisme intellectuel.

 

VIVA LA FIESTA BRAVA !